A la Une

Menace principale pour la Syrie – partition de la Syrie – Al-Qaïda désormais instrument des pays développés

Ankara désigne la menace principale pour la Syrie

La Turquie soutient l’intégrité de la Syrie plus que personne dans le monde, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu soulignant qu’Ankara ne représentait pas une menace pour le régime syrien.

Sur fond de l’opération turque sur le territoire syrien, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a commenté la situation à l’antenne de la chaîne de télévision TGRT Haber.

«La Turquie soutient l’intégrité territoriale de la Syrie plus que personne, je pense que tout le monde le sait: le gouvernement syrien, le peuple syrien et l’opposition. Nous ne représentons pas de menace pour le régime syrien mais ce régime doit au plus vite mettre un terme aux perturbations dans la région de la Ghouta et d’Idlib pour que la transition vers le processus du règlement politique pacifique dans le pays soit possible», a-t-il déclaré.

Dans le même temps, M. Cavusoglu a insisté sur la position de la Turquie à l’encontre des Unités de protection du peuple (YPG),

«Je pense que nos positions par rapport à la question des YPG ne divergent pas. Le régime syrien les considère comme une structure terroriste qui aspire à briser la Syrie. Les représentants des pays qui soutiennent le régime syrien nous en ont parlé. Nous n’allons pas défendre des points de vue différents sur certaines questions uniquement à cause le fait que nous ne maintenons pas de relations [avec les autorités syriennes, ndlr]. Les YPG menacent non seulement nous mais aussi l’avenir de la Syrie», a-t-il conclu.

L’état-major turc a annoncé le 20 janvier le lancement de l’opération Rameau d’olivier contre contre les Unités de protection du peuple (YPG) et le Parti de l’union démocratique (PYD) à Afrine, qui compte quelque 1,5 million de Kurdes et de réfugiés d’autres régions de Syrie. La Turquie considère toutes ces organisations comme terroristes. Des combattants de l’Armée syrienne libre (ASL) y prennent également part.

Damas a fermement condamné les actions d’Ankara, rappelant qu’Afrine était une partie indissociable de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé tous les belligérants à la retenue et a exhorté à respecter l’intégrité territoriale de la Syrie.

Source : Sputnik News – France

Moscou: les Etats-Unis auraient pour objectif la partition de la Syrie

Washington aurait un projet de partition de la Syrie et Moscou lui posera des questions à ce sujet, d’après Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

Les États-Unis auraient pour objectif la partition de la Syrie, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Selon le ministre, la Russie posera des questions concernant ces projets à l’administration américaine.

Détails à suivre

Source: Sputnik News – France

Les Etats-Unis d’Amérique ont apparemment pris le chemin de la partition Syrie – Lavrov

© AP Photo/ Hassan Ammar

Les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas montré de preuve de l’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« En Syrie, il semble très probable que les Etats-Unis d’Amérique se dirigent vers la division du pays », a déclaré le ministre des Affaires étrangères. « Nous savons qu’il existe des plans pour la partition de la Syrie, nous allons demander à nos collègues états-uniens d’Amérique comment ils imaginent tout cela », a ajouté M. Lavrov.

Des militaires russes, états-uniens d’Amérique et jordaniens tentent de résoudre un certain nombre de problèmes liés au fonctionnement d’une zone de désescalade dans le sud de la Syrie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

« Nous gardons ces canaux [de communication] avec les Etats-Unis d’Amérique ouverts, nous les utilisons, ce qui est confirmé par l’accord Russie-Jordanie-Etats-Unis d’Amérique sur les opérations de la zone de désescalade dans le sud-ouest de la Syrie, qui fonctionne de manière décente, même s’il y a un certain nombre de problèmes que nous essayons de résoudre par l’intermédiaire des militaires », a-t-il déclaré.

Athlètes russes

L’Occident n’a pas fourni de faits ou de preuves d’un prétendu dopage par des athlètes russes, a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, parlant lors d’une promotion de maître pour les participants au concours des dirigeants russes.

« Maintenant, on nous dit de manière catégorique, sans faits, que, oui, l’arbitrage sportif à Lausanne a acquitté tous nos athlètes de la liste de 32 personnes et entraîneurs, mais il n’est pas nécessaire d’être guidé par cette décision, car le CIO n’est pas sûr que les athlètes n’ont pas utilisé de substances améliorant la performance », a déclaré Lavrov.

« C’est-à-dire, il n’y a aucune preuve, mais il y a des doutes, il y a des soupçons … Il s’avère qu’aucune confession n’est exigée maintenant », a-t-il dit.

Plus tôt, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a fait appel à 28 Russes, que le CIO avait suspendus à vie des Jeux Olympiques après avoir annulé leurs résultats aux Jeux Olympiques d’hiver de Sochi 2014 en raison de violations des règles antidopage.

LIRE AUSSI: 32 athlètes russes classent leur costume en TAS invitant le CIO à participer aux Jeux – Avocats

Le Comité Olympique Russe a demandé au CIO d’envoyer 15 invitations aux Jeux à Pyeongchang pour les représentants individuels de la Russie, mais elles ont été refusées lundi.

En décembre 2017, le CIO a suspendu l’équipe nationale russe de participer aux Jeux olympiques de 2018. En même temps, le comité a laissé la possibilité aux athlètes «purs» de se produire aux Jeux sous le drapeau olympique.

Les Jeux Olympiques de Pyeongchang se dérouleront du 9 au 25 février.

Crise coréenne

Sergei Lavrov a exprimé l’espoir mercredi qu’un scénario militaire sur la péninsule coréenne ne sera jamais mis en œuvre.

«Nous voyons à quel point les États-Unis d’Amérique tentent à maintes reprises de resserrer les sanctions et de menacer de recourir à la force, et j’espère qu’un tel scénario, dont les experts estiment qu’il enlèvera jusqu’à un million et peut-être même plus de vies humaines, ne deviendra pas réalité, et que les Etats-Unis d’Amérique consulteront au moins les pays qui seront touchés par cette situation – tout d’abord, avec la direction de la Corée du Sud, le Japon», a déclaré Lavrov lors d’une master class pour les participants des Leaders du concours de la Russie.

« L’usage de la force dans cette région sera catastrophique », a souligné le ministre.

Traité INF

La Russie veut maintenir intact le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (Traité FNI), a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Nous voulons préserver le traité sur les missiles à moyenne et courte portée, nous voulons le garder vivant et efficace », a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence pour les participants au concours des dirigeants de la Russie dans la station balnéaire de la mer Noire de Sotchi.

Le ministre russe a ajouté que la Russie remplissait également toutes les obligations du traité sur la réduction supplémentaire des armes offensives stratégiques (nouveau traité START).

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Défense russe: Al-Qaïda est devenue un instrument des pays développés hostiles à la Russie

© Sputnik. Natalia Seliverstova

Un ou plusieurs pays technologiquement développés hostiles à la Russie utilisent la branche syrienne d’Al-Qaïda pour empêcher Moscou de jouer un rôle important dans la libération de la Syrie, d’après le ministère russe de la Défense.

Le groupe terroriste Al-Qaïda est devenu un instrument des pays aux technologies avancées qui sont mécontents du rôle clé que la Russie joue dans la libération de la Syrie, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

«Les terroristes de la branche syrienne d’Al-Qaïda sont devenus un instrument docile aux mains d’un ou plusieurs pays technologiquement avancés que le rôle joué par la Russie dans la libération de la Syrie de Daech ne satisfait pas, a-t-il indiqué. Toutefois, l’histoire nous enseigne que les terroristes apprivoisés aujourd’hui par des maîtres prévenants leur porteront demain un coup dans le dos.»

«La principale source de déstabilisation en Syrie, pas seulement dans la zone d’Idlib, reste les formations de la branche syrienne d’Al-Qaïda, le Front al-Nosra. Les bandes de ce groupe terroriste, soutenues par des livraisons d’armes et de ressources matérielles, cherchent à torpiller le processus de paix dans les zones de désescalade en en évinçant les formations de l’opposition modérée», a souligné le ministère.

Tous ces faits ne font que confirmer les appréhensions que les terroristes de la branche syrienne d’Al-Qaïda sont devenus un instrument docile aux mains des pays aux technologies avancées contrariés par le rôle que la Russie joue dans la libération de la Syrie, a noté pour conclure le ministère russe de la Défense.

Source : Sputnik News – France

EN SAVOIR PLUS: GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L’ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS

Le Front Nusra est devenu l’outil des côtés mécontents de la libération de la Syrie par la Russie – Ministère de la Défense

© AFP 2018/ RAMI AL-SAYED

Les militants syriens de Jabhat al-Sham, également connu sous le nom de Front al-Nosra, tentent de faire dérailler le processus de paix dans les zones syriennes de désescalade en évinçant l’opposition modérée, a annoncé mercredi le ministère russe de la Défense.

Les militants du Front al-Nosra restent la principale source d’instabilité non seulement dans la zone de désescalade d’Idlib en Syrie mais dans tout le pays, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major général Igor Konashenkov.

Konashenkov a expliqué que les militants de Nusra recevaient les fournitures d’armes des tierces parties et essayaient de faire dérailler « le processus de paix dans les zones de désescalade, évinçant ainsi l’opposition modérée ».

« Cela confirme nos craintes que les terroristes de la branche d’Al-Qaïda soient devenus un outil obéissant entre les mains d’un ou plusieurs pays technologiquement avancés mécontents du rôle clé de la Russie dans la libération de la Syrie de Daech », a souligné Konashenkov. Les dernières actions de Nusra en Syrie, y compris l’attaque des bases aériennes russes à Tartous et Hmeimim qui a été lancée par les militants de Nusra avec l’utilisation des véhicules aériens sans pilote sophistiqués et armés.

Commentant la situation dans les zones de désescalade, le représentant de la défense russe a fait part de son inquiétude quant au fait que les militants du Front Nusra obtiendraient des systèmes MANPAD pouvant être utilisés « non seulement en Syrie et pas seulement contre les avions de combat ». Le ministère de la Défense russe travaille à établir les canaux par lesquels les armes ont été fournies aux terroristes.

Cela intervient après que l’on ait signalé que le MANPAD était utilisé pour abattre le Su-25SM russe qui patrouillait dans la zone de désescalade d’Idlib. Le pilote Roman Filipov a été éjecté avant que l’avion ne s’écrase et s’est ensuite engagé dans un combat avec des militants sur le terrain. Il s’est finalement fait exploser avec une grenade afin de ne pas être capturé par des terroristes.

Le corps de Filipov a été transféré en Russie. Il devrait être enterré dans sa ville natale de Voronezh le 8 février.

Les unités des forces armées russes restées en Syrie autosuffisantes

Le contingent des forces armées russes demeurant en Syrie est autosuffisant, a annoncé mercredi le ministère russe de la Défense.

«Pour le moment, les principales tâches des forces armées russes stationnées en Syrie sont de surveiller le régime de cessez-le-feu dans les zones de désescalade et d’aider le peuple syrien à instaurer une vie pacifique. Il existe à cette fin un contingent autosuffisant des forces armées russes en République arabe syrienne», peut-on lire dans le communiqué du ministère.

Les zones de désescalade ont été établies en Syrie dans le cadre du processus de paix d’Astana, une série de pourparlers pour lancer le processus de paix dans ce pays ravagé par la guerre. La Russie, l’Iran et la Turquie ont négocié le cessez-le-feu en Syrie, ainsi que l’établissement de zones exemptes de combats dans le pays couvrant quatre zones, dont la province d’Idlib et trois autres zones.

La Russie mène l’opération militaire en Syrie depuis 2015 à la demande du gouvernement syrien. En décembre 2017, le ministère russe de la Défense a annoncé que Daech en Syrie avait été complètement éliminé. Le président Poutine a également déclaré que la « victoire sur les terroristes » avait été réalisée.

L’armée russe a annoncé qu’elle était parvenue à un accord avec Damas sur le maintien des bases de Tartus et de Hmeimim pendant 49 ans.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

L’armée syrienne répond à la frappe israélienne près de Damas

© Sputnik. Ilya Pitalev

L’armée syrienne affirme avoir détruit la plupart des missiles tirés par les avions de combat israéliens qui avaient attaqué des cibles militaires près de Damas depuis l’espace aérien libanais, selon les médias

L’agence Sana communique que selon le commandement général de l’armée, l’aviation israélienne avait tiré ce matin plusieurs missiles depuis le territoire libanais visant des positions militaires dans la banlieue de Damas, еt affirme que la défense antiaérienne a intercepté et détruit la plupart de ces missiles.

Le commandement a réaffirmé que les forces armées étaient prêtes à couper court à toute agression et à poursuivre la guerre contre le terrorisme jusqu’au rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans tous les territoires syriens.

«Le commandement général des forces armées tient Israël pleinement responsable des conséquences dangereuses de ses aventures répétées, agressives et non calculées », indique un communiqué de l’armée syrienne.

Israël reconnait mener régulièrement des opérations en Syrie. Selon les autorités israéliennes, ces dernières sont nécessaires pour éviter la réception par les ennemis de l’État hébreu de moyens de destruction massive et d’armes modernes, au premier rang desquels se trouve le Hezbollah. Actuellement, il se bat en Syrie aux côtés des forces gouvernementales.

Source : Sputnik News – France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :