A la Une

Tirade injustifiée des Etats-Unis d’Amérique

Certaines des tensions économiques croissantes sous-jacentes aux actions de plus en plus belliqueuses des Etats-Unis d’Amérique contre la Russie et la Chine ont été révélées par le rapport du représentant au commerce des USA (USTR) la semaine dernière sur le respect des règles de l’OMC.

Le rapport coïncidait avec la publication d’une nouvelle stratégie de défense nationale par le Pentagone vendredi, la première d’une décennie où, selon le secrétaire à la Défense James Mattis, « la grande compétition de pouvoir, pas le terrorisme » est au centre des préoccupations.

Mattis a déclaré que les Etats-Unis d’Amérique faisaient face à « une menace croissante des puissances révisionnistes aussi différentes que la Chine et la Russie, des nations qui cherchent à créer un monde cohérent avec leurs modèles autoritaires ».

Le rapport sur la Chine, qui reflétait l’imprimatur du représentant commercial des Etats-Unis d’Amérique Robert Lighthizer, l’un des partisans les plus virulents de « America First » au sein de l’administration Trump, équivalait à une déclaration de guerre commerciale virtuelle dès le premier paragraphe.

Il a déclaré que les espoirs que la Chine, lorsqu’elle a été admise à l’OMC en 2001, démantèlerait les politiques menées par l’État, incompatibles avec des politiques d’ouverture du marché, n’avaient pas été réalisés. La Chine est restée largement une économie dirigée par l’État.

Dans le même temps, la Chine avait utilisé l’adhésion à l’OMC pour devenir un « acteur dominant » du commerce international.

« Compte tenu de ces faits, il semble clair que les États-Unis d’Amérique ont fait erreur en soutenant l’entrée de la Chine dans l’OMC selon des modalités qui se sont révélées inefficaces pour assurer l’adoption par la Chine d’un régime commercial ouvert et axé sur le marché ».

Les conclusions concernant la Russie, qui n’a rejoint l’OMC qu’en 2012, vont dans le même sens.

Le rapport sur la Chine excluait toute possibilité de traiter les plaintes des États-Unis d’Amérique par le biais des mécanismes de règlement des différends de l’OMC, dans le cadre desquels les différents pays peuvent se plaindre des actions d’autres pays.

Selon le rapport, « il est maintenant clair que les règles de l’OMC ne sont pas suffisantes pour limiter le comportement de distorsion du marché de la Chine ».

Alors que certaines questions avaient été traitées dans le cadre des procédures de l’OMC, « bon nombre des plus troublantes ne sont pas directement soumises aux règles de l’OMC » ou à des engagements supplémentaires pris par la Chine lors de son adhésion.

« La réalité est que les règles de l’OMC n’ont pas été formulées en fonction d’une économie dirigée par l’Etat », a-t-il déclaré. Alors que la Chine avait apporté certains changements après 2001 en ce qui concerne les mesures dirigées par l’Etat, « le gouvernement chinois les a depuis remplacés par des politiques et des pratiques plus sophistiquées – et encore très troublantes ».

Le rapport contenait une liste de plaintes, allant de la production d’acier et d’aluminium à l’agriculture, à la technologie, aux droits de propriété intellectuelle et aux services. Résumant la position globale des Etats-Unis d’Amérique, il a indiqué que le gouvernement chinois poursuivait « un large éventail de politiques et de pratiques interventionnistes en constante évolution visant à limiter l’accès au marché pour les biens et services importés ».

Dans le même temps, Pékin offrait «des orientations gouvernementales substantielles, des ressources et un soutien réglementaire aux industries chinoises, notamment à travers des initiatives visant à extraire des technologies avancées d’entreprises étrangères dans des secteurs de l’économie».

Les bénéficiaires étaient des sociétés d’État chinoises et d’autres entreprises nationales importantes «tentant de monter la chaîne de valeur économique», ce qui a eu pour résultat que les marchés partout dans le monde soient «moins efficaces qu’ils ne devraient l’être».

En d’autres termes, les États-Unis d’Amérique considèrent qu’ils sont de plus en plus touchés, en particulier dans les domaines de la technologie et de la production plus sophistiqués qu’ils considèrent comme leur propre province. La situation est pire qu’elle ne l’était il y a cinq ans, indique le rapport. Malgré les déclarations chinoises contraires, le rôle de l’État dans l’économie s’est accru.

Le rapport affirmait que depuis l’accession de la Chine à l’OMC, les États-Unis d’Amérique avaient essayé de collaborer avec la Chine de manière constructive pour résoudre les différends commerciaux et avaient encouragé la Chine à devenir un « membre plus responsable de l’OMC ».

« Ces efforts bilatéraux ont échoué – non pas à cause des échecs des décideurs des USA, mais parce que les décideurs chinois n’étaient pas intéressés par une véritable économie de marché ».

Le rapport sur la Russie, après avoir examiné une série de plaintes, a indiqué que ses actions « indiquent fortement » qu’elle n’avait « pas l’intention de respecter de nombreuses promesses faites aux Etats-Unis d’Amérique et aux autres membres de l’OMC ».

C’était « une erreur de permettre à la Russie d’adhérer à l’OMC si elle n’était pas entièrement préparée à respecter les règles de l’OMC ».

Les racines de l’intense hostilité des États-Unis d’Amérique envers la Russie et la Chine sur les questions commerciales peuvent être considérées, du moins partiellement, dans l’évaluation par l’USTR de l’importance de la création de l’OMC en 1995 comme organisation successeur de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), établie en 1947.

La Déclaration de Marrakech d’avril 1994, qui a créé l’OMC à l’issue des négociations du Cycle d’Uruguay, a déclaré que la création de la nouvelle organisation «inaugure une nouvelle ère de coopération économique mondiale» fondée sur « un système commercial plus ouvert et multilatéral » centré sur « des politiques ouvertes et orienté sur le marché ».

La déclaration de 1994 a été publiée au milieu de l’euphorie de la classe dirigeante des Etats-Unis d’Amérique, suite à la liquidation de l’Union soviétique en 1991 et à l’effondrement des politiques économiques nationales. Le point de vue était que le «consensus de Washington» – en réalité, l’application des intérêts du capital financier des Etats-Unis d’Amérique et du pouvoir de marché – ouvrirait une nouvelle ère de domination des USA. Le contrôle de la vaste masse continentale eurasienne, avec ses abondantes ressources et l’offre de main-d’œuvre bon marché, était considéré comme un élément clé de cette stratégie.

Les choses ne se sont pas déroulées exactement comme prévu par les Etats-Unis d’Amérique. Alors que le capitalisme a bel et bien été restauré en Russie et en Chine, le capitalisme des Etats-Unis d’Amérique n’exerce pas le degré de contrôle direct, à travers le fonctionnement du «marché libre» et du capital financier, comme il l’avait espéré.

Les oligarchies capitalistes sont apparues en Russie et en Chine, qui poursuivent leurs propres intérêts, souvent en traversant ceux des États-Unis d’Amérique. Cela ne signifie pas que les États-Unis d’Amérique ont abandonné leur volonté de domination de ces régions – en fait, l’affaiblissement continu de leur position économique mondiale rend cela encore plus impératif. Par conséquent, il y a une poussée pour poursuivre cet objectif par d’autres moyens, c’est-à-dire des mesures militaires, telles que définies dans la dernière stratégie du Pentagone, centrées sur la concurrence des «grandes puissances», surtout contre la Russie et la Chine. – wsws.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Herald

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :