A la Une

Les députés brésiliens jettent des accusations de corruption de plusieurs millions de dollars contre le président Temer

Le Président du Brésil, Michel Temer © Darren Ornitz / Reuters

La commission du Congrès du parlement brésilien a voté pour rejeter les accusations de corruption portées contre le président du pays, Michel Temer, pour son rôle présumé dans un projet de corruption de plusieurs millions de dollars, impliquant le géant de la viande du Brésil.

Le Comité de la Constitution et de la Justice (CCJ) a voté pour éviter que Temer soit poursuivi pour obstruction à la justice et serait membre d’une organisation criminelle, puisqu’il a approuvé un rapport préparé par le député Bonifácio de Andrada plus tôt ce mois-ci.

Dans le rapport, Andrada a recommandé de laisser tomber les accusations, en dénonçant l’enquête sur Temer comme une tentative de criminaliser les «activités des partis politiques» et en avertissant que l’éviction du président plongera le pays dans une profonde crise politique. Trente-neuf membres de la commission ont voté en faveur du rapport, 26 contre et un s’est abstenu, a rapporté l’ANSA.

Dans le même temps, seuls 13 membres de l’organe de 66 membres ont exprimé leur soutien à Temer, tandis que d’autres qui ont soutenu le rapport ont soutenu que la preuve n’était pas assez convaincante pour qu’une enquête criminelle puisse être fondée sur celle-ci.

Certains membres de l’opposition se sont levés pendant le vote.

Le député Henrique Fontana, du Parti des Travailleurs (PT), a soutenu que la décision permettra aux responsables de haut rang complices de la corruption de s’en sortir sans scotisme.

LIRE LA SUITE: Le président brésilien Temer accusé de corruption de plusieurs millions de dollars

« Mon rêve est que des millions de Brésiliens lisent les 250 pages de cette plainte cohérente, un rapport avec des preuves, un rapport qui décrit en détail une série d’actes criminels commis contre notre pays », a-t-il dit, ajoutant que de tels crimes font que le « pays soit au bord de l’effondrement », cité par Brasil247.

Il reste encore à voir si la Chambre basse du Congrès national, la Chambre des députés, décidera d’aller de l’avant avec le procès la semaine prochaine, où il est prévu de voter sur la question. Cependant, il semble plus probable que les législateurs de l’opposition ne parviennent pas à obtenir une majorité des deux tiers, soit 342 voix, nécessaires pour déclencher la procédure.

LIRE LA SUITE: La favela de Rio se transforme en zone de guerre alors que des centaines de soldats résistent à l’épidémie de violence dans les gangs (VIDEOS)

La présidence de Temer a été embourbée par des accusations de corruption dès le début. En juin, il est devenu le premier chef d’Etat brésilien sortant à être officiellement accusé de corruption. Dans sa déclaration à la Cour suprême du pays, le Procureur général Rodrigo Janot a allégué que Temer « trompait les citoyens brésiliens » en prenant quelque 38 millions de reais (11,5 millions de dollars) de pots-de-vin de la part de ses associés.

On rapporte que Temer avait arrangé des pots de vin par l’intermédiaire de ses alliés politiques.

Un assistant proche du président, Rodrigo Rocha Loures, a été arrêté après avoir été pris en flagrant délit de réception d’une valise de 500 000 reais (150 000 dollars), un pot-de-vin présumé de Temer de JBS SA.

En mai, les co-présidents de l’entreprise de conditionnement de la viande, Joesley et Wesley Batista, ont remis des enregistrements de Temer prétendument discutant des paiements en espèces à l’ancien président du parlement, Eduardo Cunha. Cunha est actuellement en prison pour des accusations de corruption impliquant le géant pétrolier Petrobras.

C’est la deuxième fois que Temer fait face à la menace d’une destitution dans un peu plus d’un an de sa présidence. En juin, le principal tribunal électoral du Brésil a voté 4-3 contre l’annulation du résultat des élections de 2014 sur le prétendu financement illégal de la campagne présidentielle de Dilma Rousseff. L’annulation de ces résultats électoraux aurait signifié la suppression de Temer, qui était le colistier de Rousseff à l’époque.

Temer a succédé à son ancienne alliée, Rousseff, après avoir été accusée en 2016 d’avoir manipulé des statistiques pour couvrir le déficit budgétaire en flèche pour assurer la réélection en 2014.

Des milliers de personnes se sont rassemblées au Brésil pour l’éviction de Temer, de plus en plus impopulaire, à la lumière de diverses allégations de corruption, ainsi que de sa politique d’austérité et de ses réformes sociales, prévoyant des réductions des prestations de retraite.

Le Brésil a été aux prises avec la corruption généralisée depuis des années. En juillet, l’ancien président brésilien et mentor politique de Rousseff, Luiz Inácio da Silva, considéré par beaucoup comme un héros national ayant lutté contre la pauvreté tout au long de son mandat, a été condamné à près de 10 ans de prison pour corruption.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :