A la Une

La FSA va prendre des mesures sur le piratage de Coincheck / l’Agence pourrait suspendre certaines opérations de la société

The Yomiuri Shimbun
Coincheck President Koichiro Wada leaves a press conference in Chuo Ward, Tokyo, on Saturday.

L’agence de services financiers prévoit d’appliquer des mesures réglementaires dès cette semaine sur Coincheck Inc., un important marché de crypto-monnaie, après que la monnaie NEM alors évaluée à environ 58 milliards ¥ ait été retirée illégalement des comptes de ses clients, selon des sources informées.

L’agence mettra en œuvre des mesures visant à améliorer les opérations commerciales de Coincheck sur la base de la loi révisée sur les services de paiement. Les sources ont indiqué que l’agence pourrait imposer un ordre de suspendre certaines opérations de la compagnie, qui est basée à Shibuya Ward, Tokyo.

Pendant ce temps, le Département de la police métropolitaine lancera une enquête sur la violation présumée de la loi sur l’interdiction de l’accès non autorisé à l’ordinateur, considérant l’incident comme un piratage externe.

La FSA devait donner l’ordre à Coincheck de signaler l’incident à l’agence, et les dirigeants de l’entreprise devaient rendre compte dimanche de l’étendue des dommages et de la façon dont ils traitaient le problème. L’agence décidera des mesures réglementaires contre l’entreprise après avoir soigneusement examiné le rapport.

Cependant, l’agence a attaché une grande importance au fait que l’entreprise devait encore prendre des mesures suffisantes pour assurer la sécurité de ses systèmes. Car la monnaie virtuelle aurait été retirée illégalement dans le plus grand hold-up d’une crypto-monnaie.

Selon les sources de l’industrie, il est courant que les bourses de devises virtuelles gèrent les données en bloquant les réseaux extérieurs afin d’empêcher tout accès non autorisé. Cependant, les mesures de sécurité de Coincheck ont ​​pu être inadéquates, car elles stockaient NEM d’une manière qui pouvait être accessible de l’extérieur via Internet.

Les sources ont indiqué que l’agence envisage de suspendre certaines affaires de la compagnie parce qu’elle avait exprimé des inquiétudes au sujet de la gestion de l’entreprise des capitaux de ses clients avant l’incident.

En vertu de la loi révisée sur les services de paiement entrée en vigueur en avril 2017, un système d’enregistrement a été introduit pour les opérateurs d’échange de crypto-monnaie. L’agence étudie toujours la demande de Coincheck dans le cadre du système d’enregistrement, et la société exerce ses activités en tant que quasi-opérateur juridiquement soumis aux mêmes réglementations que les opérateurs enregistrés.

Vendredi soir, lors d’une conférence de presse, le président de Coincheck, Koichiro Wada, a été interrogé sur l’indemnisation des clients. Wada a déclaré à plusieurs reprises: «Nous allons prioriser la protection des actifs des clients. » Tôt dimanche matin, la société a publié sur son site Web un plan de retour de l’argent en yen japonais à environ 260 000 détenteurs de NEM.

Les sources ont indiqué que le MPD analysera ces données comme des enregistrements de communication des ordinateurs de l’entreprise pour identifier l’origine de l’accès non autorisé. La police demandera la coopération des organismes d’enquête d’outre-mer si le piratage a été orchestré en dehors du Japon.

Il y a eu une série d’incidents impliquant des monnaies virtuelles, y compris un cas en 2014 dans lequel bitcoin a disparu d’un échange bitcoin majeur basé à Tokyo appelé Mt. Gox. Le dernier incident est considéré comme le plus important en termes de valeur. Speech

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Japan News

Lire aussi:

Une plateforme japonaise d’échange de cryptomonnaies victime d’un vol de 430 millions d’euros

Image d’illustratio/© Jason Lee Source: Reuters

C’est le vol de ce type le plus important de l’histoire : la plateforme de trading Coincheck a reconnu avoir été victime d’un vol de 500 millions d’unités de la cryptomonnaie NEM, ce qui équivaut à environ 430 millions d’euros.

La plateforme d’échange basée au Japon Coincheck, spécialisée dans le trading de cryptomonnaies, a tenu une conférence de presse dans la soirée du 26 janvier annonçant avoir été victime d’un vol concernant la cryptomonnaie NEM. Selon le journal japonais Asahi Shinbun, il s’agit du plus important vol de ce type de l’histoire, puisqu’il se chiffre à 500 millions de NEM, soit l’équivalent au cours actuel d’un peu plus de 530 millions de dollars (ou environ 430 millions d’euros).

L’entreprise n’a pas apporté beaucoup d’éclairage concernant le vol, affirmant ne pas savoir comment il avait pu se produire, ni d’où il provenait. Plus tôt dans la journée, Coincheck avait contacté les autorités financières japonaises pour signaler un important retrait de sa plateforme, qu’elle soupçonnait illégal.

Dans la foulée, Coincheck avait annoncé avoir suspendu tout dépôt et retrait de NEM, puis de toutes les cryptomonnaies sur sa plateforme, créant une vague d’inquiétude parmi ses clients.

Interrogé par le site spécialisé cryptonews.com, le président de la fondation NEM, Lon Wong, a pour sa part tenu à souligner que ce vol n’avait rien à voir avec la technologie de la cryptomonnaie, mais était dû au manque de mesures de sécurité mises en place par la plateforme d’échange.

Source: RT France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :