A la Une

L’hystérie des «agents étrangers» de Washington se répand alors que les sénateurs des USA appellent à sortir les médias chinois

© Saul Loeb / AFP

Un groupe de sénateurs bipartisans interroge le Département de la Justice sur l’opportunité ou non d’exiger des médias chinois qu’ils s’inscrivent en tant qu’«agents étrangers». Cela survient après que des filiales américaines de sociétés de médias russes ont été forcées de s’enregistrer.

Invités par un article de Foreign Policy sur la présence médiatique chinoise aux Etats-Unis d’Amérique, sept sénateurs dirigés par Marco Rubio (R-FL) et Patrick Leahy (D-VT) ont remis une lettre au ministère de la Justice (MDJ, DDJ, DOJ) proposant d’envisager de faire connaître les médias chinois en vertu de la Foreign Agents Registration Act, ou FARA.

L’acte a été institué en 1938 pour contrer la propagande nazie aux États-Unis d’Amérique.

« Si le Département évalue que les organisations de médias [République populaire de Chine] ne respectent pas les exigences du FARA en matière de rapports similaires à celles des filiales américaines de RT et Sputnik, veuillez indiquer pourquoi », indique la lettre.

En 2012, China Central Television (CCTV) a lancé une filiale anglophone basée à Washington. Les experts des Etats-Unis d’Amérique ont décrit le mouvement comme un moyen pour Pékin d’exercer un pouvoir discret.

Orville Schell, journaliste et fondatrice du site ChinaFile, a déclaré à NPR que la «fixation sur le soft power de la Chine découle de leur insécurité profonde et permanente et du sentiment de ne pas être respecté … par le monde depuis un siècle et demi».

La demande des sénateurs pourrait potentiellement affecter les opérations de CCTV, le service de nouvelles de Xinhua, et le China Daily.

En novembre, RT America, suite à une vague de spéculations non fondées selon laquelle la Russie se serait ingérée dans l’élection présidentielle des USA de 2016, a été obligée de s’enregistrer comme «agent étranger». Cette décision de Washington a déclenché une condamnation généralisée de plusieurs groupes de défense des droits.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) l’a qualifié de «précédent troublant».

«Imposer à RT de s’enregistrer sous le FARA est une mauvaise idée. Il s’agit d’un changement dans la façon dont la loi a été appliquée au cours des dernières décennies, nous avons donc peu d’informations sur la façon dont ses exigences de rapport pourraient affecter les journalistes individuels», a déclaré Alexandra Ellerbeck, coordinatrice du programme Amérique du Nord.

« Imposer à RT de s’inscrire sous #FARA est une mauvaise idée. » Alex Ellerbeck de @CPJAmericaspic.twitter.com/GK9YhY6SXR

– CPJ (@pressfreedom) 13 novembre 2017

Même le ministère de la Justice a été obligé d’admettre que l’application d’une telle règle, outre les dommages évidents qu’elle cause aux relations étrangères, pourrait fomenter «un fardeau constant et irréaliste sur les inscrits pour soumettre des documents, et sur le personnel du FARA pour surveiller leurs soumissions».

La Douma russe a été obligée de répondre de manière détournée, exigeant que les médias des Etats-Unis d’Amérique s’enregistrent auprès des autorités.

Au début de décembre, Voice of America et Radio Free Europe / Radio Liberty, y compris sa filiale régionale Radio Azatliq, ainsi que six autres points de vente, ont été reconnus comme des agents étrangers, selon le site Internet du ministère russe de la Justice.

Robert Bridge

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :