A la Une

La Russie n’a pas fait pression sur le JIM, mais a exhorté l’enquête professionnelle de l’attaque chimique en Syrie – Ministère des Affaires étrangères

L’avis de la Russie sur le 7ème rapport du JIM de l’OIAC et de l’ONU du 26 octobre 2017 blâmant Damas pour l’utilisation du sarin dans Khan Sheikhoun de Syrie. Vladimir Astapkovich / Sputnik

L’enquête OPCW-ONU sur l’incident chimique de Khan Shaykhun a montré un mépris des directives de la Convention chimique et des frontières avec le « dilettantisme », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères, rejetant les accusations de l’enquêteur en chef que Moscou en quelque sorte fait pression sur lui.

Dans une interview accordée au New York Times jeudi, le chef du Mécanisme conjoint d’investigation (JIM) de l’OIAC et des Nations Unies a déclaré que les critiques formulées par Moscou concernant son enquête sur l’incident chimique d’avril dans le nord de la Syrie par le désir de protéger le gouvernement syrien. M. Mulet est allé encore plus loin et a émis l’hypothèse que les appels de la Russie à une enquête correcte et équitable, qui respecterait les normes de la Convention sur les armes chimiques, seraient motivés par une certaine connaissance de la véritable nature de l’incident.

Le ministère russe des Affaires étrangères a fermement rejeté les allégations de Mulet, déclarant que le fonctionnaire essayait seulement de blanchir sa propre réputation, ébranlé par l’enquête inappropriée sur l’incident chimique de Khan Shaykhun.

« Nous pensons que le ton et, surtout, l’essence des escapades contre la Russie sont inacceptables pour un responsable international de son niveau. Il est évident pour nous qu’il essaye évidemment de sauver sa réputation sévèrement ternie de cette manière », a répondu le ministère dans un communiqué.

Mulet a également affirmé que la Russie l’aurait averti, que « si vous ne le faites pas, nous n’accepterons pas vos conclusions. » Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que Moscou avait seulement exhorté JIM à mener une enquête appropriée et à considérer toutes les versions, au lieu de simplement persister à blâmer le gouvernement syrien.

« Lors des consultations du 7 septembre à Moscou, initiées par Mr. E. Mulet lui-même, ainsi que lors de nouveaux contacts entre lui et nos diplomates à New York, aucun Russe n’a tenté d’imposer des conclusions qui conviennent à la Russie, sur le mécanisme. En fait, en réponse à une demande officielle du JIM, nous avons seulement exprimé nos pensées sur la façon dont le Mécanisme pourrait améliorer son travail, en prenant en considération ses erreurs précédentes », indique le communiqué. « La principale recommandation était d’agir en stricte conformité avec la Convention sur les armes chimiques (CWC) ».

Le Joint Investigative Mechanism et Mulet ont toutefois concentré leurs efforts pour « prouver » la version de Washington et d’autres capitales occidentales – bien avant toute enquête – que l’incident était le résultat d’une frappe aérienne syrienne avec des munitions chimiques, a indiqué le ministère. Toutes les autres versions, y compris l’éventuelle mise en scène de l’incident, ont été effectivement ignorées. Mulet préférait mener une enquête à distance et interdisait de facto aux experts de prélever des échantillons à la base aérienne de Shayrat, prétendument utilisée pour lancer l’attaque, quand ils l’ont finalement fait à la fin d’octobre, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

« Les experts n’ont pas réussi à établir les faits » – Moscou critique l’enquête de l’OIAC-ONU sur une attaque #chimique présumée à #Syriahttps://t.co/BuGY0ADtj1

– RT (@RT_com) 2 novembre 2017

« Une telle approche [sélective] et le mépris des normes de la CWC ont joué une blague cruelle avec Mulet. Le rapport qu’il a produit est d’un niveau professionnel très bas, à la limite du dilettantisme », peut-on lire dans la déclaration.

DIRECT: Le gouvernement russe parle de l’utilisation des armes chimiques en Syrie https://t.co/sfOanKGY73pic.twitter.com/WZRvdiDECy

– RT (@RT_com) 2 novembre 2017

Tandis que Moscou présentait ses inquiétudes sur le standard du rapport de JIM, en le soutenant avec des «chiffres et des faits», Mulet a complètement ignoré l’évaluation russe. En présentant le rapport au Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU), il n’a pas fait référence à la version de Moscou. Au lieu de cela, il a salué sa commission en tant qu’organe véritablement «indépendant, impartial et hautement professionnel», a déclaré le ministère. « Comme s’il essayait de se convaincre et de convaincre les autres« , ajoute-t-il.

Le ministère russe des Affaires étrangères a exhorté le JIM à prendre en considération les évaluations de Moscou, diffusées en tant que document officiel du CSNU et de l’Assemblée générale des Nations unies. « Si M. Mulet n’est pas d’accord avec elles, il devrait fournir des objections convaincantes et bien fondées au lieu de faire des insinuations dans la presse », a conclu le ministère.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :