A la Une

Échec et mat de prédateurs au Yémen : l’ex-président Saleh tué par les rebelles houthis (PHOTO, VIDEO)

L’ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh/© Khaled Abdullah Source: AFP

Yémen : l’ex-président Saleh tué par les rebelles houthis, son parti confirme (PHOTO, VIDEO)

L’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué dans une attaque menée par des rebelles houthis. Des images de son corps sans vie sont apparues sur internet. Les rebelles chiites ont dans la foulée annoncé la reprise de Sanaa.

La chaîne de télévision des Houthis, Al-Massirah, annonce ce 4 décembre que l’ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué dans une attaque armée menée par les rebelles chiites. Ceux-ci ont attaqué le véhicule de l’ancien chef d’Etat au lance-roquette au sud de la capitale Sanaa avant de le tuer par balle. Si l’information avait dans un premier temps été démentie par le Congrès général du peuple yéménite, le parti d’Ali Abdallah Saleh, une dirigeante de la formation, Faïka al-Sayyed, l’a confirmée à l’AFP.

Sur les réseaux sociaux, une vidéo amateur sur laquelle on peut voir le cadavre d’Ali Abdallah Saleh, transporté dans un drap, est apparue.

ATTENTION LES IMAGES SUIVANTES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE

5a2550bf09fac2f63e8b4567

Capture d’écran d’une vidéo montrant le cadavre d’un homme présenté comme l’ancien président du Yemen Ali Abdallah Saleh/ © AFP

Quelques heures plus tôt, plusieurs témoignages ont fait état d’une explosion survenue au domicile de l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, dans la capitale Sanaa. L’attaque est due aux rebelles, dont le leader Abdul Malik al-Houthi s’est réjoui d’une victoire contre les «forces d’agression», se référant à la coalition menée par l’Arabie saoudite dans le pays contre les Houthis chiites.

Vers la victoire des Houthis ?

Le ministère de l’Intérieur, contrôlé par les rebelles, a annoncé «la fin de la milice de la trahison» et a confirmé également la mort d’Ali Abdallah Saleh, ainsi que celle d’«un certain nombre de ses éléments criminels» dans un communiqué cité par la chaîne de télévision des Houthis, Al-Massirah.

Quelques instants plus tard, le même ministère a annoncé que la capitale, Sanaa, était sous contrôle des combattants chiites selon les médias locaux, annonçant la «fin de la crise».

De violents combats ont éclaté à Sanaa ces derniers jours, tandis que les frappes de la coalition menées par l’Arabie saoudite se poursuivent, ciblant les positions des rebelles houthis. Ce 4 décembre, ces derniers ont mis en difficulté les partisans de l’ancien président Ali Abdallah Saleh, avec lequel ils étaient alliés jusqu’à un récent revirement. En effet, s’ils combattaient côte à côte contre les partisans du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par Riyad, leur entente à volé en éclat le 29 novembre dernier. Depuis, les deux camps s’affrontent, amorçant un nouveau conflit dans le conflit en cours depuis 2015.

Source: RT France

d8fb57ed-19ab-486d-953b-da554f4b8708Capture d’écran de la chaîne Press TV montrant le leader du mouvement yéménite Ansarallah Abdel Malek al-Houthi qui s’adresse à la nation après la mort de l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, le lundi 4 décembre 2017.

Le peuple yéménite a déjoué un grand complot, a affirmé le chef du mouvement yéménite Ansarallah.

Suite à la confirmation de la nouvelle sur l’assassinat de l’ancien président yéménite et chef du parti Congrès général du peuple, Ali Abdallah Saleh, le chef du parti yéménite Ansarallah Abdel Malek al-Houthi a prononcé un discours ce lundi 4 décembre.

Selon l’agence de presse Fars News, Abdel Malek al-Houthi a affirmé que ce mouvement avait réussi à écarter une menace majeure contre la sécurité du pays, en neutralisant le complot ourdi par l’ancien président Ali Abdallah Saleh.

Il a tenu à remercier les appareils sécuritaires et les instances gouvernementales yéménites pour avoir déployé de vastes efforts afin de neutraliser le complot des « paramilitaires traitres ». Al-Houthi a surtout affirmé que le mouvement Ansarallah n’avait aucun problème avec le parti Congrès général du peuple, remerciant également les « prises de position responsables » de certains membres de ce parti.

(Détails à suivre…)

Source: Press TV

d4ad98e0-a273-499c-b983-d908857931c0Ali Abdallah Saleh a été tué alors qu’il tentait de prendre la fuite pour Maarib. (Photo d’archives)

Dans un communiqué publié il y a à peine quelques minutes, le ministère yéménite de l’Intérieur confirme la mort de l’ancien président Ali Abdallah Saleh.

Le communiqué affirme :  » Le complot (fomenté par Saleh, NDLR) de concert avec les forces d’agression aura été de loin la pire trahison commise contre le peuple pour mettre au pas sa résistance « .

Le texte affirme que la crise « qu’avaient déclenchée les traîtres mercenaires, a pris fin après la mort de leur chef de file » et que la capitale est désormais sous contrôle.

Le coup de force de Saleh a commencé vendredi quand ses partisans s’en sont pris aux forces d’Ansarallah et ont tenté de reprendre la capitale yéménite et en expulser les forces d’Ansarallah. Le complot qui visait surtout à changer la donne sur le terrain des combats où l’armée yéménite et Ansarallah ont le dessus a été déjoué, l’ancien président ayant été délaissé par bon nombre de ses partisans.

Le Congrès général du peuple a même désavoué le coup d’État que Saleh a déclenché dans l’espoir de ramener au pouvoir son fils. L’ancien président a été abattu alors qu’il tentait de se rendre à Maarib.

Le porte-parole de l’armée yéménite, en grande partie fidèle à Saleh, a affirmé de son côté que la priorité pour les forces yéménites restait la défense du territoire national face à l’agresseur saoudien et ses alliés. Dimanche, les forces yéménites ont tiré un missile de croisière contre la centrale nucléaire de Barakah, à 35 kilomètres d’Abou Dhabi.

Source: Press TV

Les derniers mots de Saleh adressés au peuple yéménite

1034168876

© Sputnik. Alexei Druzhinin

Assassiné ce lundi après-midi dans la capitale yéménite, l’ex-Président Ali Abdallah Saleh avait fait la veille une déclaration importante adressée au peuple yéménite, prédisant notamment «une bataille décisive» à Sanaa.

Ali Abdallah Saleh, Président yéménite de 1994 à 2011, a été tué lundi par les rebelles houthis, a confirmé à Sputnik Al-Mahdi Ahmad bin Yahya, chef d’un département de l’armée yéménite alliée avec les Houthis.

Dimanche soir, l’ancien Président yéménite a annoncé son refus de coopérer avec le mouvement politique houthi Ansar Allah.

Il a alors déclaré: «Bientôt une bataille décisive aura lieu à Sanaa. Le pays doit être sauvé de la stupidité du groupe houthi».

Ces deux phrases sont devenues les derniers mots de l’ex-Président que les médias connaissent.

Auparavant, l’ancien chef d’État avait tendu la main à la coalition adverse dirigée par l’Arabie saoudite, ce qui a été qualifié de «grande trahison» par les Houthis, ses alliés dans la lutte contre le Président en fonction Abd Rabbo Mansour Hadi. Des affrontements ont éclaté ensuite dans la capitale Sanaa contrôlée par les forces anti-Hadi.

Lundi, la chaîne de télévision iranienne Al-Alam et l’agence d’information iranienne Tasnim ont affirmé que M.Saleh avait été tué par les insurgés Houthis.

D’après Tasnim, M.Saleh a trouvé la mort alors qu’il essayait de s’enfuir de la capitale yéménite vers le gouvernorat de Marib.

Le Yémen est le théâtre d’un conflit sanglant opposant les forces gouvernementales du Président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale, au mouvement chiite des rebelles houthis Ansar Allah et aux unités militaires fidèles à l’ancien Président Ali Abdullah Saleh. La coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite et comprenant la plupart des pays du golfe Persique mène des frappes aériennes contre les houthis depuis mars 2015.

L’Onu a lancé une enquête sur la situation au Yémen qu’elle qualifie de «pire crise humanitaire au monde». Selon l’Onu, 17 millions de Yéménites manquent de nourriture et 7 millions d’entre eux dépendent entièrement de l’aide humanitaire étrangère. D’après l’Unicef, 150.000 enfants risquent de mourir de faim au Yémen d’ici la fin de 2017.

Source : Sputnik News – France

1 Comment on Échec et mat de prédateurs au Yémen : l’ex-président Saleh tué par les rebelles houthis (PHOTO, VIDEO)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :