A la Une

Les drones lancés contre les bases russes en Syrie, un «génie sorti de sa bouteille» – Les Etats-Unis d’Amérique directement impliqués?

© Sputnik. le ministère russe de la Défense

Les drones lancés contre les bases russes en Syrie, un «génie sorti de sa bouteille»

Les drones utilisés par les terroristes pour attaquer les bases militaires russes en Syrie représentent une grave menace pour la sécurité dans le monde, selon un sénateur russe.

Les Etats-Unis ont pris une grande responsabilité devant le monde entier en laissant les terroristes attaquer les sites militaires russes en Syrie à l’aide de drones, a laissé entendre le sénateur russe Franz Klintsevitch dans une interview accordée à Sputnik.

«En ayant transféré aux terroristes des technologies dernier cri, les Etats-Unis ont laissé le mauvais génie sortir de sa bouteille. Les technologies, ce n’est pas de l’argent: une fois prêtées, elles ne sont jamais rendues à celui qui les avait données», a indiqué le sénateur.

Il a également mis en doute les affirmations du Pentagone concernant la disponibilité de moyens permettant d’organiser une attaque de drones.

«La déclaration d’un porte-parole du Pentagone sur la disponibilité de technologies utilisées pour perpétrer l’attaque de drones contre les bases russes en Syrie, est destinée aux personnes qui ne connaissent les drones que par les images à la TV. Pour un expert, il s’agit d’un bluff évident. Je ne serais pas étonné que demain, un Américain déclare que les bombes nucléaires sont vendues sur le marché libre», a indiqué le sénateur.

M.Klintsevitch estime que pour lancer des attaques pareilles à celles perpétrées contre les bases militaires russes en Syrie, il faut des technologies appropriées.

«Je suis presque certain que les drones étaient guidés par des instructeurs ayant suivi une formation spéciale. Les terroristes eux-mêmes ne seraient pas capables de mener cette opération. Je continue d’affirmer que les services américains étaient impliqués dans l’opération», a souligné le sénateur.

Rappelons que le ministère russe de la Défense a déclaré lundi qu’une attaque de drones contre ses bases militaires en Syrie avait été repoussée le 6 janvier. En outre, il a été souligné que les solutions d’ingénierie auxquelles les terroristes avaient eu recours ne pouvaient provenir que d’un pays possédant de hautes capacités technologiques.

Source : Sputnik News – France

Les Etats-Unis d’Amérique peuvent avoir été impliqués dans des raids sur la Russie en Syrie

Une photo distribuée le 8 janvier 2018 par le ministère russe de la Défense montre un drone de frappe utilisé lors d’attaques récentes contre des bases russes en Syrie. (Via AFP)

La Russie a déclaré avoir détecté un avion espion américain circulant dans le ciel entre des bases russes dans deux villes syriennes lors de récentes attaques de drones sur les installations, impliquant que les Etats-Unis d’Amérique auraient pu être impliqués dans les raids.

Dans un communiqué publié mardi, le ministère russe de la Défense a indiqué que 13 drones avaient visé la base aérienne de Hmeimim dans la province de Lattaquié et l’installation navale dans la ville portuaire de Tartous samedi.

Il a déclaré que les forces russes avaient repoussé les assauts en abattant sept des drones et en obtenant le contrôle électronique de six autres et en les débarquant en toute sécurité. Il a déclaré que les attaques de drones n’avaient causé aucun dégât.

L’armée russe repousse l’attaque des drones militants en Syrie: Moscou

La Russie affirme que ses troupes ont réussi à repousser plusieurs attaques de drones lancées par des militants sur ses bases navales et aériennes en Syrie.

Le ministère russe de la Défense a annoncé la nouvelle lundi, indiquant que l’agression aérienne a été menée par pas moins de 13 véhicules aériens sans pilote (UAV) samedi soir.

Selon le rapport du ministère, 10 drones de combats ont attaqué la base aérienne de Hmeimim dans la province côtière de Lattaquié, en Syrie, tandis que trois autres ont tenté de frapper la base logistique russe située à Tartous, la deuxième plus grande ville portuaire de Syrie.

Tous les drones ont été repérés par des systèmes de défense anti-aérienne « à une distance considérable des objectifs militaires russes », a ajouté le ministère, ajoutant que sept d’entre eux avaient été abattus par le système de défense antiaérien russe Panzir-S.

Le rapport a ajouté que les spécialistes russes de la guerre électronique par radio ont également réussi à neutraliser les systèmes d’exploitation de six drones de plus, et ont fini par en prendre le contrôle. Il a ajouté que trois de ces drones ont été détruits lorsqu’ils ont heurté le sol, tandis que les trois restants ont atterri intacts à proximité de la base gérée par la Russie.

A la fin, le ministère a confirmé que les raids aériens n’avaient fait aucune victime parmi le personnel militaire russe et que les deux composantes militaires « continuent à fonctionner normalement ».

La Russie mène des raids aériens contre des organisations terroristes en Syrie à la demande du gouvernement de Damas depuis septembre 2015. Moscou a également maintenu un groupe naval en Méditerranée depuis le début de sa campagne anti-terroriste dans le pays arabe ravagé par la guerre.

Le ministère russe a déclaré que les données relatives aux attaques de drones n’auraient pu être obtenues que « de l’un des pays qui possède un savoir-faire en matière de navigation par satellite », sans nommer aucun pays en particulier.

« La programmation de systèmes de contrôle de véhicules aériens sans pilote et de largage de munitions à guidage GPS nécessite de mener des études d’ingénierie dans un pays développé. En outre, tout le monde n’est pas capable de calculer des coordonnées exactes en utilisant des données de surveillance de l’espace », peut-on lire dans le communiqué.

Selon le ministère, cette technologie pourrait avoir été transférée à des groupes terroristes en Syrie pour mener les attaques. « Nous aimerions souligner une fois de plus que les terroristes n’avaient rien de tel jusqu’à récemment. »

Selon lui, la présence de l’avion espion ‘américain’ volant près des deux bases russes au moment de l’assaut de samedi était une « étrange coïncidence » renforçant la spéculation que le pays avait en tête les Etats-Unis d’Amérique.

Les frappes de drones ont eu lieu moins d’une semaine après que deux militaires russes eurent été tués dans un assaut militaire aux mortiers sur la base aérienne de Hmeimim.

Le Washington Post a qualifié les attaques de drones et de mortiers contre les installations russes comme étant «l’agression la plus concertée» contre la Russie en Syrie depuis septembre 2015, lorsque Moscou a lancé une campagne aérienne contre les groupes extrémistes en Syrie à la demande du gouvernement de Damas.

Détourner la faute?

Le Pentagone a démenti mardi toute implication dans les attaques contre les bases russes en Syrie. Le Major Marine Adrian Rankine-Galloway, un porte-parole du Pentagone, a tenté d’impliquer le groupe terroriste Daech.

Il a déclaré que Daech avait souvent utilisé des drones armés contre les forces alliées des Etats-Unis d’Amérique en Syrie et en Irak, ajoutant que de petits drones étaient disponibles sur le marché libre.

Mais Daech n’a pas encore revendiqué la responsabilité des attaques sur les bases russes. Aucun des autres groupes.

En outre, une analyse menée par le groupe britannique de conseil en défense IHS Markit a contesté la caractérisation des circonstances par le Pentagone.

Selon l’analyse, la plupart des drones de Daech utilisés contre les forces ‘américaines’ avaient une portée d’un à deux kilomètres. C’est alors que la Russie a estimé que les drones utilisés dans l’attaque de Hmeimim étaient venus entre 50 et 100 kilomètres de là.

Les Etats-Unis d’Amérique et la Russie soutiennent les parties opposées dans le conflit syrien.

En plus de son rôle sur le champ de bataille, la Russie, avec l’Iran et la Turquie, a mené un processus de paix entre le gouvernement syrien et l’opposition dans la capitale kazakh, Astana, depuis janvier.

«Les drones venaient de la zone sûre d’Idlib»

Par ailleurs, le ministère russe de la Défense a déclaré que les attaques de drones de samedi ont été lancées depuis une zone située dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, où un cessez-le-feu s’applique.

Le ministère a écrit aux chefs de l’armée et du service de renseignement turcs, les exhortant à assurer un cessez-le-feu.

La Turquie est un État garant du processus de paix d’Astana pour la Syrie et agit au nom des militants opposés au gouvernement de Damas.

« Les drones ont été lancés depuis la zone de Muazzara dans la partie sud-ouest de la zone de désescalade d’Idlib contrôlée par des unités dits » d’opposition modérée « , a rapporté le journal du ministère Krasnaya Zvezda.

Idlib est l’une des quatre zones de désescalade établies en Syrie l’année dernière dans le but de réduire les combats dans le pays. L’armée syrienne et ses alliés mènent une opération pour récupérer Idlib des militants anti-Damas.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :