A la Une

Une base américaine illégale en Syrie : la Russie dénonce un «crime de guerre» – Le grand fief de Deir ez-Zor libéré

Des réfugiés dans un camp en Syrie/© Erik de Castro Source: Reuters

Selon Moscou, des milliers de réfugiés syriens sont privés d’accès à l’aide humanitaire à cause d’une base illégale installée par les Etats-Unis. Washington serait en outre en train de former une nouvelle «opposition modérée» en Syrie.

«La situation humanitaire la plus difficile reste celle de la région d’al-Tanf, en raison du déploiement illégal, par les Etats-Unis, d’une base militaire avec interdiction de l’approcher à moins de 55 kilomètres», a déclaré le 3 novembre un responsable du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, qui veille au respect du cessez-le-feu et à la distribution de l’aide humanitaire dans le pays.

«Des dizaines de milliers de réfugiés syriens ne peuvent pas recevoir d’aide humanitaire dans le camp voisin d’al-Rukban», ont affirmé les militaires russes, précisant que l’armée américaine avait menacé «de destruction totale» ceux qui tenteraient de passer près de leur base. Le camp d’al-Roukban se trouve à environ 25 kilomètres d’al-Tanf, ville près de laquelle se situe la base américaine, bien en-deçà du rayon d’exclusion établi par l’armée des Etats-Unis.

Cités par le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, les civils syriens qui ont réussi à quitter la région près d’al-Tanf ont confirmé que la situation humanitaire y était d’une gravité extrême. 13 réfugiés sont morts et 20 autres, parmi lesquels des enfants, ont été blessés dans un affrontement entre les groupes de combattants Liwa Shuhada al-Qaryatayn et Jaish Aswad Al-Sharqiya,  en train d’être formés par l’armée américaine à al-Tanf.

L’armée américaine n’aurait pas fourni d’aide médicale à ces réfugiés, «condamnant de facto tous les blessés à mort», selon les militaires russe.

«De telles actions de la part des militaires américains et de la coalition internationale dans la région d’al-Tanf constituent une violation flagrante du droit international humanitaire et peuvent être qualifiées de crime de guerre», a estimé le Centre russe pour la réconciliation.

Le vice-président du comité de la Défense du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe) Franz Klintsevitch a annoncé que la Russie porterait la situation humanitaire autour d’al-Tanf à l’attention du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les militaires russes ont aussi affirmé que l’armée américaine était en train de former une «nouvelle opposition modérée», baptisée «Nouvelle armée syrienne» et se composant de militants du Jaish Aswad Al-Sharqiya, du Quwwat al-Shahid Ahmad al-Abdo et du Liwa Shuhada al-Qaryatayn.

Début octobre, Moscou a révélé que Daesh menait des attaques contre les troupes syriennes depuis un «trou noir» autour de la base américaine en Syrie. Selon la Défense russe, des détachements de Daesh sortaient régulièrement de cette zone pour mener des attaques de diversion contre les troupes de l’armée syrienne et les civils.

Moscou a également accusé l’armée des Etats-Unis d’utiliser les réfugiés d’al-Roukban comme «bouclier humain».

Début septembre, un ancien responsable syrien de cette base avait déjà accusé l’armée des Etats-Unis d’avoir fermé les yeux sur la vente d’armes américaines à Daesh. Selon lui, le chef d’un groupe rebelle syrien présent sur la base aurait fait affaire avec les terroristes.

Source: RT France

Le Grand fief terroriste de Deir ez-Zor libéré de l’Etat islamique – Médias d’Etat syriens

La fumée ondule dans l’est de la ville syrienne de Deir ez-Zor 2 novembre 2017 © AFP

L’armée syrienne a déclaré avoir libéré la ville orientale de Deir ez-Zor, dernier bastion des terroristes sur la rive ouest de l’Euphrate, de l’Etat islamique (IS, anciennement ISIS / ISIL), a rapporté l’agence de presse SANA.

« Des unités de l’armée arabe syrienne, en coopération avec les forces alliées et de soutien, ont accompli la mission de libérer pleinement la ville de Deir ez-Zor de l’organisation terroriste ISIS », a déclaré vendredi une source militaire citée par l’agence de presse de l’Etat.

Un grand nombre de combattants de l’EI, y compris les dirigeants du groupe, ont été tués. Leurs armes et équipements ont également été détruits, a ajouté la source. Les dépôts de munitions des terroristes dans la ville auraient été saisis. Les experts en matière de déminage de l’armée sont actuellement en train de déminer des mines, des bombes et d’autres engins explosifs laissés par les terroristes de l’EI dans la région.

Le siège de la capitale provinciale syrienne, Deir ez-Zor, a été levé en septembre par l’armée syrienne avec l’appui des frappes aériennes russes. Après le début du siège de la province de Deir ez-Zor au début du mois de septembre, l’armée syrienne et l’armée de l’air russe ont fait face à une résistance féroce des terroristes dans les quartiers environnants de la ville. « Tous les jours, il y a des combats », a déclaré Ibrahim, un officier de l’armée syrienne, à Murad Gazdiev, de RT, qui a visité la zone assiégée à l’époque.

Les résidents de Deir ez-Zor, qui ont enduré des années d’horreur pendant le blocus de l’EI, ont déclaré à RT que le manque de fournitures de base et les bombardements interminables ont transformé leur vie en un cauchemar constant. « Nous avons marché sur les routes dans la peur, nous nous attendions à ce qu’un obus nous frappe et nous mourrions », s’est souvenu une jeune femme. « Nous pensions seulement à la mort. Il n’y avait pas de nourriture, pas de médicaments, pas d’électricité et pas d’eau. Nous sommes déjà morts. »

Le gouvernorat de Deir ez-Zor est situé dans la partie occidentale de la Syrie, à la frontière avec l’Irak, et était l’une des principales zones du territoire qui restait sous le contrôle de l’État islamique (EI, anciennement ISIS / ISIL). Les terroristes bloquaient la ville depuis près de trois ans.

Selon le ministère russe de la Défense, la zone contrôlée par l’Etat islamique en Syrie a été réduite à moins de 5%. Le ministre de la Défense Sergueï Shoigu a déclaré le mois dernier qu’avant l’opération de l’armée de l’air russe, l’EI contrôlait « plus de 70% du territoire syrien ».

D’ici la fin de 2017, le gouvernement syrien devrait reprendre le contrôle de sa frontière orientale, a déclaré lundi le président de la Chambre basse de la Russie, Vladimir Shamanov. L’État islamique «cessera alors d’exister», prédit-il.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :