A la Une

Les républicains demandent au Département de la Justice une enquête criminelle sur l’ex-espion britannique Steele qui a écrit ‘Trump dossier’

Le président du Comité judiciaire du Sénat, le sénateur Chuck Grassley (R) et le sénateur Lindsey Graham (L) © Aaron P. Bernstein / Reuters

Les membres dirigeants du Comité judiciaire du Sénat, les sénateurs Chuck Grassley (R-Iowa) et Lindsey Graham (R-Caroline du Sud) ont envoyé un renvoi criminel au ministère de la Justice pour l’ancien espion britannique Christopher Steele.

L’ancien agent du renseignement du MI6 a rédigé le soi-disant «Dossier Steele», commandé par la firme de recherche d’opposition Fusion GPS et financé en grande partie par la campagne présidentielle d’Hillary Clinton par l’intermédiaire du Comité national démocrate. Le dossier allègue des liens entre le candidat présidentiel d’alors, Donald Trump, et le gouvernement russe.

Grassley et Graham ont déclaré vendredi au ministère de la Justice qu’ils avaient des raisons de croire que Steele a menti aux autorités américaines au sujet de ses contacts avec les journalistes concernant les informations contenues dans le dossier, selon le New York Times. Ils ont exhorté le Département de la Justice à enquêter sur Steele, qui a refusé de témoigner devant les comités du Congrès qui examinent les allégations de « collusion » de Trump avec la Russie, qui semblent être largement basées sur son dossier.

Les sénateurs @ChuckGrassley et @LindseyGrahamSC ont renvoyé Christopher Steele à @TheJusticeDept pour une enquête après que l’information examinée par les enquêteurs du comité a révélé des incohérences significatives dans les déclarations fournies aux autorités pic.twitter.com/MKhJlscdKP

– Judiciaire du Sénat (@senjudiciary) 5 janvier 2018

La lettre d’accompagnement rendue publique par Grassley et Graham est datée de jeudi, et renvoie Steele au Département de la Justice pour « enquête sur les violations potentielles de 18 U.S.C. § 1001, » pour les déclarations qu’il a faites « concernant sa distribution d’informations contenues » dans le dossier. La loi particulière se réfère à faisant sciemment des déclarations fausses ou trompeuses aux autorités fédérales.

Steele avait « des contacts répétés » avec les fonctionnaires de contre-espionnage du FBI avant et après les élections, selon le Times. Le FBI a même envisagé de payer l’ancien espion britannique comme une source, mais a « reculé l’idée » après la publication du document de 35 pages en janvier 2017.

Le dossier dresse le portrait d’une conspiration entre le gouvernement russe et Trump pour renforcer sa candidature et blesser Clinton. Il comprend des allégations de transactions commerciales corrompues de Trump en Russie et des allégations salaces de ses rencontres avec des prostituées dans les hôtels de Moscou.

LIRE PLUS: L’enquête du Sénat élargie à toute personne d’origine ou de nationalité russe – email

Bien que Steele affirme que le dossier est «précis à 70%», les autorités ‘américaines’ n’ont pas été en mesure de corroborer quoi que ce soit. Après sa publication, Trump a critiqué le dossier comme «fausses nouvelles» et une «chasse aux sorcières politique», tout en étiquetant le débouché qui l’a publié un «tas d’ordures défaillant».

Fusion GPS a été initialement financé par un média conservateur faisant des recherches d’opposition pour l’un des rivaux républicains de Trump, dont l’identité reste un secret. Après que Trump ait obtenu la nomination au GOP, l’entreprise a fait des recherches ailleurs, et la DNC a pris la main. L’ancienne présidente du parti, Donna Brazile, a révélé plus tard que le parti était entièrement financé par la campagne Clinton.

Fusion GPS a résisté aux demandes du Congrès de retourner les dossiers bancaires et d’autres documents qui pourraient montrer comment le dossier Steele a été financé et distribué. Jeudi, un juge fédéral à Washington, DC a démenti les efforts de l’entreprise pour protéger ses dossiers contre les enquêteurs fédéraux.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Les sénateurs républicains lancent un appel d’enquête dans l’affaire épineuse du Dossier de l’Auteur Steele

© AP Photo/ Victoria Jones/PA

Les sénateurs américains Chuck Grassley (R-IA) et Lindsey Graham (R-SC) ont appelé le ministère de la Justice (MDJ, DOJ) à enquêter sur Christopher Steele, l’auteur du tristement célèbre dossier Trump-Russia qui a été révélé au public en janvier 2017.

Grassley et Graham, tous deux membres du Comité judiciaire du Sénat, ont accusé Steele de faire de fausses déclarations au gouvernement ‘américain’ au sujet de la « diffusion » des revendications du document.

IN BOX: Chuck Grassley et Lindsey Graham ont demandé au MDJ (DOJ) d’enquêter sur l’auteur du dossier Trump Christopher Steele pour avoir menti au gouvernement au sujet de la « diffusion » des revendications du document pic.twitter.com/DSH0q8lsKl

– David Martosko (@dmartosko) 5 janvier 2018

« Tout le monde doit suivre la loi et être honnête dans ses interactions avec le FBI », a déclaré M. Grassley dans la lettre. « Si les mêmes actions ont des résultats différents, et ces différences semblent correspondre à des intérêts politiques partisans, alors le public soupçonnera naturellement que les décisions d’application de la loi ne sont pas à la hauteur ».

La plupart des accusations portées contre Steele étaient classifiées, car elles étaient basées sur des réunions secrètes entre lui et le FBI qui ont depuis été transmises à la commission judiciaire.

Steele, un ancien agent du MI-6, a été embauché par la firme de recherche d’opposition Fusion GPS pour enquêter sur les liens présumés entre le candidat à l’élection présidentielle Donald Trump et son équipe de campagne avec des acteurs russes. Fusion a été payé pour l’enquête par Perkins Coie, un intermédiaire pour le Comité national démocrate et la campagne présidentielle de Hillary Clinton.

Le dossier a été dévoilé au public au début de 2017. Presque un an après sa publication, la grande majorité des revendications salaces contenues à l’intérieur restent non vérifiées. Le dossier constitue la base de l’enquête du Congrès et du Département de la Justice sur les prétendus liens entre Trump et la Russie. Le FBI avait également l’intention de payer Steele pour poursuivre les recherches qu’il avait effectuées sur Fusion GPS jusqu’à ce que le dossier soit révélé au public par BuzzFeed News en janvier 2017.

L’avocat de Fusion GPS, Joshua Levy, a qualifié la vérification de Steele de « bavure » visant à brouiller les pistes de l’enquête. « Publier un renvoi criminel basé sur des informations classifiées soulève de sérieuses questions quant à savoir si cette lettre n’est rien de plus qu’une tentative de discréditer les sources gouvernementales, au milieu d’une enquête criminelle en cours », a déclaré Levy dans un communiqué. « Nous devrions tous être sceptiques à l’extrême. »

Le Ministère de la Justice, qui a nommé Robert Mueller comme avocat spécial pour enquêter sur les liens présumés entre Trump et la Russie en mai 2017, n’est pas obligé de suivre la recommandation de Grassley et Graham. Ils n’avaient aucun commentaire immédiat sur la demande.

Alors que l’enquête initiale était de nature bipartite, elle s’est de plus en plus fragmentée entre les partis. Ceci est la première référence criminelle dans l’enquête Russie Gate à venir du GOP. Toutefois, Devin Nunes (R-CA), président du comité du renseignement de la Chambre des représentants, a assigné les dossiers bancaires de Fusion GPS pour enquêter sur leur rôle dans la rédaction du dossier.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :