A la Une

Erdogan appelle la Russie et les Etats-Unis d’Amérique à retirer leurs troupes de Syrie. Peut-il en faire autant des Etats-Unis d’Amérique sur son territoire ?

Poutine et Trump ont convenu plus tôt qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit syrien, mais la Russie est en Syrie sur demande expresse des autorités officielles de la Syrie.

Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan Erdogan, la Russie et les Etats-Unis d’Amérique devraient retirer leurs troupes de la Syrie suite à la déclaration conjointe des présidents des deux pays, Vladimir Poutine et Donald Trump, parce que ces derniers ont affirmé qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit syrien.

Erdogan l’a dit en ces termes à la chaine Chaine Haberturk TV:

« Il est difficile pour moi de comprendre de telles déclarations: si une solution militaire ne peut pas aider à sortir de la crise, ceux qui le pensent devraient retirer leurs troupes de la Syrie. »

Faisant echos comme s’ils s’étaient entendus, Benjamin Netanyahu a également réagi en déclarant que ces conventions stipulent le retrait des groupes militaires, soutenus par l’Iran [entendez par là le Hezbollah], des régions syriennes adjacentes à Israël.

Par conséquent selon lui, cité par la station de radio KAN Reka Israël continuera d’opérer en Syrie pour protéger ses propres citoyens :

Sputnik rapporte ses déclarations :

«J’ai fait comprendre aux États-Unis et à la Russie, qu’Israël agira en Syrie, compte tenu des intérêts de sa propre sécurité.»

Poutine et Trump ont adopté une déclaration commune sur la Syrie en marge du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Danang le 11 novembre. Le document indique que « les présidents ont convenu qu’il n’y avait pas de solution militaire au conflit en Syrie. »

« Ils ont confirmé que la solution politique ultime au conflit doit être forgée par le processus de Genève conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies », ajoute le document. Poutine et Trump « ont également pris note de l’engagement récent du président Assad pour le processus de Genève et la réforme constitutionnelle et les élections, comme demandé dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies. »

La Turquie qui soutient un certain nombre de « rebelles » a sans doute fait beaucoup d’efforts pour calmer le jeu ces derniers temps. Cependant il a été un acteur majeur dans la confrontation qui se déroule en Syrie, et c’est par le territoire turc que des dizaines voire centaines de milliers de terroristes ont transité pour entrer dans le territoire syrien. La Turquie s’en est même déjà prise aux troupes syriennes en abattant des appareils de combat syrien et russe.

C’est grâce à la perspicacité du président Poutine et à la coopération de la Russie avec l’Iran et la Turquie dans le cadre de la réunion d’Astana sur la Syrie que le calme est revenu du côté turc. Des zones de «désescalade» ont été mises en place, même si les troupes turques pénètrent souvent dans le territoire syrien sans l’aval du gouvernement syrien.

Lors d’une rencontre avec Vladimir Poutine, Le président Erdogan reconnait que l’entente a donné des résultats concrets : «Nous sommes tombés d’accord pour dire que maintenant, il existe une base qui nous permette de nous concentrer sur une solution politique », a-t-il déclaré.

En effet, les efforts communs de la Russie, de la Turquie et de l’Iran ont pu calmer le jeu militaire sur le terrain et pousser vers plus de réussite dans la lutte antiterroriste. Le niveau de la violence décroit au fur et à mesure que les victoires de l’Armée arabe syrienne et ses alliés sont réalisées sur le théâtre des opérations.

    « Notre travail produit des résultats concrets et nous créons les conditions d’un dialogue en #Syrie » a déclaré Vladimir #Poutine

    https://t.co/t9wqRxgUC8pic.twitter.com/9HcZ2AYaxj— RT France (@RTenfrancais) 13 novembre 2017.

C’est en agissant comme la Turquie sous couvert de lutte contre Daech que les Etats-Unis d’Amérique et leur coalition dite internationale sont entrés sur le territoire syrien sans l’aval des autorités du pays, même s’il est vrai qu’il se dit qu’ils sont présents depuis le début du conflit en l’ayant initié et alimenté d’une certaine manière.

Cependant leur action sur le terrain selon les médias et des témoins est néfaste pour les populations et l’infrastructure du pays, car leurs bombardements font beaucoup de morts et de blessés parmi les civils.

Selon la déclaration conjointe de Trump et Poutine, les deux dirigeants ont affirmé que ces mesures devaient inclure la pleine application de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies, y compris la réforme constitutionnelle et des élections libres et équitables sous la supervision des Nations unies et de la diaspora qui est éligible à y participer.

Le président Vladimir Poutine insiste sur le fait qu’il faut un processus politique en vue de colmater les brèches et résoudre la crise, afin de lancer la reconstruction de la Syrie. Il faudrait donc que des efforts de consolidation soient effectués avec le concours de l’ONU pour réaliser des progrès et permettre la préservation de l’intégrité territoriale du pays.

Or tant que Daech n’est pas totalement vaincu, il n’est pas possible de retirer des troupes qui combattent les terroristes du côté gouvernemental. Et ce sont les autorités légales et légitimes avec leurs alliés qui doivent prendre l’initiative de la décision finale, de ce qu’il faut exactement faire. Même après la victoire contre les groupes terroristes, une période transitoire d’observation doit être mise en place, surtout que leurs responsables se volatilisent dans la nature.

Source : MIRASTNEWS avec TASS et RT France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :