A la Une

Les Etats-Unis d’Amérique ont dû acheter du gaz naturel russe alors que les prix à la consommation montent en flèche

© Brian Snyder / Reuters

Une tempête sur la côte est des États-Unis d’Amérique a provoqué une hausse des prix, mais pas de soucis – la Russie à la rescousse (et le profit sucré)

La Russie livrera du gaz naturel liquéfié (GNL) aux Etats-Unis d’Amérique, rapporte le quotidien Kommersant. La raison de l’accord est la forte hausse des prix du gaz sur la côte est des Etats-Unis d’Amérique.

Un pétrolier GNL appartenant à la société française d’énergie Engie expédie maintenant du port britannique d’Isle of Grain à un terminal américain, Everett, situé près de Boston.

Le gaz expédié provient de l’usine russe de Yamal LNG, selon le journal. Le pétrolier doit arriver aux États-Unis d’Amérique le 22 janvier.

Comme le rapporte le journal, l’accord a été signé en raison de la hausse des prix du gaz – à un niveau sans précédent de 6 300 $ par mille mètres cubes – sur la côte est des États-Unis d’Amérique. Des conditions météorologiques extrêmes, notamment une tempête de neige, ont entraîné une hausse des prix.

Les sanctions américaines contre le secteur énergétique russe n’interdisent pas directement les livraisons de GNL aux Etats-Unis d’Amérique depuis Moscou. Cependant, Washington a maintes fois souligné qu’il voulait évincer la Russie en tant que principal fournisseur de gaz de l’Europe et a imposé des sanctions qui entravent le financement des projets de Gazprom avec Bruxelles.

Le pétrolier a été chargé dans le port britannique juste après l’arrivée du pétrolier russe Christophe de Margerie au Royaume-Uni en décembre avec le premier lot de GNL russe.

En décembre, la Russie a ouvert une usine de GNL dans la région nord de Yamal. Le pétrolier brise-glace porte le nom de l’ancien PDG de Total, Christophe de Margerie, mort dans un accident d’avion en Russie. Le camion-citerne peut transporter jusqu’à 173 000 mètres cubes de GNL. La Russie prévoit de construire 15 pétroliers de cette taille.

D’un coût de 27 milliards de dollars, l’usine aura trois lignes de production et une capacité totale de 16,5 millions de tonnes de GNL par an. Près de 96% de la production de Yamal LNG a déjà été contractée.

Le projet est une coentreprise entre le russe NOVATEK (50,1%), Total (20%), la CNPC (20%) et le Silk Road Fund (9,9%).

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :