A la Une

L’accord gazier massif de 43 milliards de dollars USA-Chine est loin de la réalité

Une station d’amarrage sur le terminal maritime Trans-Alaska Pipeline à Valdez, Alaska © Lucas Jackson / Reuters

Un accord préliminaire de gaz d’une valeur de plus de 43 milliards de dollars scellé entre la Chine et l’Etat des Etats-Unis d’Amérique de l’Alaska est loin d’être garanti, selon les experts.

Jeudi, la plus grande compagnie énergétique chinoise, Sinopec, ainsi que l’une des plus grandes banques du pays et un fonds souverain, ont convenu d’un terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) en Alaska, ainsi qu’un pipeline de 1 290 kilomètres pour acheminer du carburant vers la Chine. Le projet vise à développer des installations permettant d’acheminer le gaz vers la côte de l’Alaska, où il peut être liquéfié et expédié en Chine et dans d’autres pays asiatiques.

Trump en Chine: M. Xi va-t-il faire pression sur le leader des Etats-Unis d’Amérique pour qu’il accepte sa vision de l’avenir mondial? https://t.co/j8QBlty4D4

– RT (@RT_com) 8 novembre 2017

L’annonce, qui manquait de détails sur les accords contraignants ou le financement, a été faite lors de la visite du président des Etats-Unis d’Amérique Trump en Chine. Cependant, certains analystes disent que le projet n’est pas susceptible d’aller de l’avant.

« C’est une annonce typique qui sort de ces grands sommets. Vous ne pouvez vraiment pas construire ou obtenir du financement pour un gros projet, à moins que tous ces éléments ne soient en place », a déclaré Jason Feer du cabinet de conseil en énergie Poten & Partners, cité par Reuters.

Les Etats-Unis d’Amérique vendent le GNL russe à l’Europe tout en essayant de chasser Moscou du marché de l’énergie – expert https://t.co/LVPlGPNKrApic.twitter.com/M1dUmx16FM

    – RT (@RT_com) 7 novembre 2017

Alaska LNG, soutenu par Alaska Gasline Development Corp, une société d’État, prévoit un long pipeline transportant le carburant du versant nord, dont les réserves prouvées de gaz dépassent les 35 trillions de pieds cubes. Le gouverneur de l’Etat, Bill Walker, prévoit de signer les accords définitifs d’ici la fin de l’année prochaine, avec des travaux novateurs en 2019.

Le long pipeline pourrait coûter un milliard de dollars, selon Larry Persily, ancien coordinateur des Etats-Unis d’Amérique pour les projets de gaz naturel en Alaska. Persily a ajouté que des multinationales comme BP, ExxonMobil et ConocoPhillips avaient travaillé sur l’aventure du pipeline, mais se sont retirées.

« La guerre commerciale de Trump avec la Chine nuirait à l’Amérique plus que quiconque » – Jim Rogers (Op-Edge) https://t.co/v81ProQpVb

– RT (@RT_com) 17 septembre 2017

« Si les entreprises ne pensent pas que c’est le bon moment pour investir leur argent, pourquoi l’Etat devrait-il le faire? Comme l’a expliqué le gouverneur, l’Etat a un intérêt primordial à ce que cela soit fait – les entreprises ont d’autres endroits où elles peuvent investir leur argent « , a-t-il déclaré, cité par AP.

Selon Mark Barteau, directeur de l’Institut de l’énergie de l’Université du Michigan, la Chine tente de lutter contre la pollution et de se débarrasser de sa dépendance au charbon.

« Ils ont manifesté un intérêt à long terme pour avoir un approvisionnement en gaz important et sûr, et je pense que c’est peut-être le plus important – mais pas le premier pas qu’ils ont fait pour y parvenir », a-t-il dit.

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :