A la Une

Les médias du Caire: le Soudan complote avec la Turquie, le Qatar contre l’Egypte

Une vue générale du Nil au Caire le 17 décembre 2017. (Photo par l’AFP)

Les médias pro-gouvernementaux au Caire ont accusé le Soudan voisin de conspirer avec la Turquie et le Qatar contre l’Egypte.

L’Égypte est depuis longtemps en désaccord avec le Qatar et la Turquie sur leur prétendu soutien aux Frères musulmans et leurs dirigeants qui sont menacés de lourdes peines d’emprisonnement et d’exécution.

L’Egypte fait partie d’une coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui a bloqué le Qatar pour avoir suivi une politique non conforme à celle de Riyad.

Du côté africain de ses frontières, l’Egypte est engagée dans un conflit avec le Soudan et d’autres voisins sur les eaux du Nil qui sortent des hauts plateaux éthiopiens et de l’Afrique centrale.

L’Éthiopie prévoit de construire le plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique sur le Nil, mais l’Égypte considère le projet comme une menace réelle pour sa nation qui dépend fortement de la rivière pour l’eau potable et les produits de l’expédition.

Avec les négociations internationales sur le barrage dans une impasse, le Soudan a apparemment pris le parti de l’Éthiopie dans le conflit.

Que disent les médias égyptiens?

Les médias égyptiens ont profité de la visite au Soudan du président turc Recep Tayyip Erdogan, d’une rencontre à Khartoum entre les chefs d’état-major du Soudan, de la Turquie et du Qatar et des efforts renouvelés de Khartoum pour relancer le long conflit frontalier avec l’Egypte.

« Le président soudanais Omar Bashir joue avec le feu en échange de dollars », écrit le chroniqueur Emad Adeeb dans le quotidien Al-Watan.

Dans une colonne titrée « Le suicide politique d’Omar Bashir », Adeeb a déclaré que le Soudan violait les règles de l’histoire et de la géographie et conspirait contre l’Egypte dans « un plan éthiopien pour priver l’Egypte d’eau et le financement des efforts du Qatar pour saper l’Egypte ».

Le Caire est également préoccupé par les liens militaires étroits du Soudan avec la Turquie, y compris leur projet de construction d’une installation navale commune sur la mer Rouge pour réparer les navires annoncés par Bashir et le dirigeant turc à Khartoum.

Le Soudan s’est plaint ce mois-ci à l’ONU qu’un accord de démarcation maritime conclu en 2016 par l’Egypte et l’Arabie Saoudite portait atteinte à ce qu’il prétendait être les eaux soudanaises au large d’une région frontalière égyptienne qu’il revendique comme sienne.

L’alliance égypto-saoudienne

Cette édition du programme traite de l’alliance du Caire avec l’Arabie Saoudite dans les crises régionales malgré les problèmes de sécurité à l’intérieur du pays.

Les médias égyptiens, quant à eux, insistent sur le fait que Bashir a cédé à la souveraineté de la Turquie sur Suakin, une petite île stratégique au large de la côte soudanaise de la mer Rouge. Erdogan a démenti que son pays y construise une base navale, disant que la Turquie ne prévoit que de restaurer les ruines de l’ère ottomane dans la région.

Emad Hussein, rédacteur en chef du quotidien al-Shorouk du Caire, a écrit jeudi que la visite d’Erdogan au Soudan, la première par un chef d’Etat turc, « ne peut être considérée que comme un harcèlement de l’Egypte et une tentative de l’importuner. « 

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :