A la Une

Un char pro-gouvernemental détruit lors de la deuxième frappe aérienne «défensive» américaine en Syrie cette semaine + Notre commentaire

PHOTO DE FICHIER: Un char T-72 modifié par l’armée syrienne. © Hawsh Nasri / AFP

Notre commentaire

Il apparait clairement que Daesh ayant échoué lamentablement à la mission qui lui avait été confiée par ses parrains et créateurs, certains des vrais commanditaires se dévoilent et entrent en action pour tenter de contrebalancer la situation sur le terrain. Est-ce là un vrai défi lancé à l’Iran, la Russie et la Syrie? Pour avoir une telle assurance guerrière, les Etats-Unis d’Amérique cogitent-ils dans l’ombre une surprise désagréable aux frontières russes? Des armes nucléaires y sont-elles entreposées et prêtes à être utilisées? Quelles précautions réelles les russes ont-ils pris à cet effet ? La Russie se fera-t-elle surprendre comme lors des première et seconde guerres mondiales où des millions de soviétiques moururent avant que l’URSS ne finisse par vaincre l’ennemi allemand? A cette époque heureusement que les armes nucléaires n’existaient pas. En réalité face à un adversaire coriace, impitoyable et imprévisible, il faut opposer une méga-stratégie furtive, malléable et adaptable quasi-instantanément.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Le Pentagone a confirmé dimanche avoir détruit un char pro-gouvernemental dans l’est de la Syrie, marquant la deuxième attaque des USA contre les forces syriennes dans une semaine et soulevant des inquiétudes quant à une confrontation militaire sérieuse dans le pays.

Les responsables du Pentagone affirment que les forces d’opérations spéciales des Etats-Unis d’Amérique travaillant comme conseillers des Forces démocratiques syriennes (SDF) ont été attaquées par un char de combat soviétique T-72 opéré par des forces pro-gouvernementales. En réponse, les forces des Etats-Unis d’ »Amérique ont appelé à une frappe de drone, détruisant le char.

Le lieutenant général Jeffrey Harrigan, commandant du commandement central des forces aériennes des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré aux journalistes au Pentagone mardi que la frappe aérienne était un acte de légitime défense.

« Nous avons détecté et vu un char qui a tiré sur nous », a déclaré Harrigan. « Il a continué à bouger, donc nous avons de nouveau exécuté des règles d’engagement d’autodéfense pour nous protéger. Et je crois, encore une fois, que c’est quelque chose que nous avons toujours le droit de faire et nous assurerons que nous sommes en mesure de le faire », a ajouté M. Harrigan.

La frappe des drones marque la deuxième fois en une semaine que les forces des Etats-Unis d’Amérique ont mené des frappes aériennes «défensives» contre les forces gouvernementales syriennes, amenant certains à spéculer sur la probabilité d’une confrontation militaire majeure entre les forces des Etats-Unis d’Amérique et syriennes et leurs alliés.

« Dans une situation militaire aussi interreliée, avec toutes ces forces très proches les unes des autres dans un pays de taille moyenne, mais dans des régions plutôt petites, la possibilité que des choses échappent à tout contrôle est très, très réelle », a déclaré Richard Becker, un activiste anti-guerre à RT.

Le 7 février, la coalition menée par les Etats-Unis d’Amérique en Syrie a mené plusieurs frappes « défensives » contre les forces syriennes en représailles à des attaques « non provoquées » contre les forces des FDS (SDF), tuant une centaine de combattants pro-gouvernementaux (dont des forces privées russes]. Le ministère russe de la Défense a déclaré que les forces des Etats-Unis d’Amérique avaient attaqué les forces syriennes qui se battaient contre une « cellule dormante » de l’Etat islamique (IS, anciennement Etat islamique) dans la province de Deir ez-Zor.

Moscou n’a pas mâché ses mots en décrivant sa position sur les frappes «défensives» de Washington. Vasily Nebenzya, ambassadeur de Russie auprès de l’ONU, a qualifié la présence des Etats-Unis d’Amérique en Syrie d' »illégale » jeudi lors d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU. Il a rappelé aux membres du conseil que «personne ne les y a invités».

Le ministère russe de la Défense a également souligné que les attaques des Etats-Unis d’Amérique « prouvaient une fois de plus que le but réel de la présence illégale continue des forces des Etats-Unis d’Amérique en Syrie, n’est pas déjà la lutte contre le groupe terroriste international ISIS, mais la capture et le contrôle des actifs appartenant exclusivement à la République arabe syrienne. »

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a averti que les Etats-Unis d’Amérique envisageaient de partager la Syrie et « flirtaient avec divers segments de la société syrienne opposés au gouvernement », une stratégie qui aurait « des conséquences dangereuses ».

Le secrétaire d’Etat Rex Tillerson a déclaré la semaine dernière que les Etats-Unis d’Amérique avaient l’intention de maintenir une présence militaire illimitée d’environ 2 000 hommes en Syrie afin de « soutenir nos partenaires et empêcher le retour des groupes terroristes ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :