A la Une

L’OPEP, contre toute attente, redémarre les marchés pétroliers mondiaux pour 2018

Une vue montre le champ pétrolifère de Saudi Aramco à Manifa, en Arabie Saoudite. © Reuters

La «stratégie de sortie» des réductions de production apportera un nouveau défi dans la nouvelle année

Quelle différence fait une année. Sur les marchés pétroliers, elle a produit une hausse de 10 dollars le baril de Brent de référence, une réduction de plus de 1 million de barils par jour dans l’approvisionnement mondial en pétrole et un recul estimé de 83 millions de barils dans les stocks de pétrole de l’OCDE. Les stocks de pétrole ont augmenté de 38 millions de barils au cours de la même période de 2016, ce qui a contribué à la surabondance mondiale pour la troisième année consécutive et à une pression à la baisse sur les prix.

L’OPEP a remonté des cendres et justifié les bulles pétrolières. La production de brut aux Etats-Unis d’Amérique est revenue en territoire de croissance après la première baisse annuelle en huit ans en 2016. Cependant, à la grande satisfaction de l’OPEP, la production des États-Unis d’Amérique s’est redressée, sans exploser. Les foreurs de schiste du pays, qui attendaient depuis un an que les prix du brut remontent sur plus de plates-formes pétrolières, ont adopté un nouveau mantra: les bénéfices par rapport à la production.

Cette année va devenir une transformation sur les marchés pétroliers mondiaux. Elle a cassé quelques hypothèses et a forcé une réinitialisation des autres.

En novembre, les 14 membres de l’OPEP ont transporté environ 32,35 millions b/j de brut, soit environ 914 000 b/j de moins que le même mois de 2016, ajusté pour l’Indonésie qui a abandonné à la fin de l’année dernière, et la Guinée équatoriale, qui est devenue membre en mai de cette année.

La réduction était inférieure aux 1,2 million b/j promis par l’organisation, mais remarquablement proche, étant donné que la Libye et le Nigeria, qui sont exemptés de l’accord de réduction de production, pompaient 490 000 b/j de plus en novembre comparativement à il y a un an.

Lors de la réunion du 30 novembre à Vienne entre les pays de l’OPEP et les pays non membres de l’OPEP, qui a porté à 1,8 million de b/j les deux blocs jusqu’en décembre 2018, il a été demandé à la Libye et au Nigeria de limiter leur production leur production combinée à 2,8 millions de b/j. Cela ne leur donne pas beaucoup de marge de manœuvre, car les deux sont déjà près de ce niveau. Ce fut une manœuvre habile pour réduire la menace d’un afflux indésirable de nouveaux approvisionnements de la part des deux membres de l’OPEP sans entrer dans le processus difficile de les amener formellement sous le système des quotas.

Les collaborateurs non-OPEP, menés par la Russie, semblent également avoir retardé la fin de la négociation jusqu’en 2017, bien que la production des 10 pays de ce groupe soit plus difficile à cerner et à examiner de manière relativement moins rigoureuse. Un comité de suivi conjoint OPEP/non-OPEP a établi que la conformité combinée avec les réductions de production a atteint un niveau sans précédent de 120% en septembre.

La conformité devrait rester forte en 2018. La Russie et peut-être quelques autres producteurs sont désireux de discuter d’une «stratégie de sortie» des coupes, qui devrait prendre la forme d’un assouplissement progressif plutôt que brutal, peut-être en 2019.

Le leader saoudien de la stratégie actuelle de gestion du marché de l’OPEP, le ministre de l’Energie, Khalid al-Falih, ne voudra pas faire de vagues, du moins jusqu’à la conclusion de la liste prévue de Saudi Aramco prévue au second semestre 2018.

Restriction des Etats-Unis d’Amérique

Les producteurs de l’OPEP et des pays non membres de l’OPEP ont également reçu de l’aide d’un trimestre improbable. La croissance de la production de brut aux États-Unis d’Amérique s’est révélée beaucoup plus modérée que prévu initialement. La production en 2017 devrait maintenant atteindre 383 000 b/j en moyenne, soit 9,24 millions b/j, selon l’Administration de l’information sur l’énergie. Les scénarios les plus optimistes au début de l’année avaient suggéré qu’il pourrait grimper jusqu’à 1 million de b/j.

Comme l’indice de référence brut américain, West Texas Intermediate, est passé sous la barre psychologiquement importante de 50 $ le baril en avril et a stagné entre 40 et 40 $ aux deuxième et troisième trimestres, les producteurs de schiste, qui représentent environ 62% de la production du pays, ont rapidement ralenti dans leurs dépenses. Ils ont réduit leurs installations de forage pétrolier jusqu’en août, septembre et octobre, après 14 mois consécutifs d’en rajouter de nouveaux.

La forte reprise des prix du brut, qui a débuté en novembre, a provoqué une reprise de la veille inquiète du marché et, bien sûr, le nombre de sociétés pétrolières américaines a recommencé à grimper. Cependant, l’ancienne règle empirique selon laquelle les prix plus élevés du brut entraîneraient une augmentation proportionnelle du forage de schiste et une croissance plus forte de la production pourrait ne pas s’appliquer en 2018, plusieurs grands producteurs de schistes américains ayant récemment modifié leur stratégie.

Les producteurs, notamment Anadarko Petroleum, Devon Energy, EOG Resources et Pioneer Natural Resources, ont déclaré qu’ils augmenteraient leurs flux de trésorerie et leurs dividendes au lieu de réinvestir dans de nouveaux puits, en réponse aux demandes des investisseurs.

Si les foreurs de schiste respectent leur nouveau mantra, la croissance de la production de brut américaine pourrait rester modérée l’an prochain, même si l’AIE prévoit un pic de 780 000 b/j de cette année à 10,02 millions b/j en 2018. Le dernier pic de production brut aux États-Unis d’Amérique était d’environ 9,64 millions b/j en 1970.

Pendant ce temps, les hedge funds et d’autres spéculateurs majeurs affluent vers des contrats à terme sur le pétrole brut cette année, amassant des positions longues nettes records, signe d’une hausse des paris sur la hausse des prix.

Dans le match cheikh contre schiste, le premier tour est allé au cheikh. Le schiste américain pourrait encore plafonner les prix du brut dans un avenir prévisible, mais l’OPEP a réussi à obtenir un plancher. De plus en plus, cela ressemble à 50 $ le baril pour Brent.

Un baril de 50 à 60 dollars pour le baril de pétrole brut, malgré la moitié de ce que les producteurs ont connu avant le grand krach de 2014, donne aux membres de l’OPEP un peu de répit. À mesure que l’offre deviendra plus équilibrée, les observateurs pétroliers devraient se concentrer davantage sur la demande en 2018. Pour les pays producteurs et les entreprises du monde entier, le nouveau défi consiste non seulement à survivre mais à prospérer dans la nouvelle normalité.

 Vandana Hari

Vandana Hari est la fondatrice de Vanda Insights, qui suit les marchés de l’énergie. Elle possède deux décennies d’expérience dans la fourniture de renseignements essentiels sur le secteur des produits énergétiques.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Nikkei ASIAN REVIEW

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :