A la Une

Le président Mugabe refuse de démissionner après avoir rencontré des généraux

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a refusé de céder le pouvoir à l’armée qui a pris le pouvoir dans le pays d’Afrique australe et l’a mis en résidence surveillée.

Les généraux ont rencontré Mugabe jeudi dans la capitale, Harare, et ont fait des efforts pour pousser le vétéran de 93 ans à démissionner, ont confirmé des sources à l’agence de presse AFP.

Le cortège motorisé de Mugabe aurait emmené le président de son domicile à State House pour tenir une réunion avec les généraux.

Le président a également tenu des réunions avec des représentants du bloc régional de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Les images de la réunion ont montré Mugabe vêtu d’un blazer bleu marine et un pantalon gris debout aux côtés du chef de l’armée le général Constantino Chiwenga qui sourit et était vêtu de treillis militaires de camouflage.

Les forces militaires ont pris le contrôle de Harare mercredi, avec des soldats et des véhicules blindés bloquant les routes vers les principaux bureaux du gouvernement, le parlement et les tribunaux dans le centre de Harare.

Mugabe est au pouvoir depuis près de quatre décennies, depuis l’indépendance de l’ancienne colonie britannique du Royaume-Uni en 1980.

Pour de nombreux Zimbabwéens, il est un «héros de guerre» et une «icône africaine» qui a joué un rôle déterminant dans l’indépendance du pays.

Cependant, la détérioration de sa santé au cours des dernières années a déclenché une guerre de succession entre sa femme Grace et le vice-président Emmerson Mnangagwa.

Les généraux militaires sont fortement opposés à la présidence de Grace, tandis que Mnangagwa a maintenu des liens cordiaux avec l’armée.

Jeudi, l’Union africaine a exprimé sa préoccupation, appelant l’armée du Zimbabwe à stopper ce qui « ressemble à un coup d’Etat ».

dfb89a73-204a-40b5-81f2-cf534922c08d

Alpha Condé, président de la Guinée et chef de l’Union africaine (Photo AFP)

La crise au Zimbabwe semble être un coup d’Etat: l’Union africaine

L’Union africaine a exprimé sa préoccupation face à la crise politique en cours au Zimbabwe, appelant l’armée du pays à cesser ses actions dans ce qui « ressemble à un coup d’Etat » contre le président Robert Mugabe

Le chef de l’UA, le président guinéen Alpha Condé, a averti que le continent « n’acceptera jamais le coup d’Etat militaire » au Zimbabwe et a appelé à un retour à « l’ordre constitutionnel ».

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a également appelé au « calme et à la non-violence » et à la préservation des droits fondamentaux des citoyens zimbabwéens, a déclaré un porte-parole du chef de l’ONU.

À Harare, les résidents ont continué leur vie comme d’habitude jeudi, faisant la navette, socialisant et travaillant comme ils ignoraient les quelques soldats encore dans la rue.

Dans son éditorial, le journal Herald, qui appartient à l’État, a pris une position neutre en restant fidèle à Mugabe mais en soutenant l’action de l’armée.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :