A la Une

Les Grecs protestent avant le vote sur de nouvelles mesures d’austérité

Les manifestants crient des slogans lors d’une manifestation à Athènes, en Grèce, le 15 janvier 2018. [Photo / Xinhua]

ATHENES – Les Grecs sont revenus lundi dans la rue pour protester contre l’austérité alors que les députés devaient voter sur le dernier projet de loi omnibus, légiférant sur des dizaines d’actions préalables exigées par les créanciers internationaux du pays pour conclure la troisième révision du programme.

Le syndicat parapluie des fonctionnaires, ADEDY, qui avait appelé à un arrêt de trois heures dans les services du secteur public à midi, a ouvert le nouveau cycle de manifestations au parlement.

Une grève de 24 heures a été déclenchée pour les transports en commun, tandis que des douzaines de vols ont été affectés par l’arrêt de travail des contrôleurs de la circulation aérienne.

« Nous refusons les politiques qui portent atteinte aux intérêts des gens, nous résistons, nous exigeons », décrivent les bannières brandies par les manifestants.

Plus tard lundi, le syndicat représentant les employés du secteur privé GSEE, le syndicat affilié au parti communiste PAME, et d’autres syndicats devaient organiser plus de manifestations devant le parlement grec.

Le projet de loi débattu en plénière prévoit de nouvelles réductions des prestations familiales, des restrictions concernant la déclaration des grèves et l’introduction d’enchères électroniques pour les biens saisis.

Des manifestants s’affrontent avec des policiers lors d’une manifestation à Athènes, capitale de la Grèce, le 15 janvier 2018. [Photo / Xinhua]

Le gouvernement a l’intention de faire approuver le projet de loi et de signer tous les décrets présidentiels avant la prochaine réunion du groupe euro le 22 janvier, ce qui pourrait ouvrir la voie au décaissement de la prochaine tranche de prêt.

Les ministres du Cabinet ont récemment admis que les Grecs continueront à faire face à des mesures de resserrement après la fin du plan de sauvetage actuel cet été, le troisième depuis 2010.

Les manifestants ont promis lundi de continuer à lutter contre l’austérité.

« Ils nouent encore une corde autour du cou des travailleurs », a déclaré Michalis Yannakos, le président de la Fédération panhellénique des employés des hôpitaux publics, à l’agence Xinhua.

« Je me demande si je serai capable de soutenir mon enfant dans ses efforts dans le futur … Les familles ne veulent pas que les prestations survivent », Dimitra Aggeli, secrétaire générale de l’Association des Familles avec beaucoup d’enfants d’Athènes et mère de six enfants.

Yannis Paidas, membre du comité exécutif de l’ADEDY, a commenté les enchères de maisons saisies et les nouvelles règles introduites concernant les grèves.

« Nous sommes absolument opposés à un quorum de 50% plus une abolition du droit de protester », a-t-il déclaré.

Selon le projet de loi, les syndicats de premier niveau auront besoin de la majorité absolue d’au moins 50% des membres actifs qui paient des cotisations avant de déclarer une grève à l’avenir. Actuellement, le pourcentage ne représente qu’un tiers des membres du syndicat.

Le quorum a permis aux syndicats d’organiser des dizaines de grèves au cours des huit dernières années de la crise de la dette.

Les syndicats d’employeurs ont soutenu les nouvelles règles de grève, affirmant que les grèves ont porté préjudice à l’économie déjà en difficulté qui peine à se redresser.

En vertu du projet de loi, à compter du 21 février, les ventes aux enchères de propriétés saisies seront effectuées uniquement par voie électronique. La mesure est largement considérée comme une tentative d’éviter les protestations.

En vertu des conditions de renflouement, les banques grecques doivent réduire les prêts improductifs dans leurs portefeuilles.

Mais Paidas a expliqué que ce n’était pas comme si les gens qui ont contracté des prêts n’évitaient pas de rembourser leurs dettes, plutôt qu’ils ne pouvaient pas se le permettre.

«Les gens ont emprunté il y a dix ans à des conditions différentes et après avoir subi des réductions de salaire de 30 à 40%, ils ne peuvent plus rembourser leurs prêts dans les mêmes conditions … Nous demandons des mesures pour ne pas perdre leurs maisons primaires»  a-t-il dit à Xinhua.

Près d’un fonctionnaire sur dix a du mal à payer ses hypothèques et risque de perdre ses propriétés, a-t-il déclaré.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : CHINA DAILY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :