A la Une

La coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique refuse de fournir des détails sur les approvisionnements en armes signalés aux FDS

© REUTERS/ Rodi Said

WASHINGTON (Reuters) – Al-Masdar News a rapporté lundi que les Etats-Unis d’Amérique avaient fourni des MANPADS aux forces kurdes près de la ville syrienne d’Afrin, au nord du pays, en vertu d’un accord entre Washington et les unités de protection du peuple (YPG), majoritairement kurdes qui constitue la majeure partie des forces FDS.

Pendant ce temps, la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique combattant le groupe terroriste Daech refuse de dire si elle a donné des missiles antiaériens portables (MANPADS) aux Forces démocratiques syriennes (FDS, SDF) en Syrie, a déclaré le Bureau des affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées – Opération Inherent Resolve (CJTF-OIR) à Sputnik.

«La Coalition internationale est déterminée à former, équiper et soutenir nos partenaires des FDS pour atteindre la défaite durable d’ISIS [Daesh]. En raison de problèmes de sécurité opérationnelle, nous ne fournirons pas de détails sur les armements approvisionnés à des unités spécifiques dans des endroits spécifiques», a déclaré le bureau à propos des informations selon lesquelles les États-Unis d’Amérique avaient fourni des systèmes de défense aérienne portatifs ou des MANPADS aux forces kurdes en Syrie.

Samedi, le site d’information du ministère de la Défense a rapporté que la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique entraînait une force de 30 000 hommes sur le territoire syrien contrôlé par les FDS pour maintenir la sécurité à la frontière.

Le nouveau programme de formation a suscité de vives critiques de la part du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a averti qu’Ankara étranglerait la nouvelle « armée terroriste » des FDS (SDF) avant même sa naissance.

Erdogan a également annoncé samedi que les troupes turques lanceraient une incursion militaire dans les villes syriennes du nord-est de Manbij et Afrin si les milices kurdes ne se retiraient pas dans une semaine. Cependant, la coalition menée par les Etats-Unis d’Amérique a refusé de commenter les remarques d’Erdogan.

« La Turquie est un membre estimé de la Coalition et un partenaire de l’OTAN, partageant notre mission pour assurer la défaite durable de Daech en Irak et en Syrie », a indiqué le bureau de presse. « Il serait inapproprié de faire des remarques sur les commentaires de M. Erdogan. »

Ankara a vivement critiqué les Etats-Unis d’Amérique pour avoir coopéré avec des groupes kurdes syriens qu’ils considèrent comme des alliés du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Les forces turques combattent une insurrection de quatre décennies contre le PKK. La Turquie, les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne ont inscrit le PKK sur la liste des groupes terroristes. Cependant, la coalition menée par les États-Unis d’Amérique soutient le Parti de l’Union démocratique kurde (PYD) syrienne et le YPG dans le conflit syrien.

La coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique, composée de plus de 70 membres, mène des opérations militaires contre le groupe terroriste Daech en Syrie, qui ne sont pas autorisées par le gouvernement du président Bashar el-Assad ou par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Pendant ce temps, le président iranien Hassan Rouhani a accusé les Etats-Unis d’Amérique de comploter contre l’intégrité territoriale et la sécurité de l’Etat syrien, ainsi que de toute la région.

Mardi, Rouhani a tenu une réunion avec le président du Conseil populaire syrien, Hammouda Youssef Sabbagh, en marge de la 13ème session de l’Union parlementaire des États membres de l’Organisation de coopération islamique, organisée par l’Iran.

« Le complot que les Américains ont récemment en vue pour la Syrie est contre la réglementation internationale et une conspiration pour l’intégrité territoriale et la sécurité de la Syrie et de la région », a déclaré Rouhani lors de la réunion de mardi, citée par son service de presse, condamnant les activités américaines en Syrie et ses « complots pour l’avenir du pays « .

Lundi, la Russie et la Turquie, qui sont les États garants du régime de cessez-le-feu syrien avec l’Iran, ont condamné les mesures des Etats-Unis d’Amérique. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré qu’ils n’avaient pas contribué au règlement du conflit syrien, mais que le cours de la division de la Syrie avait suscité des inquiétudes.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :