A la Une

«Ordinateurs passés à l’eau de javel» : l’ONG Sherpa accuse Lafarge d’entrave à la justice (VIDEO)

Photo du centre de distribution de ciment Lafarge, prise quai André Citroën à Paris en 2010/© Jacques Demarthon Source: AFP

L’ONG Sherpa, partie civile dans l’enquête pour financement du terrorisme visant Lafarge, accuse la société de saboter des preuves. «Les ordinateurs ont été passés à l’eau de javel pour empêcher la justice de travailler», a-t-elle notamment dénoncé.

L’ONG Sherpa, partie civile dans l’enquête pour financement du terrorisme qui vise Lafarge, accuse le cimentier de ne pas collaborer avec les enquêteurs et demande au parquet de diligenter une enquête «pour entrave à l’exercice de la justice», a fait savoir l’association le 12 décembre au cours d’une conférence de presse.

Le groupe Lafarge, est mis en cause pour avoir transmis de l’argent et acheté du pétrole à des groupes djihadistes, dont l’Etat islamique (EI), pour continuer à faire tourner sa cimenterie en Syrie. Marie Dosé, avocate de l’ONG qui représente onze anciens employés syriens de l’usine, affirme qu’il «ment quand il affirme pleinement collaborer avec les enquêteurs».

Des éléments essentiels ne se trouvaient plus au siège lorsque la perquisition a été effectuée

«Lorsque des magistrats instructeurs ont souhaité réaliser des perquisitions, le groupe Lafarge avait pris soin de faire en sorte que peu d’éléments favorables à la manifestation de la vérité soient retrouvés dans l’informatique ou en matière de documents», accuse Marie Dosé au micro de RT France. Avant la perquisition menée au siège du groupe à Paris les 14 et 15 novembre, «les ordinateurs ont été passés à l’eau de javel pour empêcher la justice de travailler», a-t-elle encore dénoncé.

Les juges d’instruction, qui pilotent cette enquête depuis juin, semblent dresser le même constat, d’après une source proche du dossier : «Des éléments essentiels ne se trouvaient plus au siège lorsque la perquisition a été effectuée.»

Par ailleurs, deux personnes mises en examen ont fait état de «propositions d’accord du groupe pour soit acheter leur silence soit devancer les interrogations qui pourraient leur être soumises», selon Sherpa qui demande l’ouverture d’une enquête pour «entrave à l’exercice de la justice».

«Près de 13 millions d’euros ont été versés à des intermédiaires indirectement ou directement et donc à des organisations terroristes dont Daesh pour permettre à Lafarge de poursuivre son activité», dénonce l’avocate. «L’attentat de novembre 2015 […] a coûté environ 100 000 euros. On est ici à 13 millions, donc qui peut nous assurer que cet argent n’a pas servi à financer un attentat en France ?», interroge Marie Dosé.

Des cadres et responsables du cimentier français, qui a fusionné avec le Suisse Holcim en 2015, ont relaté aux enquêteurs que la décision de se maintenir en Syrie avait reçu l’aval du quai d’Orsay. L’avocat William Bourdon, président de l’ONG, s’interroge quant à lui sur la «frilosité, la complaisance voire la complicité» des autorités françaises. «Il y a toute une documentation qui montre que tous les indicateurs étaient réunis, que tous les feux rouges étaient allumés sur le fait qu’il fallait déguerpir au plus vite de la zone. Il y avait des décapitations qui se faisaient à quelques dizaines de kilomètres de l’usine, des vidéos qui circulaient sur internet à l’époque et elles auraient échappé aux dirigeants de Lafarge, elles auraient échappé à Bercy ? Vous voyez bien que c’est dénué de toute crédibilité», a-t-il déclaré à la presse.

Par ailleurs, dès septembre 2014, peu de temps avant que l’EI prenne le contrôle du site, plusieurs télégrammes diplomatiques à destination de la direction générale du Trésor faisaient état de la situation de Lafarge en Syrie. Or «il a fallu attendre un article dans Le Monde près de deux ans plus tard pour qu’une enquête soit ouverte», a noté Marie Dosé.

Six cadres et responsables du cimentier ont été mis en examen en décembre pour «mise en danger de la vie d’autrui» et «financement d’une entreprise terroriste», dont l’ex-PDG de Lafarge Bruno Lafont, et l’ex-directeur général de Lafarge Holcim Eric Olsen, une première pour de grands patrons français.

Source: RT France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :