A la Une

L’Union Européenne lance sa propre alliance militaire. Est-ce ainsi que devrait procéder l’Union Eurasienne?

L’OTAN ne suffit pas? L’Union Européenne lance sa propre alliance militaire.

© Ints Kalnins / Reuters

L’UE a fait un pas de plus vers la création d’une force militaire commune en signant un accord sur une structure de commandement permanente. La PESCO, ou coopération structurée permanente, a été signée lundi par 23 membres de l’Union européenne, forte de 27 membres [en prenant en compte le Brexit].

Federica Mogherini, la responsable de la politique étrangère de l’UE, a soutenu ce mouvement, le qualifiant de « moment historique ». Appuyé par un fonds européen de défense de 5 milliards d’euros (6,5 milliards de dollars), PESCO « permettra aux Etats membres de profiter des économies d’échelle de l’Europe et de cette manière de combler l’écart de production que nous avons. »

L’accord signé par 23 ministres de la défense à Bruxelles entrera en vigueur en décembre, après quoi les membres seront légalement tenus de participer aux projets du PESCO.

Les travaux sur l’accord ont débuté l’année dernière dans l’incertitude quant à la décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne et les critiques persistantes du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump à l’encontre des membres européens de l’OTAN.

Les poids lourds européens l’Allemagne et la France mènent les efforts pour rapprocher l’UE d’une force armée permanente. Le Royaume-Uni, qui s’oppose à une force militaire paneuropéenne depuis des décennies, ne fait pas partie de l’accord. Le Danemark, l’Irlande, le Portugal et Malte se sont retirés; tandis que l’Autriche, non membre de l’OTAN, a accepté de se joindre au dernier moment.

PESCO est présentée comme un moyen de renforcer l’efficacité de l’armée européenne en éliminant les redondances, en rationalisant les acquisitions de défense et en stimulant la logistique grâce à un réseau de hubs répartis sur tout le continent. Il est également prévu d’établir une formation conjointe des officiers militaires. La tentative de l’OTAN de réformer la contribution des alliés européens va dans le même sens.

Selon Reuters, l’Allemagne et la France étaient en désaccord sur le rôle futur d’une force militaire européenne commune, Paris préconisant un club de défense plus exclusif et plus compétent avec un potentiel de déploiement à l’étranger. Berlin, qui a défendu une approche plus inclusive, a apparemment prévalu avec sa vision.

Contrairement à d’autres efforts de consolidation de l’armée en Europe, PESCO ne se heurte pas à l’opposition de l’OTAN, qui affirme qu’elle renforcera les forces militaires des membres européens. La future armée européenne travaillera probablement aux côtés des opérations de l’OTAN, a déclaré Bruno Kramm, l’ancien président du parti allemand des pirates, à RT. « Je pense que ça va aider à jouer la carte ‘bon flic, mauvais flic’. Le bon flic est l’armée européenne et le mauvais camp est l’OTAN. Ils vont travailler bras dessus bras dessous « 

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :