A la Une

Congo-Kinshasa : Les forces congolaises abattent 8 manifestants antigouvernementaux à Kinshasa: HRW

Un patrouilleur de police patrouille à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 30 novembre 2017. (Photo AFP)

Human Rights Watch (HRW) affirme que les forces de sécurité ont abattu au moins huit manifestants et en ont blessé une centaine d’autres lors de manifestations antigouvernementales en République démocratique du Congo (RDC).

Selon Ida Sawyer, directrice de HRW en Afrique centrale, deux des victimes ont été tuées dimanche à l’extérieur de l’église Saint-Alphonse, dans le district de Matete, dans la capitale Kinshasa.

Les églises catholiques et les activistes avaient appelé à manifester après la messe dominicale contre le refus du président Joseph Kabila de démissionner.

Georges Kapiamba, militant des droits de l’homme, a déclaré que près de 50 personnes avaient été arrêtées à Kinshasa.

À la Paroisse Saint Michel, dans le district de Bandalungwa, à Kinshasa, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes dans l’église, provoquant la panique.

Pierrot Mwanamputu, un porte-parole de la police, a nié que les forces de sécurité aient utilisé les tirs réels pendant les manifestations. « Nous fonctionnons dans la journée, tout le monde nous regarde, ce n’est pas la nuit. »

À la cathédrale Notre Dame du Congo, dans le district de Lingwala, à Kinshasa, où le chef de l’opposition, Felix Tshisekedi, assistait à la messe, la police et les soldats ont bloqué la route de plus de 100 partisans de l’opposition.

Dans une autre église du quartier ouvrier de Barumbu, quelques douzaines de policiers ont utilisé du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes contre quelque 300 pratiquants.

Séparément, plus de deux douzaines de personnes ont été arrêtées et trois autres grièvement blessées dans la ville de Kamina, dans le sud-est du pays.

La police a interdit les manifestations et a déclaré que tous les rassemblements de plus de cinq personnes seraient dispersés pour assurer l’ordre public. Partout à Kinshasa, la police et les soldats ont fouillé les véhicules et vérifié les identifications des passagers.

Samedi, les autorités ont ordonné que tous les services Internet et SMS soient supprimés jusqu’à nouvel ordre.

L’année dernière, le président Kabila s’est engagé à organiser une élection pour choisir son successeur d’ici la fin de 2017, une élection qui a été reportée à décembre 2018.

Les partisans de l’opposition brandissent des pancartes sur lesquelles on peut lire «Kabila, foutez le camp» et «Transition sans Kabila», comme ils le font à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 30 novembre 2017. (Photo: AFP)

La RDC avait l’une des règles coloniales les plus brutales avant de subir des décennies de dictature corrompue et de guerres civiles consécutives qui ont laissé le pays riche en minerai pauvre et politiquement instable.

En 2006, la mission de l’ONU a aidé à organiser les premières élections libres et équitables du Congo en 46 ans, ouvrant la voie à l’élection de Kabila pour un mandat de cinq ans.

Son second mandat a pris fin en 2016. Selon la constitution de la RD Congo, Kabila est interdit de chercher un troisième mandat. Cependant, il est autorisé à rester en fonction jusqu’à ce que son successeur soit élu mais il a décidé de rester au pouvoir. Cela a incité l’ONU à exhorter les autorités congolaises « à respecter les libertés fondamentales consacrées par la Constitution congolaise ».

Le retard dans la tenue d’une élection a attisé la violence dans le pays.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :