A la Une

Quelle stratégie: obliger militairement Washington à quitter la Syrie souveraine ou laisser s’installer une nouvelle occupation militaire?

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis(G) et le commandant du CENTCOM, Joseph Votel, ont traité de la stratégie militaire de Washington en Syrie lors d’un briefing en avril au Pentagone à Washington. ©Getty Images

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a déclaré qu’il s’attendait à voir une plus grande présence américaine en Syrie, où 2 000 soldats américains sont d’ores et déjà positionnés sans l’autorisation du gouvernement syrien.

Le secrétaire à la Défense américain, James Mattis, a annoncé vouloir multiplier le nombre des forces en Syrie. Il s’agit d’une nouvelle tentative pour faire avancer le projet anti-Assad de l’administration US. Cela, alors que Daech est mis au pas dans la quasi-totalité des principales provinces syriennes.

Mattis a prétendu, vendredi 29 décembre, que les États-Unis déploieraient plus d’entrepreneurs et de diplomates dans ce pays déchiré par la guerre, avec lequel Washington a suspendu ses relations diplomatiques.

Les allégations de Mattis semblent inciter la colère du gouvernement syrien qui qualifie toujours d’illégale la présence des États-Unis en Syrie sous couvert d’une prétendue coalition internationale contre Daech.

Mattis parle de la lutte des 2000 soldats US contre Daech sur le sol syrien dans le cadre de la « coalition », tandis que les terroristes sont toujours présents dans les provinces-clés du pays.

« Ce que nous ferons, c’est passer de ce que j’appellerais une offensive à une stabilisation… vous verrez plus de diplomates américains sur le terrain », a lancé Mattis aux journalistes du Pentagone.

Le secrétaire à la défense avait précédemment souligné :  » La bataille contre Daech n’est pas terminée. »

Il a également prétendu que les diplomates et les sous-traitants pourraient entraîner les forces locales pour nettoyer les engins explosifs improvisés dans les anciens bastions de Daech et empêcher les terroristes de reprendre les territoires libérés.

Il n’a pourtant donné aucune information spécifique sur le nombre de diplomates américains qui allaient servir en Syrie ni sur le temps de leur présence dans ce pays.

Les déclarations du secrétaire à la Défense vont à rebours de celles d’un haut responsable américain qui a plaidé, dans une lettre à l’adresse de la soi-disant coalition anti-Daech en Syrie, pour la poursuite de l’opération militaire, pendant les trois premiers mois de 2018.

L’envoyé spécial américain auprès de la coalition internationale, le général Brett McGurk a par ailleurs signalé que les États-Unis avaient décidé de prolonger leur présence militaire en Syrie.

Source: Press TV

Syrie: combats aux portes d’Idleb entre armée et takfiristes, évacuations dans les deux Ghouta de Damas

Des combats opposant vendredi l’armée syrienne à des miliciens takfiristes et leurs alliés aux portes de la province d’Idleb ont fait des dizaines de morts, alors que près de Damas, des combattants étaient évacués de la région de la Ghouta occidentale.

Les forces gouvernementales, appuyées par l’aviation de la Russie, alliée de Damas, avaient lancé lundi une opération à la périphérie de la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, s’emparant de plusieurs villages et localités.

La province d’Idleb est aujourd’hui dans sa quasi-totalité sous contrôle du Front Fateh al-Cham, branche syrienne d’Al-Qaïda. Des groupes rebelles y sont aussi présents.

Le sud-est de la province « est visé par des bombardements d’une violence sans précédent depuis des mois » de la part des avions syriens et russes, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
« Le but immédiat de l’armée est de s’emparer du sud-est » de la province, a déclaré à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.
Un caméraman syrien travaillant pour le réseau de télévision proche du pouvoir  Sama a été tué vendredi alors qu’il couvrait les affrontements en cours.

Selon un correspondant de l’AFP près du front, des messages diffusés par haut-parleurs dans des villages rebelles ont appelé les habitants à rester chez eux et ont annoncé l’annulation de la prière musulmane du vendredi.
Des centaines de civils fuyant leurs villages à bord de voitures et de pick-up se dirigeaient vers la ville d’Idleb, chef-lieu de la province.

Evacuations à Beit Jin et dans les deux Ghoutas de Damas

Or, la province d’Idleb devrait accueillir un nouveau groupe de miliciens takfiristes évacués de la région de Beit Jin et Maghar al-Mir ,  région dans le sud syrien qui était également occupée par le front Fatah al-Cham (front al-Nosra) . Située à cheval entre le Golan syrien et le Liban, elle  a été libérée au cours de cette semaine par l’armée syrienne et ses alliés.

Selon Média de guerre, instance médiatique de la résistance, 4 bus ont transporté des dizaines de miliciens et les membres de leurs familles vers la province d’Idleb. Selon le Croissant rouge, il s’agit en tout et pour tout de 94 personnes, dont 65 miliciens.

Après l’opération menée par les forces régulières, les miliciens soutenus par Israël se sont effondrés. Certains d’entre eux se sont enfuis vers les hameaux de Chebaa, avec l’aide des soldats de l’occupation israélienne qui ont facilité leur  passage des deux provinces de Quneitra et de Deraa en passant par les versants de la montagne Jabal al-Cheikh occupé par Israël.

Deux autres opérations d’évacuation ont eu lieu dans les deux Ghouta occidentale et orientale.

Dans la première, il y eu un accord avec le gouvernement syrien en fonction duquel des dizaines de takfiristes et des combattants rebelles ont été évacués des dernières zones qu’ils contrôlaient, près de Damas, a rapporté la télévision d’Etat syrienne.
Une fois évacués dans leur totalité, les groupes rebelles n’auront aucune présence dans la Ghouta occidentale pour la première fois depuis 2012, a souligné le directeur de l’OSDH.

Dans la Ghouta orientale de Damas, sur trois jours, 29 patients ont été évacués en échange de la libération par les rebelles de 29 détenus, conformément à un accord conclu entre pouvoir et insurgés.

Dernier fief de la rébellion près de Damas, la Ghouta orientale est occupée depuis 2013 par des milices , dont entre autre Jaïsh al-Islam qui est financé par l’Arabie saoudite et le front Fatah al-Cham d’al-Qaïda. Depuis cette date,  l’armée syrienne assiège cette région avec l’espoir que les milices finiront par accepter un accord pour la quitter, ce qui devrait permettre d’éviter une bataille meurtrière pour les deux côtés.
« Treize civils, dont six enfants et quatre femmes, ont été évacués jeudi à minuit » de la localité de Douma, selon un responsable local. Seize avaient déjà pu partir lors des deux jours précédents et être transportés vers des hôpitaux de Damas. Ils sont accompagnés de 56 de leurs proches, indique le Croissant rouge syrien.

Et dans la province de Raqqa, deux fosses communes contenant des dizaines de corps de civils et de militaires syriens assassinés par les jihadistes takfiristes de l’EI ont été découvertes vendredi,  près de la localité de Wawi, dans l’ouest , a indiqué l’agence de presse officielle syrienne Sana.

Cette région située dans le nord de la Syrie est occupée par les milices kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) avec l’aide de la Coalition internationale menée par les Etats-Unis. Ayant intervenu en Syrie, avec pour prétexte de combattre Daech, la présence de cette coalition perd de sa légitimié avec son éradication. D’autant que Damas a réclamé récemment  son départ. Mais Washington ne l’entend pas de cette oreille.

Source: Almanar

Lavrov : Les forces américaines doivent quitter complètement les territoires syriens

Moscou /  Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, a jugé nécessaire que les forces américaines quittent complètement les territoires syriens.

Dans une déclaration donnée à l’agence «Interfax», Lavrov a indiqué que le Conseil de sécurité n’a pas donné son aval à l’action des Etats-Unis et de la Coalition qu’ils conduisent en Syrie, ajoutant que les forces américaines n’étaient pas venues à la demande du gouvernement légitime syrien.

«Les Américains doivent quitter les territoires syriens dès que ceux qui sont restés des terroristes soient éliminés totalement. La chose qui sera réalisée prochainement», a-t-il dit.

Il s’est aussi étonné des déclarations du secrétaire d’Etat américain à la défense, James Mattis sur l’intention de maintenir les forces américaines en Syrie jusqu’à la réalisation d’un progrès dans le règlement politique, précisant que Washington veut maintenir son hégémonie sur une partie des territoires syriens pour réaliser son but.

Lavrov a assuré que toute décision sur l’avenir de la Syrie ne peut être prise que par le peuple syrien conformément à la résolution du CS N°2254.

Il a, enfin, exprimé sa conviction que la coopération avec les Etats-Unis est possible si ceux-ci voulaient lutter contre le terrorisme.

Zakharova : Les nouvelles armes appartenant aux terroristes en Syrie démontrent que leur soutien n’a pas été arrêté

La Porte-parole du ministère russe des AE, Maria Zakharova, a exprimé l’inquiétude de Moscou à l’égard de l’apparition de nouvelles armes appartenant aux terroristes en Syrie, ce qui démontre la poursuite du soutien qui leur a été apporté.

Dans une conférence de presse qu’elle a tenue aujourd’hui, Zakharova a réclamé à tous les membres de la Communauté internationale d’assumer leur responsabilité vis-à-vis de la résolution du Conseil de sécurité N°2254 prévoyant la nécessité d’interdire les attaques terroristes et d’éradiquer les terroristes dans plusieurs zones en Syrie.

Zakharova a souligné que la tentative des terroristes de prendre pour cible la base russe de Hmeymim en Syrie vise à mettre en échec le règlement de la crise en Syrie et à entraver la tenue de la conférence du dialogue national syrien.

Elle a appelé les forces internationales et régionales ayant une influence sur le développement de la situation en Syrie, à prendre une position claire pour soutenir la conférence du dialogue national syrien visant à soutenir les pourparlers de Genève  et à conclure des accords par les Syriens conformément à la résolution du Conseil de sécurité N°2254.

R.F. /  R.B.

Source: SANA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :