A la Une

Les Chinois sont sur le point de dominer un nouveau domaine: l’espace proche

En novembre 2017, les Chinois ont effectué deux essais en vol d’un prototype opérationnel d’un missile connu sous le nom de DF-17. Ils représentaient les premiers vols d’un missile balistique destiné à embarquer un véhicule hypersonique (HGV). Les tests réussis marquent la fin d’un effort chinois concerté – et réussi – pour exploiter et dominer un nouveau domaine opérationnel: l’espace proche.

Ce domaine, peu discuté, s’étend d’environ 100 000 pieds à environ 350 000 pieds au-dessus de la surface de la Terre. C’est une zone nouvelle et délicate, trop haute pour que les avions volent et trop basse pour que les vaisseaux spatiaux restent en orbite.

La genèse de l’effort chinois remonte à la soi-disant troisième crise du détroit de Taïwan. De juillet 1995 à mars 1996, en réponse aux premières élections présidentielles directes de Taïwan, la Chine a lancé une série de « tests » de missiles dans le détroit de Taïwan et les eaux entourant Taïwan, et a simulé un assaut amphibie et un exercice de tir réel sur l’île voisine. Pengu. Le but apparent était de contraindre la population de Taïwan à rejeter un président qui soutenait l’indépendance de Taiwan.

Ça ne s’est pas bien terminé pour les Chinois. Le candidat du parti indépendantiste Kuomintang a remporté l’élection, et les États-Unis d’Amérique ont manifesté leur soutien à Taiwan en envoyant deux groupes de combat, un groupe amphibie et des navires de soutien dans les eaux internationales près de l’île séparatiste. Un des groupements tactiques de combat, accompagné d’un navire amphibie à grand pont, a navigué dans le détroit de Taïwan, démontrant ainsi l’incapacité totale de la Chine à contrer une intervention des Etats-Unis d’Amérique pour défendre Taïwan.

Peu de temps après cette expérience humiliante, la Chine a commencé une transformation impressionnante de ses forces armées qui continue à ce jour. Cette modernisation et expansion approfondies a vu l’introduction de systèmes marins, aériens et terrestres plus modernes et plus performants; l’amélioration du commandement et du contrôle et de la formation; et des exercices de plus en plus réalistes mettant l’accent sur des opérations conjointes plus efficaces.

La transformation comportait également une importante composante militaro-technique, avec au moins trois axes complémentaires. Le premier visait à réaliser une parité approximative avec les États-Unis d’Amérique dans la guerre des munitions guidées par un réseau de combat dans le Pacifique occidental. L’armée chinoise a étudié attentivement les opérations des USA durant la première guerre du Golfe et les années 1990. Sur la base de leur analyse, les planificateurs et les concepteurs de forces chinois ont commencé à mettre en place leur propre réseau de combat opérationnel, avec des capteurs, des C3I, des effets et des grilles de maintien et de régénération aussi performants que leurs homologues des Etats-Unis d’Amérique.

Contrairement aux réseaux de combat des USA, qui comptent sur les avions et les munitions aéroportées comme principaux effecteurs, les réseaux de combat chinois emploieraient une gamme impressionnante de missiles balistiques et de croisière guidés avec un large éventail de technologies de guidage, de systèmes d’autoguidage et de propulsion. De nombreux missiles ont été conçus pour exploiter des vulnérabilités défensives spécifiques des plates-formes ‘américaines’. Comme l’a déclaré le Centre national de renseignement aérien et spatial, «la Chine possède le programme de développement de missiles balistiques le plus actif et le plus diversifié au monde. Elle développe et teste des missiles offensifs, formant des unités de missiles supplémentaires, améliorant qualitativement certains systèmes de missiles, et développant des méthodes pour contrer les défenses antimissiles balistiques. « Ces missiles constituent le principal bras de frappe d’un anti-accès / déni de zone impressionnant (A2 / AD ) réseau conçu pour dissuader, contrer et, si nécessaire, vaincre une opération de projection de puissance des Etats-Unis d’Amérique dans le Pacifique occidental.

Une ligne d’effort soutenue a visé les réseaux de bataille des USA eux-mêmes. Les Chinois ont développé une gamme de capacités pour combattre la guerre «informatisée», un mélange de cyber, de guerre électronique et d’opérations de déception. Ces capacités ont été développées après une analyse médico-légale détaillée des capteurs des Etats-Unis d’Amérique, C3I et des grilles d’effets, et des chemins de données et de communication qui les relient. Ils sont conçus pour aveugler, dégrader, perturber et dissimuler les réseaux sur lesquels dépendent les opérations et tactiques des USA.

Une troisième ligne d’action poursuivait des capacités spéciales de «masse d’assassin» qui menaçaient certains systèmes critiques des Etats-Unis d’Amérique pour les opérations de projection de puissance aux USA. L’un était le «tueur de porteurs» DF-21 – un missile balistique anti-navire de portée intermédiaire capable de manœuvres conçues pour vaincre les défenses antimissiles navales des Etats-Unis d’Amérique. Un autre a impliqué de nouvelles capacités de contre-espace. Les Chinois savaient que toute intervention des États-Unis d’Amérique dans le Pacifique occidental dépendrait de manière critique du soutien au combat spatial. Il a donc développé, produit, mis en service et démontré de multiples capacités de contre-espace, y compris des brouilleurs, des éblouisseurs laser et des missiles antisatellites, tout cela pour nier l’utilisation militaire incontestée de l’espace par les États-Unis d’Amérique.

Ces trois lignes d ‘effort permettent maintenant aux réseaux de combat chinois contemporains de contester l’armée des Etats-Unis d’Amérique dans tous les domaines opérationnels: la mer, l ‘air, la terre, l’ espace et le cyberespace.

Moins apprécié est une quatrième ligne d’effort, un mouvement délibéré pour exploiter un domaine d’exploitation entièrement nouveau connu comme l’espace proche. Les Chinois ont décidé de dominer ce nouveau domaine. Leurs moyens pour le faire seraient des véhicules de glisse hypersoniques.

Les poids lourds consistent à faire passer un projectile ou un véhicule de rentrée ailé à des vitesses hypersoniques, puis à utiliser la portance aérodynamique dans un espace proche pour étendre sa portée bien au-delà de celle d’un missile balistique. Les Allemands ont été les pionniers de l’idée pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais ce n’est que récemment que la technologie a rendu l’idée pratique et que les ingénieurs chinois ont maîtrisé avec succès la technologie.

Leur premier prototype opérationnel d’un système de poids lourds – trouvé sur le DF-21 – utilise un booster pour charger la charge utile. Une fois que le missile atteint l’apogée, il bascule le long de sa trajectoire balistique, atteignant des vitesses hypersoniques. Il se redresse ensuite à une altitude d’environ 60 kilomètres. En changeant son angle d’attaque, le poids lourd génère une portance aérodynamique, permettant au missile de glisser vers sa portée opérationnelle projetée de 1 100 à 1 550 milles.

Les caractéristiques des poids lourds sont une mauvaise nouvelle pour les défenses antimissiles des USA, qui ont des capteurs qui suivent les missiles voyageant à l’intérieur et à l’extérieur de l’atmosphère, et des intercepteurs conçus pour des engagements endo ou exo-atmosphériques. En d’autres termes, ni les capteurs des Etats-Unis d’Amérique ni les effecteurs ne sont spécifiquement conçus pour contrer les systèmes qui fonctionnent à grande vitesse dans un espace proche. On ne sait pas si cette situation changera d’ici 2020, lorsque le DF-21 devrait devenir opérationnel. De plus, le premier moteur d’un nouveau domaine d’exploitation a généralement un gros avantage, car il peut observer les réactions d’un adversaire et concevoir de nouveaux systèmes pour rester en tête.

Les efforts chinois pour atteindre la parité dans la guerre des armes guidée par le réseau de combat, pour développer des capacités de contre-réseau, et pour poursuivre les capacités de la masse des assassins sont bien connus et remarqués. Tous ces développements seraient problématiques pour les planificateurs opérationnels des USA. Mais la tendance chinoise à dominer les opérations spatiales avec des poids lourds est moins appréciée, bien qu’elle soit peut-être le développement le plus difficile à ce jour de la volonté de la Chine de devenir un concurrent militaire pair avec les Etats-Unis d’Amérique.

Une réponse énergique et robuste des États-Unis d’Amérique aux poids lourds est nécessaire, y compris le développement de nouvelles défenses et d’armes hypersoniques offensives.

Robert Work

Robert Work a été secrétaire adjoint à la défense de 2014 à 2017.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : TASK & PURPOSE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :