A la Une

Le «triangle du diable», le jeu politique que Washington a commencé en Syrie

Rodi Said / Reuters

La future offensive prévue dans la ville syrienne d’Abu Kamal, planifiée par les forces de la coalition américaine [Etats-Unis d’Amérique], permettra à Washington d’atteindre ses importants objectifs stratégiques dans la région.

« Stratégiquement parlant, la Russie, la Syrie, l’Iran et leurs alliés sont-ils en mesure d’empêcher cela, pour rendre toute sa souveraineté à la Syrie et préserver son intégrité territoriale? »

Les représentants de la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique combattant les terroristes en Syrie ont annoncé qu’ils commencent une attaque contre Abu Kamal, une ville d’importance stratégique à la frontière irakienne qui constitue « le dernier bastion de l’Etat islamique en Syrie. » Le responsable de la coalition, Ryan Dillon, a déclaré que les combattants kurdes des forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par Washington se préparaient à attaquer la ville dans le sud-est de la Syrie. Selon lui, l’offensive commencera dès que les Kurdes pourront renforcer leurs positions dans la zone récupérée près du champ pétrolifère d’Al Omar.

Cette offensive devrait mettre fin à la guerre avec l’État islamique

« Abu Kamal est la dernière grande ville sous le contrôle de l’Etat islamique après la chute de Deir ez-Zor et Mayadin. Je pense que cette offensive mettrait fin à la guerre avec les Etats-Unis d’Amérique, » a déclaré le président de la Société pour l’amitié et la coopération commerciale avec les pays arabes, Viacheslav Matúzov à RT. Il est particulièrement étonnant de constater l’intention des États-Unis d’Amérique d’attaquer Abu Kamal alors qu’il y a encore d’autres villes sous le contrôle des terroristes qui sont situés beaucoup plus près des positions des forces démocratiques syriennes.

Les troupes syriennes avancent également vers Abu Kamal, mais viennent de deux directions: du nord le long de la vallée de l’Euphrate et de la province de Homs, à l’ouest de la ville.

« Rendre le rêve iranien impossible »

Comme d’autres parties de la province de Deir ez-Zor, la région d’Abu Kamal a des gisements de pétrole. Cependant non seulement ces champs attirent l’attention des Américains et des Syriens, mais aussi le fait que cet endroit est important du point de vue du contrôle sur la frontière syrienne.

« Il y a une possibilité de couper le cordon ombilical par lequel l’aide iranienne arrive en Syrie depuis l’Irak, et de rendre moins pertinent le rêve d’étendre une » demi-lune chiite « iranienne à la mer Méditerranée », a déclaré à RT Sergueï Balmásov, un expert du Middle East Institute, qui explique que c’est la véritable motivation des Américains.

Selon le journal israélien ‘Arutz Sheva’, l’importance stratégique est d’établir le contrôle sur le ‘triangle du diable’, le territoire entre les colonies de Resafa (au nord de la Syrie, près de Raqqa), Al Tanf et Abu Kamal. Chacun de ces sites est à un carrefour de routes stratégiquement importantes.

« Si l’Iran et ses alliés parviennent à contrôler ces trois villes syriennes, l’Iran atteindra son objectif stratégique: la création d’un couloir iranien à travers l’Irak, la Syrie et le Liban vers la mer Méditerranée », note la publication.

59f61bc708f3d9dd4c8b4567

Google Maps / RT

Maintenant, les forces démocratiques syriennes, soutenues par les Etats-Unis d’Amérique, contrôlent la plupart des frontières orientales du pays, séparant ainsi les zones contrôlées par les forces gouvernementales syriennes du territoire de l’Irak, dont le gouvernement chiite est fidèle à Téhéran et Damas.

Si l’armée de Bashar al-Assad arrive d’abord à Abu Kamal, un pont terrestre direct reliant l’Iran à la Syrie sera créé, à travers lequel des armes et des troupes pourront être transportées. Un autre point d’accès important à la frontière avec l’Iran est proche de la ville d’Al Tanf, mais cette zone est déjà contrôlée par des combattants soutenus par Washington, et à proximité se trouve une base militaire des Etats-Unis d’Amérique.

« Un outil pour faire pression sur Al Assad »

La capture d’Abou Kamal signifierait de facto la fin de l’Etat islamique en Syrie, les experts estiment, que, à son tour, cela soulèvera la question de la présence dans le pays des troupes [nord-]américaines [Etats-Unis d’Amérique] stationnées dans les zones sous contrôle kurde et Al Tanf. Contrairement à la Russie, les Américains ont d’abord justifié leur présence en Syrie au motif qu’ils combattaient l’EI, mais ont agi sans l’autorisation du gouvernement syrien.

Plus tôt, les responsables des Etats-Unis d’Amérique ont déclaré qu’ils quitteraient la Syrie après la défaite de l’Etat islamique, mais maintenant Ryan Dillon n’exclut pas que leurs forces restent dans le pays pour une durée indéterminée. Le représentant de la coalition estime que leurs efforts « seront nécessaires pour préserver le territoire des terroristes ».

« La présence de troupes ou d’experts des Etats-Unis d’Amérique en Syrie est absolument illégale et viole les fondements du droit international », a déclaré Viacheslav Matúzov.

La présence des troupes américaines en Syrie est absolument illégale

Le président américain Donald Trump a parlé de l’intention de prendre le contrôle du pétrole qui avait été entre les mains des combattants de l’État islamique. Maintenant, le champ d’Al Omar, ainsi que près de 70% du pétrole syrien, est sous le contrôle des Kurdes et, par conséquent, des États-Unis d’Amérique.

« Les Américains ont tout fait pour empêcher le gouvernement syrien de contrôler les principaux puits de pétrole », a déclaré Matúzov.

Le contrôle du pétrole syrien est important non pas tant du point de vue économique mais du point de vue politique. Ceux qui contrôlent les ressources énergétiques ont un puissant instrument d’influence politique. Les Américains pourront utiliser ce facteur comme argument à Genève lors des prochains pourparlers sur un accord politique en Syrie. En outre, « ce sera un outil politique pour faire pression sur Assad, mais aussi un instrument de commerce avec le même » a souligné Sergueï Balmásov, qui a précisé que « Même si Washington mise maintenant sur les Kurdes, il ne les voit comme monnaie d’échange ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :