A la Une

L’Etat profond de Washington manipule la rue iranienne : des troubles qui déstabilisent l’Iran, attaquent la résistance régionale et avantagent les prédateurs

Des manifestations de soutien ont été organisées dans plusieurs villes en Europe, ici à Londres, devant l’ambassade iranienne, le 31 décembre 2017/© Eddie Keogh Source: Reuters

Les Etats-Unis d’Amérique interviennent directement dans les troubles iraniens : Trump met en garde l’Iran contre la répression des manifestations

Après avoir perdu en Syrie, c’est du pain béni pour Washington, qui passe par des opposants au régime, en utilisant des slogans de souffrances créées en grande partie par les sanctions politiques à effets économiques négatifs des Etats-Unis d’Amérique dans la société iranienne.

Donald Trump jubile et publie sur Twitter, ses sanctions antiéconomiques semblent marcher et produire des effets. La manipulation de l’ombre a fonctionné aussi. Les Etats-Unis comptant sur l’effet de surprise veulent tétaniser et balayer les autorités iraniennes, comptant sur l’esprit de composition du président Hassan Rouhani qui aime plus tant la discussion que la persuasion.

Comment l’Etat profond des Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés ont-ils pu pénétrer aussi profondément la société iranienne ? Existe-t-il des faiblesses dans le renseignement national ? Cela pourrait-il se passer dans le Fédération de Russie ou ailleurs ? Est-ce déjà la mise en pratique de la politique de défiance de Washington ?

Les Etats-Unis d’Amérique en ont profité pour jubiler et avertir l’Iran qu’ils regardent la scène se dérouler selon leurs plans, après la mort d’au moins 20 personnes dans des manifestations anti-gouvernementales qui se déroulent dans le le pays. Des consignes ont-elles été données aux manifestants de tout casser et détruire ?

Sur Twitter, le président des Etats-Unis d’Amérique se lâche en critiquant le Deal avec l’Iran, accord pourtant conclu par son prédécesseur, Barack Obama, dans lequel des sanctions antiéconomiques imposées auparavant à ce pays ont été levées, en échange d’une garantie des autorités iraniennes de ne pas développer un programme d’armes nucléaires.  Pourtant l’Iran a toujours nié ces accusations sans fondements.

Trump a la mémoire courte, il oublie les centaines de milliards que les Etats-Unis d’Amérique et l’Occident ont saisis à l’Iran et utilisé sans intérêts pendant la période d’imposition des sanctions politiques. Il déclare que le peuple iranien agit enfin contre le régime iranien brutal et corrompu. Les Etats-Unis d’Amérique pourraient-ils survivre en subissant des sanctions identiques dans les mêmes conditions ? Il se préoccupe de l’argent que le président Obama a semble-t-il donné qui selon lui est entré dans le terrorisme et dans leurs «poches», mais il ne soulève pas la question des intérêts à verser à l’Iran sur la saisie immorale de ses avoirs. Les gens ont peu de nourriture, beaucoup d’inflation et pas de droits humains, déclare-t-il. Les États-Unis regardent!

– Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 2 janvier 2018

Trump a beaucoup tweeté ces derniers jours, le dernier a été effectué pendant la période du Nouvel An, dans lequel il soutient que l’Iran est le «premier État de terreur sponsorisée», condamnant la restriction de l’accès mobile aux plateformes sociales comme Instagram et Telegram. Pourtant depuis son élection l’État profond aux Etats-Unis d’Amérique entreprend d’empêcher le bon fonctionnement des réseaux sociaux en empêchant ceux qui n’ont que ce canal de diffuser correctement leurs idées.

Cet état profond est derrière les grandes manifestations ayant cours en Iran actuellement. Il tente d’exécuter ce que l’on nomme habituellement les révolutions de couleurs, comme celles qui se sont déroulées en Ukraine, en particulier celle de la place du Maidan. Pour Trump en suivant à la lettre les instructions transmises dans l’ombre par l’État profond, les gens deviennent sages et comprennent que leur argent et leurs richesses sont volés et gaspillés en terrorisme.

Or c’est depuis que ce régime est en place que le pays a connu plus de développement que sous le Shah d’Iran. Aujourd’hui l’Iran produit des armes puissantes et tend à s’autonomiser, ce qui était impossible à cette époque sous la houlette des Etats-Unis d’Amérique. Aux Etats-Unis d’Amérique, il y a plus de souffrances dans les populations qu’en Iran, comme d’ailleurs avant les guerres en Irak, en Syrie ou encore sous le régime de Mouammar Kadhafi en Libye, qui a été totalement détruite et appauvrie par les grands prédateurs.

Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés sont entrés en Syrie clandestinement par la « fenêtre » sans l’accord des autorités en place et ils comptent y rester pour tenter de refaire le même coup, en déstabilisant le pouvoir en place par la rue manipulée, comme en 2011. Ils disent d’ailleurs surveiller de très près les violations des droits de l’homme, comme si eux respectent chez eux les droits de leurs minorités, à commencer par les noirs dont ils ont tout fait pour créer les conditions qui les entrainent massivement en prison et nombreux errent dans la rue, sans domicile fixe.

Si l’Iran est l’État numéro un de la terreur commanditée et viole les droits de l’Homme, que sont donc les Etats-Unis d’Amérique dont on dit qu’ils sont derrière la naissance de nombreux mouvements terroristes qui sillonnent la planète, comme Daech, avec le concours de certains alliés ?

L’Iran n’a pas échoué à tous les niveaux, il y a une période d’adaptation pour reconstruire ce que les sanctions politiques ont détruit pendant de longues années et relancer les activités économiques pour créer les emplois et générer plus de ressources financières. Par exemple les sanctions ont réduit les activités dans le domaine des hydrocarbures, les infrastructures et les usines dédiées sont à reconstruire, donc il faut une certaine période d’adaptation pour atteindre déjà la vitesse de croisière d’antan et la dépasser. Or Donald Trump envisage de dénoncer l’accord pour introduire d’autres sanctions, dans quel but réel ? Cela, ceux qui manifestent le comprennent-ils ?

Le grand peuple iranien a été affamé par les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés pendant de longues années, c’est pourquoi pour l’instant tous les besoins vitaux ne sont pas encore à leur disposition. Les populations ont certes besoin de nourriture, de liberté, mais aussi de défense et de protection contre les prédateurs qui rôdent et attendent toute occasion pour essayer de dépecer la nation. Ils utilisent les droits de l’homme pour atteindre des objectifs macabres en injectant dans la société le venin de la division. La richesse de l’Iran est mieux utilisée qu’à l’époque du Shah d’Iran dont une minorité nantie en profitait avec de nombreux prédateurs. CHANGER NÉGATIVEMENT, C’EST TUER LE PROGRÈS DANS LA SOCIÉTÉ IRANIENNE ET CONFIER L’AVENIR AUX MAINS DES PRÉDATEURS INSATIABLES.

Les Etats-Unis d’Amérique ont beaucoup de travail à entreprendre pour résoudre les nombreuses difficultés intérieures comme les meurtres quotidiens de dizaines de personnes, les meurtres ciblés de populations noires par les policiers qui sont censés les protéger, le paiement de l’immense dette extérieure, la restructuration industrielle, le contrôle du secteur financier, la relance économique durable, la résolution des questions liées au logement des millions de sans-abri, la réduction du nombre de personnes emprisonnées ou l’alimentation de nombreuses personnes affamées »… L’Iran pour sa part ne doit pas se contenter des progrès accomplis et s’endormir sur ses lauriers, il doit au contraire faire plus attention aux désirs de ses populations, mieux expliquer les raisons mal comprises de l’état actuel de la nation et tout entreprendre pour aider à mieux protéger la région contre les velléités de domination des impérialistes.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

21 morts en Iran : des troubles qui suscitent l’intérêt de l’étranger et divisent les Iraniens

Neuf personnes sont mortes après une nuit de violences en Iran, faisant passer le bilan total à 21 morts. Les Iraniens, en Iran ou à l’étranger, sont divisés entre soutien au gouvernement et appui aux revendications de la rue.

Neuf personnes ont été tuées en Iran dans la nuit du 1er au 2 janvier dans plusieurs villes de la province d’Ispahan (au centre du pays) lors de violences liés au mouvement de contestation qui secoue l’Iran depuis le 28 décembre. Six manifestants ont été tués dans des affrontements avec les forces de l’ordre alors qu’ils tentaient de prendre d’assaut un poste de police à Qahderijan.

Un enfant de 11 ans a été tué et son père blessé par des tirs effectués par des manifestants à Khomeinyshahr alors qu’ils passaient près d’un rassemblement. Enfin, un jeune membre des Gardiens de la révolution a été tué par des tirs de fusil de chasse à Kahriz Sang, et un autre de la même manière à Najafabad.

Une centaine de personnes ont par ailleurs été arrêtées dans la soirée du 1er janvier dans la province d’Ispahan, selon la télévision d’Etat.

Au total, 21 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations contre les difficultés économiques et le gouvernement iranien qui ont débuté le 28 décembre à Machhad, deuxième ville du pays (nord-est).

«Le monde vous regarde»

Cette semaine de violence en Iran a suscité beaucoup d’intérêt à l’étranger, notamment de la part de la diplomatie américaine et israélienne. Le président américain Donald Trump a réagi, paraphrasant son propre discours à l’Assemblée générale des Nations unies, dans un tweet daté du 30 décembre : «Les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais et le jour viendra où le peuple iranien fera face à un choix. Le monde vous regarde !»

Lire aussi : Un ministre israélien encourage les manifestations en Iran mais dément toute ingérence

De son côté, le gouvernement iranien s’inquiète d’une potentielle ingérence dans les affaires intérieures du pays. Habibollah Khojasteh-Poor, gouverneur adjoint de la province du Lorestan, où les manifestations ont parfois été meurtrières, a accusé le 31 décembre des «agents étrangers» de participer aux affrontements.

Le 1er janvier, Yisrael Katz, ministre israélien du Renseignement, a adressé ses encouragements aux manifestations antigouvernementales mais a démenti toute ingérence israélienne, assurant que ces allégations provenaient d’un «régime menteur et de propagande».

En Iran comme à l’étranger, les Iraniens divisés

En Iran, les événements récents divisent l’opinion. Alors que la contestation dans la rue semble prendre de l’ampleur, des manifestations de soutien au gouvernement ont eu lieu à Téhéran, principalement dues aux étudiants. Comme l’explique la journaliste et militante des droits de l’homme Gissou Nia, dans un pays affaibli économiquement, notamment par les sanctions imposées par les Etats-Unis, les classes moyennes supérieures et plus instruites que le reste du pays, principalement concentrées dans les grandes villes, demeurent peu perméables aux revendications de la rue. Elle établit en outre une analogie entre l’Amérique des grandes métropoles qui n’avait pas vu venir la victoire électorale de Donald Trump en 2016 et les habitants de Téhéran.

Les divisions qui traversent la société iranienne sont complexes et ne recoupent pas le clivage simpliste entre manifestants pro-gouvernement et partisans d’un assouplissement du régime. C’est à Machhad, deuxième ville du pays, que les troubles ont commencé le 28 décembre dernier. La ville se trouve également être depuis plusieurs années le bastion des opposants à Rohani, qui lui reprochent sa politique d’ouverture aux autres pays et redoutent de voir leurs avantages économiques s’éroder.

A l’étranger, c’est une autre élite qui tente de se faire entendre. Dans les villes européennes où la diaspora iranienne est fortement présente, des rassemblements de soutien aux manifestants ont été organisés. Sans grand succès, comme on peut le voir sur plusieurs images relayées sur les réseaux sociaux, comme ici à Paris.

A Londres, les manifestants se sont regroupés devant «l’ambassade des mollahs».

Même scénario coordonné à Berlin où «une centaine» de manifestants se sont massés devant l’ambassade iranienne le 1er janvier.

Source: RT France

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :