A la Une

Les investisseurs technologiques russes s’installent dans la Silicon Valley

Masha Drokova, une activiste politique russe de 28 ans devenue capital-risqueur, a rejoint mardi une petite famille de ressortissants russes qui se sont installés en tant qu’investisseurs en capital-risque de la Silicon Valley. La nouvelle société de Drokova, Day One Ventures, réalisera des investissements de 100 000 à 1 million de dollars à partir d’un fonds qui s’élève initialement à près de 50 millions de dollars.

Masha Drokova, une activiste politique russe de 28 ans devenue capital-risqueur, a rejoint mardi une petite famille de ressortissants russes qui se sont installés en tant qu’investisseurs de capital-risque dans la Silicon Valley.

Le nouveau cabinet de M. Drokova, Day One Ventures, effectuera des investissements de 100 000 à 1 million de dollars à partir d’un fonds qui totalisera initialement près de 50 millions de dollars, a indiqué une personne proche du dossier. Drokova espère que son expérience en tant qu’investisseur providentiel et une carrière antérieure dans les relations publiques lui donneront un avantage.

« Masha connaît beaucoup de gens », a déclaré Serguei Beloussov, un partenaire d’investissement senior à la société de capital-risque Runa Capital et qui a travaillé avec Drokova jusqu’en 2014. « Elle est bonne en ce qu’elle a accès à de très bonnes startups. »

Le nouveau fonds de Drokova intervient alors que les relations entre les Etats-Unis d’Amérique et la Russie restent tendues et que les investissements étrangers de toutes sortes dans les sociétés de technologie des Etats-Unis d’Amérique sont soumis à un examen plus approfondi.

Elle suit l’exemple de plusieurs autres investisseurs russes qui affirment que le fait d’être basée aux États-Unis d’Amérique – et de collecter des fonds auprès d’individus fortunés plutôt que d’institutions – les aide à avoir un meilleur accès aux startups et réduit les inquiétudes sur la source de leur argent, même si une partie vient toujours de Russie.

Près de 20% du fonds de 135 millions de dollars de Runa Capital provient de riches Russes, a déclaré Beloussov, né en Russie mais désormais citoyen de Singapour. La firme de Silicon Valley, GVA Capital, gérée par le Russe Pavel Cherkashin, a recueilli des fonds auprès de particuliers en Russie, en Ukraine, au Kazakhstan et en Géorgie.

« Il y a de plus en plus de fonds comme nous – des gestionnaires de fonds russophones aux États-Unis d’Amérique, mais qui s’approvisionnent en chèques auprès de la Russie et de l’ex-Union soviétique », a déclaré M. Cherkashin. « Cette tendance est en croissance. »

Cherkashin estime que les investissements de démarrage des gestionnaires de fonds basés aux États-Unis d’Amérique, qui mobilisent des capitaux en Russie, ont plus que triplé au cours des trois dernières années. Cela inclurait un investissement de 2016 dans Uber par FortRoss Ventures, qui a un bureau dans la Silicon Valley et dont les fonds proviennent principalement d’investisseurs russes, y compris la Sberbank publique.

Drokova a déclaré que son fonds provient d’entrepreneurs individuels aux États-Unis d’Amérique et en Europe.

Drokova a passé cinq ans en tant que dirigeante d’un mouvement politique de jeunesse soutenu par le Kremlin en Russie appelé Nashi avant de déménager aux États-Unis d’Amérique à l’âge de 23 ans. Elle décrit maintenant ses opinions politiques comme «libérales».

Drokova a déclaré que sa nationalité et son travail politique n’ont pas encore posé de défis dans sa nouvelle carrière. Mais d’autres Russes qui ont des sociétés de capital-risque dans la Silicon Valley disent qu’ils rencontrent encore des obstacles, y compris un examen minutieux lorsqu’ils tentent d’ouvrir des comptes bancaires aux États-Unis d’Amérique.

Sergey Gribov de Flint Capital, une société de capital-risque dont les associés sont nés en Russie mais ne recueille pas d’argent en Russie, a déclaré qu’il divulguait tous les détails de ses sources de financement pour éviter les soupçons.

« De temps en temps, ça se lève », a-t-il dit. « Je dirais que cela aide à être transparent. »

(REUTERS)

Traduction : MIRASTNEWS

Source : ASIA PACIFIC DAILY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :