A la Une

Nouvel ordre mondial: un système de compromis?

© AP Photo/ Seth Wenig

Le monde revit des transformations fondamentales. L’ordre mondial actuel construit par Washington est en crise, mais les perspectives de sa transition vers une nouvelle forme sont vagues. Се sujet a été discuté lors de la conférence «Nouvelle gouvernance globale – un système de compromis?» à Moscou.

Un nouvel ordre international est sur le point de succéder à celui qui avait été établi par Washington à l’issue de la Guerre froide. La période de transition actuelle constitue un défi pour l’humanité, estiment les experts internationaux s’étant exprimés lors de la conférence «Nouvelle gouvernance globale — un système de compromis?» à Moscou.

Crise de l’ordre libéral international

Pour Xin Zhang, professeur d’économie politique à l’École normale supérieure de l’Est de la Chine, l’ordre libéral international est en crise profonde. Selon lui, les trois piliers de cet ordre, l’ouverture économique, la démocratie libérale et le respect de ses règles par les acteurs de ce système, sont contestées pour différentes raisons.

Paradoxalement, ce sont les États-Unis qui, par leur isolationnisme et leur protectionnisme, sapent aujourd’hui activement les principes de la mondialisation économique, indique l’expert. Dès après sa nomination, Donald Trump a annoncé la sortie de Washington de l’accord de partenariat trans-pacifique (TTP) qui instaurait des règles de libre-échange dans la zone Pacifique. Les États-Unis insistent par ailleurs pour que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) soit révisé. Parallèlement, des pays à forte croissance économique, tels que la Chine, soutiennent le processus de la mondialisation économique, souligne M. Zhang.

Ce sont les USA qui sapent aujourd’hui activement les principes de la mondialisation économique, suppose Xin Zhang© AP Photo/ John Locher
Ce sont les USA qui sapent aujourd’hui activement les principes de la mondialisation économique, suppose Xin Zhang

Quant à la démocratie libérale, le point le plus contestable de ce pilier de l’ordre actuel réside dans les efforts des États occidentaux à diffuser ce modèle politique dans un système global fonctionnant conformément à d’autres principes, et dans les systèmes politiques des pays non-occidentaux. Une telle politique, accompagnée par la violation de la souveraineté nationale et les changements brutaux de régimes, ne fait que déstabiliser ce même ordre libéral, constate l’expert.

Le problème des règles découle logiquement du point précédent. La création par l’Occident de structures et d’institutions parallèles à celles du système onusien instaure le désordre sur la scène internationale et provoque la résistance de certaines puissances, notamment de la Chine et de la Russie, conclut M. Zhang.

Les USA ne seraient-ils plus le premier violon du concert international?

Contrairement à son collègue chinois, Alan Cafruny, expert en relations internationales et en politique européenne à l’Hamilton College (New York), estime que ces tendances ne mènent pourtant pas à des changements majeurs dans l’ordre international libéral et ne menacent pas les positions américaines.

Selon lui, Washington, qui demeure la première économie du monde avec près de 25% du PIB mondial, qui parvient à conserver au dollar son statut de monnaie de réserve globale et qui possède un potentiel culturel considérable, a toutes les chances de rester le maître du jeu sur l’échiquier mondial.

Les USA ont toutes les chances de rester le maître du jeu sur l’échiquier mondial, selon Alan Cafruny

En ce qui concerne la politique extérieure de l’administration Trump qui semble saper l’ordre libéral, il s’agit d’un défi pour les élites américaines, mais pas pour l’ordre international.

Les décisions de Trump lourdes de conséquences, telles que la sortie de l’accord nucléaire iranien, l’exacerbation des tensions avec Pyongyang et le fait de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État hébreu, sont des gestes symboliques qui ne changeront pas sérieusement l’équilibre international, indique le spécialiste.

La politique isolationniste et protectionniste n’a pas encore produit de grands changements dans le domaine du commerce international. De plus, des économies et des structures régionales ont obtenu des résultats impressionnants en matière d’intégration économique et de libéralisation commerciale sans recevoir de soutien de la part des États-Unis, assure M. Cafruny.

Il compare la présidence de Trump à celle de Ronald Reagan, entre lesquelles il ne relève qu’une seule différence.

«Son protectionnisme ressemble à celui de l’administration Reagan, mais il [Trump, ndlr] est hors de l’establishment», explique l’expert américain.

La transformation de l’ordre mondial serait-elle tout de même pour demain?

Dmitri Suslov, américaniste à l’École des hautes études en sciences économiques (EHESE) de Moscou, est parmi ceux qui pensent qu’un nouvel ordre international est proche. Il se focalise sur l’adaptation des États-Unis aux réalités géopolitiques de la transition vers un nouveau système international qui, pour lui, est un des principaux défis auquel le monde est confronté.

«Il est absolument clair que les États-Unis résistent aux changements et que cette adaptation sera extrêmement difficile et pénible, pour eux-mêmes et pour le monde entier», constate M. Suslov.

La politique de Washington dans un monde instable serait déterminée par deux groupes de facteurs: les uns, extérieurs, comme l’équilibre des pouvoirs, la demande de leadership américain; les autres, intérieurs, comme la capacité de Washington à assurer ce leadership et le consensus entre les élites sur sa politique internationale, explique l’expert.

Washington résiste aux changements de l’ordre mondial, estime Dmitri Suslov.© AP Photo/ Mindaugas Kulbis
Washington résiste aux changements de l’ordre mondial, estime Dmitri Suslov.

Tous ces facteurs connaissent actuellement de graves perturbations, selon lui.

Les facteurs extérieurs sont en crise profonde depuis la présidence de George W. Bush.

«Il est évident que les États-Unis sont incapables de transformer le monde de façon à ce qu’il serve leurs intérêts. Il est tout aussi clair qu’ils sont incapables de soutenir l’équilibre régional. Le Moyen-Orient en est la meilleure illustration, en plus, les États-Unis ne peuvent pas entraver l’ascension de la Chine», souligne M. Suslov.

La multipolarité, c’est aussi en économie!
© Sputnik. Alexander Demyanchuk
Barack Obama avait essayé de s’adapter à cette nouvelle réalité en établissant des structures régionales telles que le TTP. La guerre entre Donald Trump et l’establishment provoquée par la crise intérieure de la société américaine a détruit le consensus inter-élites sur la politique extérieure du pays.

Cette crise intérieure ne s’achèvera pas avec la présidence de M. Trump puisque son accession au pouvoir n’est pas la raison de cette crise, mais la conséquence du clivage profond qui mine la société américaine, estime l’expert russe.

Ainsi, l’incertitude dans la politique extérieurs de Washington et la crise politique et sociale à laquelle sont confrontés les États-Unis affaibliront encore l’ordre mondial actuel, mais n’ajouteront ni stabilité et ni volonté de trouver un compromis dans la construction d’un nouvel ordre mondial.

Source: Sputnik News – France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :