A la Une

L’Arabie saoudite met un terme au blocus du port d’Aden au Yémen

La guerre au Yémen n’est pas terminée, mais cela pourrait être un signe de la fatigue de la guerre saoudienne.

Les nouvelles ont annoncé que la marine saoudienne a mis fin à son blocus du port d’Aden dans l’ancien sud du Yémen.

Le blocus qui a duré près de deux ans a privé le Yémen de fournitures indispensables, même les navires de l’ONU ayant du mal à acheminer l’aide humanitaire à la nation déchirée par la guerre qui a vu un homme faire la famine et le déclenchement du choléra à la suite du blocus.

Alors que la motivation directe pour que l’Arabie saoudite lève le blocus sur Aden n’est pas entièrement claire, il y a des déductions claires qui peuvent logiquement être faites. Les éléments suivants doivent être immédiatement pris en compte.

  1. Aden est la capitale de facto du gouvernement Hadi pro-saoudien

Aden est devenu le siège de facto du gouvernement pro-saoudien au Yémen, depuis que le gouvernement d’Abdrabbuh Mansour Hadi a été forcé de fuir Sanaa en 2015 lorsque les rebelles Houthis modérés soutenant l’ancien président Saleh Ali al-Sammad ont pris le pouvoir à Sanaa.

En ouvrant le port d’Aden, l’Arabie Saoudite envoie un signal indiquant que ses forces sont maintenant dans une position stable et peuvent se permettre d’être en train de rouvrir leur port principal à une activité semi-normale.

Comme Aden est contrôlé par les ennemis des Houthis, il est ostensiblement peu probable que la contrebande puisse arriver à Aden et se frayer un chemin vers les régions du nord contrôlées par les rebelles houthis modérés.

  1. Un moment de «Mission accomplie»

Il est également possible que connaissant les difficultés de se battre dans des conflits étrangers pendant une purge domestique, le régime saoudien a commencé à réduire ses pertes et décide de prendre les mesures nécessaires pour déclarer la victoire au Yémen en reconnaissant que les alliés saoudiens ne contrôleront pas bientôt le nord du Yémen, qu’ils ont construit une base efficace dans le sud.

qatar-9

En juin 2017, l’Arabie Saoudite a mené un boycott diplomatique, économique et physique du Qatar qui se poursuit à ce jour. Les dirigeants du boycott sont l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahreïn et l’Egypte, tous alliés de Riyad.
  1. Une condition préalable à la re-division du Yémen

Depuis que les États du Yémen du Sud et du Nord sont devenus une république unifiée en 1990, le Mouvement du Sud s’est fait l’écho de se sentir exclu par le gouvernement du Nord.

Ainsi, dans le conflit actuel, on a vu une alliance entre le Mouvement du Sud et la faction pro-saoudienne d’Abdrabbuh Mansour Hadi.

L’une des seules façons pour les Saoudiens de proclamer une victoire réellement significative est de rediviser le nord et le sud avec l’Etat sudiste marxiste-léniniste, devenant ainsi un nouvel allié saoudien, où le nord post-nassérien deviendra probablement un allié de l’Iran, bien qu’entouré par les forces saoudiennes.

Les rebelles musulmans chiites brandissent leurs armes lors d’un rassemblement contre les frappes aériennes à Sanaa le 26 mars 2015. Les avions de combat saoudiens et alliés arabes ont frappé les rebelles musulmans chiites qui se battaient jeudi pour renverser le président yéménite, dans un pari majeur du premier exportateur de pétrole mondial pour vérifier l’influence iranienne dans son arrière-cour sans soutien militaire direct de Washington. REUTERS / Khaled Abdullah TPX IMAGES DU JOUR – RTR4V07V
  1. Un leurre géopolitique

Sinon, parce que les forces pro-saoudiennes contrôlent Aden, le mouvement pourrait être un leurre conçu pour envoyer un message hypocrite au monde entier que le conflit se termine, alors qu’en réalité, l’Arabie continuera à bombarder les zones contrôlées par les Houthi sachant qu’Aden est maintenant sécurisé d’après sa perspective.

CONCLUSION

Tant que l’Arabie saoudite n’aura pas levé le blocus et le siège des régions contrôlées par les Houthis dans le nord et l’ouest, il est prématuré de dire que l’Arabie saoudite ne cherche toujours pas à écraser les rebelles houthis modérés.

Cependant, cela pourrait représenter un début de pivot pour la stratégie saoudienne au Yémen, qui jusqu’ici n’a pas réussi à remporter des victoires significatives contre les Houthis.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Duran

Yémen : l’Iran dénonce les raids saoudiens à Hajja

4bn3609c4e1e92x92a_800c450

L\’Iran condamne vivement les frappes saoudiennes contre une zone résidentielle près de Hajja.

Le mercredi 8 novembre, l’Iran a vivement condamné, par la voix du porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, les frappes aériennes particulièrement violentes des avions de chasse saoudiens contre des maisons dans une localité près de Hajja au Yémen.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qassemi, a vivement condamné les raids aériens des avions de chasse saoudiens contre la ville yéménite de Hajja, raids qui ont coûté la vie à de nombreux civils yéménites. Il n’a pas manqué de compatir à la douleur des proches des victimes de ces raids aériens saoudiens qui se poursuivent sans relâche.

« L’intensification des bombardements contre les zones résidentielles, la poursuite d’un blocus maritime, terrestre et aérien et l’interdiction faite par Riyad d’acheminer des aides humanitaires de première nécessité à destination des citoyens innocents de ce pays montrent que le régime saoudien est en désarroi et que les échecs consécutifs l’ont empêché d’atteindre ses objectifs au Yémen », a-t-il dénoncé.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a ensuite critiqué le silence radio de la communauté internationale face aux crimes commis par le régime saoudien, qui s’acharne sur le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, empêchant les organisations et instances internationales d’acheminer des aides humanitaires à destination des citoyens sinistrés de ce pays.

« Ces actions constituent une violation flagrante des principes et des règles du droit humanitaire. Nous appelons les Nations unies et les pays influents de la région à redoubler d’efforts pour mettre fin immédiatement aux attaques et prendre des mesures immédiates et efficaces afin de protéger la vie et la sécurité des civils, notamment les femmes et les enfants », a-t-il ajouté.

Selon le ministère yéménite de la Santé, plus de soixante civils ont été tués ou blessés lors des frappes aériennes, le mardi 7 novembre, de la coalition saoudienne à Harran, contre une localité située près de Hajja dans l’ouest du Yémen.

Source: Pars Today

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :