A la Une

L’ASEAN a la chance de rivaliser avec la Chine dans les obligations vertes

L’ASEAN, ayant connu une croissance rapide et confrontée à des problèmes environnementaux, offre un grand potentiel de financement vert. © Reuters

Le bloc doit suivre de nouvelles normes avec des mesures pour stimuler l’émission

Si la Chine peut prendre d’assaut le monde des obligations vertes, est-ce que l’Asie du Sud-Est le peut?

Une émission de titres de 2 milliards de ringgit (507 millions de dollars USA) par Permodalan Nasional, un gestionnaire d’actifs contrôlé par le gouvernement malaisien, a marqué en novembre la première utilisation des normes Green Bond de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Le marché de la dette verte de l’ASEAN pourrait éventuellement rivaliser avec celui de la Chine, le plus grand émetteur du monde, mais seulement si les gouvernements de la région promeuvent plus activement le marché.

Si elle est considérée comme une entité unique, l’ASEAN est l’une des plus grandes économies du monde. Tout comme la Chine, elle a connu une forte croissance tout en étant aux prises avec une série de défis environnementaux pressants, notamment la pollution de l’air, la pénurie d’eau, l’épuisement des ressources naturelles et la déforestation. Il existe un énorme potentiel de financement vert au sein du bloc.

Un rapport récent du Programme pour l’environnement des Etats-Unis d’Amérique et de la banque singapourienne DBS prévoit que la demande d’investissements verts supplémentaires dans l’ASEAN entre 2016 et 2030 atteindra entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars. Un tel financement fournirait à la région de l’argent pour construire et moderniser l’infrastructure, accélérer sa transition vers les énergies renouvelables, atteindre une plus grande efficacité énergétique, développer une agriculture durable et gérer les impacts de l’utilisation des terres. En supposant que le secteur public paie 40% de la facture, il faudra environ 1 200 à 8 000 milliards de dollars de soutien du secteur privé.

Les obligations vertes représentent un moyen efficace et contrôlé par les risques d’attirer des capitaux régionaux et internationaux pour financer ces besoins extraordinaires d’investissement de transition. Les obligations vertes se distinguent des autres obligations en ce sens que les recettes servent à financer des projets qui apportent des avantages environnementaux ou sont soutenues par des actifs verts tels que les systèmes de transport à faibles émissions de carbone.

Le lien de Permodalan, qui financera la construction de la tour Warisan Merdeka respectueuse de l’environnement à Kuala Lumpur, n’est qu’un exemple. Depuis 2009, les entités de l’ASEAN n’ont émis que 1,85 milliard de dollars d’obligations vertes, ce qui laisse un potentiel considérable.

Pour que ce potentiel soit réalisé, la normalisation du marché est une condition préalable.

Les normes d’obligations vertes de l’ASEAN, qui sont bien alignées sur les principes des obligations vertes reconnus internationalement et publiées par l’International Capital Markets Association, l’étalon-or actuel pour l’investissement responsable, représentent une évolution positive. En établissant des lignes directrices à l’intention des émetteurs, ces normes encouragent la transparence et facilitent la participation internationale, en fournissant l’impulsion nécessaire pour alimenter le développement à long terme de la catégorie d’actifs obligataires verts dans l’ASEAN.

L’avance de la Chine

Le rythme auquel la Chine a adopté les obligations vertes a surpris le monde. Les banques et les entreprises ont été promptes à exploiter la classe d’actifs après que des lignes directrices couvrant des secteurs clés du marché aient été publiées par la Banque populaire de Chine en décembre 2015 et la Commission nationale de développement et de réforme un mois plus tard. En 2016, la Chine représentait près de 40% des émissions mondiales de dette verte, les Etats-Unis d’Amérique et les nations de l’UE représentant la majeure partie du reste.

Alors que certains s’attendaient à ce que le niveau de la demande de la Chine soit de courte durée, l’appétit pour les émissions d’obligations vertes a été soutenu. Selon la Climate Bonds Initiative, l’an dernier, la Chine a franchi à la hausse le total de ses émissions en 2016, avec 36,4 milliards de dollars de nouvelles obligations vertes, mais derrière les États-Unis d’Amérique au classement général.

Les gouvernements de l’Asie du Sud-Est auront un rôle essentiel à jouer pour propulser le marché des obligations vertes de l’ASEAN au même niveau que celui de la Chine. Les décideurs disposent d’un large éventail d’outils pour alimenter le développement du marché.

Le premier outil, et peut-être le plus évident, est qu’ils peuvent simplement entrer dans l’action. Les gouvernements peuvent émettre des obligations vertes souveraines, à l’instar de l’Europe, où la France et la Pologne ont rapidement fait le grand saut.

L’assurance-crédit et les garanties émanant d’organismes publics ou sous-souverains s’avèreraient efficaces pour réduire les risques et les coûts d’émission potentiels, ce qui stimulerait l’émission d’obligations vertes et la participation des investisseurs.

Les gouvernements de l’ASEAN peuvent également encourager la croissance du marché en établissant des directives d’investissement claires pour les fonds de pension publics et autres fonds de l’État, les banques de développement et les organismes d’État. L’acheminement des fonds publics vers les obligations vertes augmenterait la liquidité de ces instruments et, à son tour, leur attrait pour les investisseurs et les émetteurs.

Les organismes de réglementation ont également un rôle déterminant à jouer. Ils peuvent et doivent apporter leur point de vue au débat sur les exigences en matière de rapports, les procédures de révision par des tiers et la nécessité d’une cohérence internationale sur les marchés des obligations vertes.

Les fonctionnaires peuvent également établir des liens directs entre les émissions d’obligations vertes de leurs pays et leurs engagements dans le cadre de l’Accord de Paris soutenu par les États-Unis d’Amérique sur la lutte contre le changement climatique. Les gouvernements peuvent positionner les obligations vertes en tant qu’éléments intégraux de la réalisation de leurs engagements et en facilitant la transition mondiale vers une voie à plus faible émission de carbone.

Compétences motivationnelles

La bonne vieille approche «carotte et bâton» a fait ses preuves et devrait également faire partie des boîtes à outils des régulateurs. Les incitations sont toujours les bienvenues lorsque les marchés en sont à leurs balbutiements. Il existe un potentiel important pour les fonctionnaires de rendre la classe d’actifs plus attrayante en offrant des réductions d’impôt aux émetteurs et aux investisseurs ou en prenant en charge certains des coûts supplémentaires impliqués.

Certains organismes gouvernementaux de l’ASEAN ont déjà introduit de telles incitations. Le programme de subventions d’obligations vertes de l’Autorité monétaire de Singapour offre aux émetteurs jusqu’à 100 000 dollars de Singapour (76 000 dollars) pour compenser les coûts supplémentaires associés aux examens externes pour respecter les normes relatives aux obligations vertes. En Malaisie, les émetteurs d’instruments de dette islamique dans le cadre du Sukuk Sustainable & Responsible Investment ont droit à certaines déductions fiscales. Les autres marchés de l’ASEAN devraient en prendre note.

Les sanctions auront également un rôle à jouer. Les régulateurs doivent s’assurer que les émetteurs de l’ASEAN respectent les exigences définies dans les nouvelles normes sur les obligations vertes. Le «greenwashing» – la pratique consistant à financer des projets inadéquats par le biais d’obligations vertes – constitue une menace réelle pour la crédibilité du marché et il est essentiel que les régulateurs punissent les émetteurs qui ne respectent pas leurs promesses. L’intégrité environnementale sera la clé du succès à long terme des marchés d’obligations vertes.

L’établissement des normes d’obligations vertes de l’ASEAN représente une étape cruciale dans le développement du marché, mais elle doit être associée à une approche plus proactive de la part des décideurs de l’ensemble du bloc. Le rôle des gouvernements ne devrait pas être sous-estimé; ils sont les seuls à pouvoir créer les conditions qui permettront aux champions locaux de générer le flux régulier d’émissions d’obligations vertes nécessaires pour accélérer la transition de leurs économies vers la croissance verte.

Pour autant, le fardeau de la preuve ne dépend pas uniquement des décideurs. Les émetteurs devront associer les mots à l’action, traduisant leurs engagements verts en actes. Les investisseurs ont également un rôle à jouer, en augmentant la demande de produits verts.

 20180119_headshot_natixis_chaoni-huang_small_150Chaoni Huang

Chaoni Huang est directeur des solutions vertes et durables au sein de la division banque de financement et d’investissement de Natixis.

Traduction :Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Nikkei ASIAN REVIEW

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :