A la Une

La russophobie alimentée par la cupidité des milliardaires

« … les ultra-riches, leurs serviteurs politiques et leurs laquais des médias considèrent la Russie comme une sorte de menace à la domination du néolibéralisme ».

L’auteur est un ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan

L’irrationalité complète et totale de l’épidémie actuelle de russophobie ne réduit en rien son incroyable virulence, car elle continue d’infecter toute la classe politique et médiatique. Il n’y a aucune chance que la Russie lance une attaque contre le Royaume-Uni, pourtant les médias d’entreprise et d’État mènent aujourd’hui avec le «besoin» de dépenser des milliards contre cette menace la plus improbable, comme le propose le général Nutty McNutter.

La recherche de Sikunder Burnes m’a donné un aperçu crucial de la récurrence de la russophobie en tant qu’élément clé de la politique britannique pendant deux siècles, bien que les historiens puissent démontrer qu’à aucun moment de cette période la Russie n’a jamais planifié une attaque contre le Royaume-Uni. Comme une option. Mais la russophobie actuelle a de nouveaux éléments.

Nous sommes actuellement dans une sorte de crise du capitalisme, alors que la concentration des richesses se poursuit et que la population générale des pays occidentaux se sent de plus en plus précaire, exploitée et aliénée. Il est encore très difficile pour les voix qui rejettent la vision néo-libérale de disposer d’une plate-forme médiatique, mais la Russie fournit des plateformes relativement petites en Occident – comme Russia Today et Radio Sputnik – qui permettent une plus grande liberté démocratique que les médias occidentaux dans la gamme de points de vue qu’ils invitent à exprimer. Ainsi, les ultra-riches, leurs serviteurs politiques et leurs laquais médiatiques considèrent la Russie comme une sorte de menace à la domination du néolibéralisme.

Il y a un certain nombre d’ironie à cela, en particulier les déficiences très réelles de la démocratie domestique et de la pluralité des médias en Russie, et le fait que la Russie possède un capitalisme oligarchique encore pire que l’Occident et 1% complètement intégré avec ses homologues occidentaux. Mais malgré ces ironies, les 1% occidentaux perçoivent la Russie comme une sorte de menace pour leur domination. Cela conduit à des tentatives intellectuellement risibles de prouver que la Russie a «arrangé» l’élection de Trump, pour laquelle aucune preuve solide ne peut jamais être présentée comme cela n’a pas eu lieu; mais néanmoins de vastes ressources continuent à être dépensées en essayant.

La deuxième cause de l’extrême russophobie est la poursuite magistrale par Vladimir Poutine de ses objectifs de politique étrangère. Il a deux objectifs principaux.

Le premier objectif majeur de Poutine est de faire entrer en Russie des régions à majorité russe de l’ex-Union soviétique. Il a eu un certain succès avec cela en Géorgie et en Ukraine, à l’embarras de l’OTAN. En fait, je ne soutiens pas Poutine dans la réalisation de cet objectif par des moyens militaires. Je n’ai aucune objection à ce que les frontières soient réorganisées, mais cela devrait être fait par choix démocratique, et les régions russes non ethniques en Russie, comme au Daghestan, en Tchétchénie et au Tatarstan, devraient avoir la même possibilité de changer de frontières.

Mais si je ne soutiens pas les moyens de Poutine, il ne fait aucun doute qu’il les a poursuivis avec un certain succès, et plus important encore, il est assez perspicace pour savoir quand ne pas les poursuivre par des moyens militaires, par exemple dans les États baltes. Il est ridicule de prétendre que l’objectif très limité de Poutine, à savoir amener les petites régions périphériques russes à l’intérieur de la Russie, constitue une menace pour le Royaume-Uni ou les États-Unis d’Amérique.

Le deuxième objectif de Poutine en matière de politique étrangère est d’empêcher la poursuite de la déstabilisation du Moyen-Orient et de contrecarrer la propagation du Wahhabisme djihadiste. En cela, il a également eu beaucoup de succès, notamment en ce qui concerne l’arrêt des djihadistes soutenus par les Etats-Unis d’Amérique et l’Arabie saoudite en Syrie, et le retour de l’Iran dans la communauté internationale. Encore une fois, il est ridicule de prétendre que cette réussite en matière de politique étrangère constitue ou dénote une menace militaire pour les États-Unis d’Amérique ou le Royaume-Uni. Au Moyen-Orient, je considère les politiques de Poutine à la fois comme légales et utiles.

Vous n’avez pas besoin d’être sans critique de Poutine pour comprendre que la menace russe est un boguey et que la vague actuelle de russophobie est totalement injustifiée.

La nouvelle guerre froide nous est imposée, que nous le voulions ou non. Mais au moins, cela nous donne quelques rires. Il y a un excellent exemple de ce que les Russes ont fait à 100% sans preuves «les élections des USA et sapent la démocratie» par Nick Cohen dans l’Observer d’hier. Il prétend qu’un professeur maltais Mifsud est un espion russe parce qu’il a fondé une « académie diplomatique » à Londres qui n’avait pas d’argent pour les ordinateurs et les ordinateurs portables, parce que Mifsud a rencontré Poutine et Boris Johnson, et à cause d’une rencontre avec George Papadopalous, ce qui si cela impliquait des Russes de quelque façon que ce soit, Cohen ne nous le dit pas.

Je vous exhorte vraiment à lire attentivement l’article de Cohen et à analyser s’il y a des arguments raisonnables pour qualifier l’homme d’espion russe.

L’affirmation de Cohen que le professeur Mifsud est un charlatan académique peut être fondée ou non, mais l’accusation d’être un espion russe est un exemple épouvantable de chasse aux sorcières maccarthyste dont Cohen et son rédacteur en chef devraient être profondément, profondément honteux.

Craig Murray

Traduction : MIRASTNEWS

Source : craigmurray.org

Notre commentaire

Pour ce qui est de la Géorgie, la faute incombe à Mikheil Saakashvili qui s’était permis d’engager une action militaire contre deux de ses régions, ayant tué dans l’opération plusieurs soldats de paix russes. En Ukraine, les Etats-Unis d’Amérique et certains de leurs alliés ont engagé une action militaire feutrée en exécutant un coup d’État ayant permis à ses hommes de remplacer un pouvoir politique démocratiquement élu. Il est donc plus sain de restituer les faits tels qu’ils ont été. De plus, en Espagne par exemple il n’a pas été facile d’accepter le référendum d’autodétermination de la Catalogne, n’est-ce pas?

MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :