A la Une

Internationalisation du Yuan: la Chine ouvre la porte aux entreprises étrangères

© Sputnik/ Iliya Pitalev

Pékin continue de montrer son engagement en faveur de la politique d’ouverture et de la libéralisation régulière. S’exprimant sur Sputnik, les analystes ont souligné que le plan de la Chine visant à donner aux investisseurs étrangers un meilleur accès à son marché intérieur profitera à l’économie du pays et contribuera à faire face au risque systémique.

La décision de la Chine d’élargir son marché intérieur aux sociétés financières étrangères cette année est une étape logique qui n’a rien à voir avec les manœuvres politiques du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump envers la République populaire, selon Xu Feibiao, un analyste du Centre d’études de l’économie mondiale à l’Institut chinois des relations internationales contemporaines.

« La Chine accorde une grande attention à la stabilité financière, si bien qu’au cours des deux dernières années, elle a introduit un certain nombre de mesures restrictives liées au système bancaire parallèle, aux transactions hors bilan et aux marchés financiers. Par conséquent, la déclaration actuelle pour beaucoup a été une surprise », a déclaré l’analyste à Sputnik Chine.

Pékin adoptant des mesures d’ouverture

S’exprimant mercredi au Forum économique mondial dans la ville suisse de Davos, Liu He, un conseiller économique clé du président Xi Jinping, a rappelé que Pékin a promis « de nouvelles mesures d’ouverture dans les secteurs bancaire, des valeurs mobilières et des assurances » le 10 novembre 2017, à la suite de la visite officielle de Trump en Chine.

« Je dirais de manière responsable ici, que nous allons mettre en œuvre ces mesures une par une cette année, le plus tôt sera le mieux », a souligné Liu, cité par Caixin Global.

La proposition inclut l’assouplissement des règles de propriété étrangère sur les assureurs, les sociétés de gestion de titres et d’actifs, et les banques. Elle assouplira également les restrictions sur la propriété étrangère directe et indirecte des sociétés de gestion de fonds et de contrats à terme et les sociétés de courtage à 51% contre 49%. La limite devrait être complètement supprimée dans trois ans.

Selon Ciaxin, les dirigeants chinois « supprimeront également la limite de 20% des investisseurs étrangers et la limite de 25% pour les investisseurs étrangers dans les banques et les sociétés de gestion d’actifs, mettant les investisseurs étrangers sur un pied d’égalité avec les investisseurs nationaux ».

© AFP 2018 / FRED DUFOUR

Cette photo prise tôt le 9 septembre 2016, montre le quartier financier de Pudong à Shanghai

Libéralisation des marchés: amener l’économie à un nouveau niveau

Xu Feibiao a souligné que « le besoin d’une réforme et d’une plus grande ouverture du secteur financier a été mentionné lors du récent [19e] Congrès national du Parti communiste chinois ».

« Dans le rapport du président de la République populaire de Chine lors du 19ème Congrès, il a été également question de la nécessité de réformes du marché et de l’internationalisation du yuan pour amener l’économie chinoise à un nouveau niveau dans une nouvelle ère ». « En outre, étant donné l’influence croissante de l’économie chinoise dans le monde, et en gardant à l’esprit que la période de transition pour la RPC à l’OMC est terminée, la Chine ne peut tout simplement pas rester dans l’ombre. »

Il semble que les nouvelles mesures sont devenues la plus grande concession aux entreprises étrangères de la part de la Chine depuis l’adhésion du l’Empire Céleste à l’OMC en 2001. Alors que la libéralisation progressive de l’économie chinoise pourrait affaiblir la position des entreprises nationales, les autorités ont mis en œuvre une série de mesures protectionnistes imposant des restrictions aux investissements étrangers et aux capitaux étrangers.

Ce qui a incité la Chine à s’ouvrir maintenant

Le nœud du problème est que Pékin fait face à des risques systémiques dans l’économie nationale. Le poids total de la dette en 2017 dépassait 256% du PIB, la part de la dette des entreprises s’élevant à 170%. À titre de comparaison, en 2017 aux États-Unis d’Amérique et au Japon, cet indicateur était respectivement de 73% et 96%. Cela pourrait s’expliquer par le fait que pendant près de deux décennies – et en particulier à la suite de la crise financière mondiale de 2008 – l’économie chinoise s’est développée en grande partie grâce aux prêts consentis au secteur des entreprises.

À la suite d’énormes investissements à long terme dans les projets sociaux et d’infrastructure et dans l’immobilier, le secteur a énormément besoin de crédits de plus en plus importants pour soutenir la croissance du PIB. Les autorités chinoises sont conscientes que ce processus est lourd de défauts.

Selon Julian Evans-Pritchard de la société de recherche indépendante internationale Capital Economics (Asia) Pte. Ltd, l’initiative récente de Pékin est une tentative d’emprunter de l’expérience étrangère et de faire face à l’effet de levier excessif.

« Les régulateurs [chinois] ne perdent rien, ouvrant légèrement la porte aux capitaux étrangers« , a déclaré Evans-Pritchard à Sputnik. « [En échange], ils auront une expérience et des connaissances internationales et, bien entendu, les autorités espèrent que la faible concurrence profitera à l’économie, le système financier deviendra plus efficace et autorégulé ».

Le spécialiste a noté, cependant, qu’il n’est pas encore clair dans quelle mesure les investisseurs étrangers vont augmenter leur participation dans le secteur financier chinois. « Tout le monde s’inquiète du problème de la dette, du rôle peu clair du régulateur et des règles du jeu, ainsi que de la capacité des autorités à contrôler les mouvements de capitaux », a-t-il souligné.

Pourtant, la Chine se prépare à ouvrir davantage son marché à l’avenir: il a été annoncé qu’en 2019, les actions de classe A qui sont actuellement négociées en yuan seulement seront incluses dans l’indice international de Morgan Stanley Capital International (MSCI).

Les idées et opinions exprimées par Xu Feibiao, Julian Evans-Pritchard sont celles des intervenants et ne reflètent pas nécessairement celles de Sputnik.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :