A la Une

Xi Jinping promet de renforcer les liens avec l’Uruguay après l’avertissement des Etats-Unis d’Amérique à l’Amérique latine

Le message du président à son homologue uruguayen intervient après que les États-Unis d’Amérique ont appelé la région à se méfier des «acteurs prédateurs» et à mettre en veilleuse le projet ferroviaire brésilien

La Chine s’est engagée à renforcer ses liens avec l’Uruguay et a défendu son approche en Amérique latine à la suite des critiques des Etats-Unis d’Amérique et de l’incertitude entourant un projet ferroviaire.

Le président Xi Jinping a promis de développer de manière « globale » les relations avec l’Uruguay dans un message adressé samedi à son homologue uruguayen, Tabare Vasquez, à l’occasion du 30ème anniversaire de l’établissement des relations bilatérales.

Les relations entre la Chine et l’Uruguay ont « été témoin de grands progrès » au cours des trois dernières décennies, a indiqué M. Xi dans le message.

Il est intervenu après que le secrétaire d’Etat des USA Rex Tillerson a lancé un avertissement sur l’implication de la Chine dans la région en lançant vendredi une tournée dans six pays latino-américains, les appelant à se prémunir contre « les acteurs prédateurs potentiels » et les « pratiques commerciales déloyales » de nombreux Chinois.

Une banque dirigée par la Chine étend ses ailes à l’Afrique et à l’Amérique du Sud pour financer des projets d’infrastructure

Le sous-secrétaire aux Affaires internationales des USA, David Malpass, a également souligné que la Chine avait contribué à la contraction de l’économie de la région.

« La plupart des responsables de l’effondrement économique et des catastrophes humanitaires au Venezuela relèvent directement des dirigeants vénézuéliens, mais la Chine est de loin le principal prêteur du Venezuela, soutenant la mauvaise gouvernance », a déclaré M. Malpass au Centre d’études stratégiques et internationales de Washington.

Capture David Malpass

David Malpass a déclaré que la Chine a soutenu la « mauvaise gouvernance » au Venezuela. Photo: Bloomberg

Pendant ce temps, le Brésil a mis à l’écart un projet de chemin de fer pour expédier des marchandises destinées à la Chine à travers le Pérou. Le chemin de fer de 5 000 km entre les Andes et la côte Pacifique a été annoncé lors d’une visite de Xi en 2014. Mais Jorge Arbache, vice-ministre brésilien de la planification des affaires internationales, a déclaré vendredi que le chemin de fer avec un coût estimé à 80 milliards de dollars, ne serait pas commercialement viable s’il ne transportait que des marchandises et non pas plus de biens de valeur.

Pékin a riposté samedi aux remarques de Tillerson, disant qu’elles étaient irrespectueuses.

« Ce que les Etats-Unis d’Amérique ont dit est totalement contraire à la vérité et a montré un manque de respect envers le grand nombre de pays d’Amérique latine », a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué. « La Chine est un important acheteur international de produits en vrac latino-américains et importe de plus en plus de produits agricoles et à forte valeur ajoutée de la région. »

« Le développement des relations sino-latino-américaines ne vise ni ne rejette aucun tiers, ni n’affecte les intérêts des tierces parties en Amérique latine », a-t-il ajouté.

La Chine et les Etats-Unis d’Amérique ont cherché à renforcer leur influence dans la région ces dernières années. Xi a promis en 2015 que les échanges commerciaux de la Chine avec la région Amérique latine et les Caraïbes atteindraient 500 milliards de dollars USA d’ici cinq ans, alors que l’objectif d’investissement direct était de 250 milliards de dollars USA.

Mais les États-Unis d’Amérique restent le principal partenaire commercial avec l’Amérique latine et les Caraïbes. L’année dernière, les échanges commerciaux entre les États-Unis d’Amérique et la région ont diminué de 4% par rapport à 2016, mais ils ont tout de même dépassé 763 milliards de dollars USA.

Le Chili félicite la Chine pour son refus des politiques protectionnistes

Grâce aux investissements pétroliers, le Venezuela a emprunté plus de 50 milliards de dollars USA à la Chine depuis 2007, ce qui représente 53% des prêts de la Chine à la région entre 2007 et 2015, selon le think tank des Etats-Unis d’Amérique Inter-American Dialogue.

Mais Zhang Sengen, qui se spécialise dans les relations sino-latino-américaines à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré qu’au lieu d’être blâmé pour la mauvaise gouvernance du Venezuela, la Chine devrait être reconnue comme une victime de sa crise économique.

« La Chine subit des pertes de la situation actuelle du Venezuela », a dit Zhang. « Nous avons trop investi en trop peu de temps. »

Cependant, Matt Ferchen du Centre Carnegie-Tsinghua pour la politique mondiale à Pékin a déclaré que les prêts de la Chine au Venezuela avaient joué un rôle dans la promotion de la mauvaise gouvernance.

« L’ampleur et la manière dont la Chine a accordé des prêts au Venezuela … a été une erreur majeure commise par la Banque de développement de Chine et les décideurs politiques étrangers en Chine », a déclaré M. Ferchen. « Le remboursement des dettes est devenu un fardeau pour les deux pays. »

Ferchen a attribué cette erreur à un manque de compréhension de la situation politique du Venezuela, mais a déclaré que la politique de Pékin dans la région était par ailleurs cohérente, principalement dans les domaines des produits de base et de l’infrastructure.

Zhang a indiqué que les pays d’Amérique latine étaient susceptibles de se méfier de l’avertissement des Etats-Unis d’Amérique. Il s’attendait à ce que les pays de la région s’inscrivent à l’initiative « Belt and Road » afin d’attirer davantage d’investissements chinois, après que la Chine a étendu la stratégie de commerce et d’infrastructure à l’Amérique latine le mois dernier. Mais il n’a pas vu la Chine reprendre le rôle économique joué par les Etats-Unis d’Amérique dans la région.

« Les Etats-Unis d’Amérique ne laisseront pas cela se produire, ils vont faire quelque chose à ce sujet », a-t-il dit.

Ferchen a déclaré que le rôle de la Chine en Amérique latine continuerait à se limiter à un ensemble étroit de relations commerciales en raison des différences géographiques et culturelles et de l’incertitude sur le climat d’investissement.

 Kinling LoKinling Lo

Rapports supplémentaires de Reuters

Cet article est paru dans l’édition imprimée du South China Morning Post sous le titre: Xi promet de renforcer les liens avec l’Uruguay au milieu des États-Unis.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : South China Morning Post

La Chine rejette l’avertissement des Etats-Unis d’Amérique à l’Amérique latine comme irrespectueux

Le ministère chinois des Affaires étrangères affirme que le partenariat économique dans la région repose sur des intérêts communs

La Chine a accusé les Etats-Unis d’Amérique de manquer de respect à l’Amérique latine après que le secrétaire d’Etat des USA, Rex Tillerson, ait mis en garde les pays de la région contre une dépendance excessive des relations économiques avec la Chine.

Dans un discours prononcé à l’occasion d’une visite au Mexique, en Argentine, au Pérou, en Colombie et en Jamaïque, M. Tillerson a indiqué que la Chine prenait pied en Amérique latine et utilisait la politique économique pour amener la région dans son orbite.

Dans un communiqué publié vendredi soir en réponse à Tillerson, le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la coopération entre la Chine et l’Amérique latine était basée sur des intérêts communs et des besoins mutuels.

« Ce que les Etats-Unis d’Amérique ont dit est totalement contraire à la vérité et a montré un manque de respect envers le grand nombre de pays d’Amérique latine », a déclaré le ministère.

La coopération entre la Chine et les pays d’Amérique latine est basée sur l’égalité, la réciprocité, l’ouverture et l’inclusivité, a-t-il ajouté.

L’Amérique latine offre des récompenses mais des risques attendent

« La Chine est un important acheteur international de produits en vrac latino-américains et importe de plus en plus de produits agricoles et à forte valeur ajoutée de la région », a indiqué le ministère.

L’investissement et la coopération financière de la Chine avec les pays d’Amérique latine étaient pleinement conformes aux règles commerciales et aux lois et règlements locaux, a-t-il ajouté.

« Le développement des relations sino-latino-américaines ne vise ni ne rejette aucun tiers, ni n’affecte les intérêts des tiers en Amérique latine », a déclaré le ministère.

« Nous espérons que les pays concernés abandonneront les concepts obsolètes de jeux à somme nulle et examineront le développement des relations sino-latino-américaines de manière ouverte et inclusive. »

La Chine trace une nouvelle route vers l’Amérique latine pour rivaliser et vérifier l’influence des États-Unis d’Amérique

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, s’est rendu au Chili le mois dernier pour un sommet avec les pays d’Amérique latine et des Caraïbes, où il les a invités à rejoindre le vaste programme d’infrastructure « ceinture et route » de la Chine.

Par ailleurs, le principal diplomate économique du Trésor des USA, David Malpass, a accusé vendredi la Chine de permettre une mauvaise gouvernance au Venezuela en soutenant le gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro à travers des investissements pétroliers.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : South China Morning Post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :