A la Une

Braquage de marchés? Les nouvelles sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la Russie visent des projets pétroliers en dehors de la Russie

Tant que 33% ou plus de votre projet pétrolier est développé par des Russes, il pourrait être ciblé par les États-Unis d’Amérique qui préféreraient que l’entreprise soit dirigée vers ses propres entreprises.

Le nouveau cycle de sanctions de Washington contre l’industrie pétrolière et gazière de Moscou vise les prochains projets de la Russie dans le monde entier, selon les ébauches de mesures présentées aux Nations Unies par les Etats-Unis d’Amérique.

Les mesures punitives – conçues pour être une réaction politique à l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 – auront un effet limité sur les opérations actuelles de Moscou à l’étranger, ont indiqué des experts.

Une nouvelle disposition d’une sanction préexistante prélevée par le Département du Trésor des Etats-Unis d’Amérique interdit désormais aux entreprises d’assister à des activités d’exploration et de production en eaux profondes, dans l’océan Arctique ou des projets de schiste initiée après le 29 janvier 2018. Des projets qui revendiquent des participations russes de 33% ou plus sont distingués dans les petits caractères.

« Les projets en cours de mise en œuvre ne relèvent pas des sanctions. Cela inclut les projets de Lukoil en Roumanie et au Ghana, ainsi que les projets de Rosneft au Venezuela », a déclaré à Reuters Dmitry Marinchenko, analyste de Fitch Ratings.

Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre les compagnies pétrolières et gazières russes ont eu peu d’effet sur l’influence de Moscou dans l’obtention de contrats lucratifs d’exploration et de production jusqu’à présent. La production actuelle s’établit à 10,92 millions de bpj, ce qui est proche d’un record de 30 ans.

 « Le seuil (33%) laisse la possibilité aux entreprises russes sanctionnées de participer, même dans de nouveaux projets », a déclaré Marinchenko.

Il y a des signes que les sanctions montrent une efficacité limitée. Les mesures ont rendu le champ pétrolier offshore de Yuzhno-Tchernomorsky économiquement irréalisable, et Rosneft va maintenant suspendre l’exploration dans la région pendant cinq ans, a indiqué la compagnie plus tôt cette semaine.

Les sanctions de l’UE contiennent une clause grand-père qui permet aux partenariats existant de continuer, mais ce n’est pas le cas avec les sanctions des Etats-Unis d’Amérique. Exxon a donc dû se retirer de ses projets conjoints avec Rosneft. Plus tôt cette année, le supermajor a demandé à Washington une dispense de sanction dans le but de poursuivre son travail en Russie, avec un accent particulier sur le forage dans l’Arctique, mais la demande a été refusée.

MIRASTNEWS

Source : The Duran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :