A la Une

Pas si invisible: la frégate furtive française n’a pas pu échapper aux radars russes

© AFP 2017 JOEL SAGET

La technologie Stealth, censée assurer la furtivité des bâtiments de guerre, n’a pas réussi à dissimuler la frégate française F-714 Guépratte de type La Fayette des radars russes. Le bâtiment est entré dimanche en mer Noire et navigue actuellement vers sa partie orientale.

La frégate française F-714 Guépratte de type La Fayette n’a pas réussi à échapper à l’œil attentif de la station d’observation de la Flotte de la mer Noire, a affirmé dans un entretien à Sputnik une source sécuritaire en Crimée.

Dotée de la technologie Stealth, qui empêche la détectabilité du bâtiment, assurant ainsi sa furtivité, et équipée de missiles antinavires, la frégate est entrée lundi en mer Noire.

Selon l’interlocuteur de Sputnik, les radars russes sont capables de détecter les bâtiments de ce type à des centaines de mètres de distance.

«La surfaite technologie Stealth a trébuché face à l’industrie radioélectronique russe. [La frégate] La Fayette s’est fait remarquer sur les écrans des services radio et techniques de la Flotte de la mer Noire alors qu’elle traversait le Bosphore», a expliqué la source.

Selon les estimations, la frégate française se dirige vers la partie orientale de la mer Noire, notamment vers la Géorgie. «[La frégate] La Fayette ne nous échappera pas dans la mer Noire. Nous l’observerons jusqu’à l’amarrage», a ajouté l’interlocuteur de l’agence.

La dernière visite de ce navire en mer Noire remonte à mars 2017. La frégate avait alors fait une escale dans le port roumain de Constanta et participé à des exercices navals franco-roumains. En mars 2015, la Guépratte avait visité le port ukrainien d’Odessa.

Ces dernières années, les bâtiments des marines de guerre des États-Unis et d’autres membres de l’Otan se sont à plusieurs reprises rendus en mer Noire. Conformément à la Convention de Montreux de 1936, les navires militaires des pays non riverains de la mer Noire peuvent passer dans cette mer 21 jours consécutifs. Le document impose également des restrictions quant à la classe et au tonnage total de ces bâtiments, qui ne doit pas dépasser 30.000 tonnes en temps de paix.

Source : Sputnik News – France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :