A la Une

L’attaque des Etats-Unis d’Amérique contre les forces syriennes impliquant des combattants privés Russes semble avoir été préméditée

Le ministre de la Défense des Etats-Unis d’Amérique, James Mattis, prononce un discours lors d’une conférence de presse au siège de l’OTAN à Bruxelles, le 15 février 2018. (Photo AFP)

Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, James Mattis, pense pouvoir mener des enquêtes sur une attaque présumée impliquant un groupe d’entrepreneurs militaires privés russes contre des forces d’opposition soutenues par les Etats-Unis d’Amérique en Syrie, près du champ pétrolifère d’Omar (dans la zone de l’ancienne raffinerie CONOCO) dans la province de Deir ez-Zor.

Cependant bien que les médias mainstream mènent l’offensive contre la Russie, il n’a pas directement accusé Moscou d’avoir orchestré ce qu’ils appellent à Washington une agression.

« Je comprends que le gouvernement russe déclare maintenant que certaines de ses forces non militaires, des entrepreneurs, ont été impliquées dans cette attaque encore inexpliquée », a déclaré Mattis samedi, lors de son retour à Washington après une tournée d’une semaine en Europe.

Poursuivant dans sa lancée, il a ajouté « Mais ils ont pris les directives de quelqu’un. Est-ce que c’était des instructions locales? Est-ce des sources externes? Ne me demandez pas, je ne sais pas. Mais je doute que 250 à 300 personnes, tout simplement excités sur leur propre initiative, ont soudainement traversé la rivière en territoire ennemi, et commencé à bombarder un endroit et à manœuvrer des chars contre eux ». Ajoutant, « Alors, quoi qu’il arrive, nous essaierons de le comprendre, nous travaillerons évidemment avec n’importe qui pourra répondre à cette question. »

Qu’en est-il réellement de situation sur le terrain? Pour les Etats-Unis d’Amérique la coalition a agi en état de légitime défense lorsqu’une unité ennemie de 300 à 500 combattants a lancé une attaque contre une position des FDS à l’est de l’Euphrate dans la province de Deir ez-Zor, au sein desquelles se trouvaient des unités militaires des Etats-Unis d’Amérique qui se sont installées sur de vastes territoires situés entre le fleuve et les frontières syriennes avec l’Irak et la Turquie. Les Etats-Unis d’Amérique ont installé dans cette zone la base militaire US d’Al-Tanf devenue un nid abritant des terroristes selon Moscou.

Les USA raisonnent comme s’ils sont une petite puissance, car aucun adversaire qu’il s’agisse de la Chine, l’Iran, la Syrie, la Russie ou la Corée du Nord ne s’approcherait de leurs troupes ou de bases militaires sans prendre toutes les dispositions et précautions militaires requises pour ne pas être détruites, à moins d’être de véritables amateurs et des suicidaires.

Le site Fontanka de Saint-Pétersbourg (Russie) confirme l’implication d’entrepreneurs militaires privés en Syrie au sein duquel un Corps slave a constitué un noyau d’un nouveau groupe de mercenaires recrutés par Dmitry Outkine (ancien citoyen ukrainien ayant combattu dans l’est de l’Ukraine avec les rebelles séparatistes) surnommé « Wagner » le nom de guerre d’Outkine.

La société Wagner est enregistrée en Argentine, puisque pour l’instant ces types d’entreprises sont illégales en Russie, même si le président Poutine et les autres autorités russes réfléchissaient sur la possibilité de les déclarer dans leur légalisation afin de profiter comme leurs homologues états-uniens d’Amérique des profits énormes que génèrent ce marché dans le monde. Le parlement russe, la Douma, est actuellement entrain d’élaborer une loi visant à légaliser le travail des compagnies militaires privées. Les combattants des groupes privés des Etats-Unis d’Amérique sont officiellement utilisés pour sécuriser et stabiliser les zones conquises après les batailles, mais parfois ils sont engagés dans les combats dans certaines opérations.

Wagner a pour mission de protéger les installations stratégiques tant pour la Syrie que pour la Russie, «notamment la base aérienne de Hmeymim, le port de Tartous et certaines raffineries de pétrole, qui approvisionnent nos forces en produits pétroliers», selon Pravda.Ru qui rapporte les propos de l’expert Shamil Sultanov. Les recrutements se font par le bouche-à-oreille, car le groupe n’a pas de site internet. Les experts estiment au total 2 000 combattants du groupe Wagner en Syrie pour le compte du gouvernement local.

Un des sponsors les plus en vue du groupe Wagner serait l’homme d’affaires Yevgeny Prigozhin propriétaire (riche restaurateur) d’une usine de troll internet, Internet Research Agency, à Saint-Pétersbourg. Vendredi dernier les États-Unis d’Amérique ont accusé l’usine troll, son propriétaire et douze autres Russes associés à l’usine de trolls d’avoir utilisé illégalement les réseaux sociaux pour semer la discorde politique dans leur pays. Selon les griefs soulevés, ils auraient créé des comptes fictifs sur les médias sociaux pour influencer les électeurs ou miner leur foi dans le système politique des USA.

En effet l’avocat spécial Robert Mueller a publié un acte d’accusation d’un grand jury fédéral qui cible des ressortissants russes pour semble-t-il avoir monté une campagne de médias sociaux dans le but d’influencer l’élection présidentielle de 2016. Et des membres du Congrès veulent que les Etats-Unis d’Amérique déclarent la guerre à la Russie pour cette soi-disant affaire, selon The Daily Caller. Pourtant le Kremlin par la voix de son porte-parole, Dmitri Peskov, rejette l’acte d’accusation des USA qui accusent 13 Russes d’avoir interféré dans l’élection présidentielle américaine de 2016, en raison du manque de preuves.

Des médias russes indiquent que la majorité des combattants de Wagner tués en Syrie par les Etats-Unis d’Amérique ont combattu dans l’Est de l’Ukraine auprès des insurgés dans la région du Donbass. Il semble que les Etats-Unis d’Amérique avaient bel et bien un compte à régler et ont tendu un piège au groupe pour les exterminer, en comptant sur l’effet de surprise et leur faible réponse aérienne sur les défenses anti-aériennes. Car non préparés pour un tel combat, le renseignement des USA a cette fois-ci été assez performant.

La présence militaire officielle de la Russie se limite par la campagne de frappes aériennes qu’elle effectue, désormais réduites, une base navale, des instructeurs militaires qui entraînent les forces syriennes et des troupes spéciales en nombre limité. Cela, les Etats-Unis d’Amérique l’ont pris en compte et intégré dans leur stratégie pour élaborer des tactiques de combat. Depuis le début du conflit, ce sont eux qui prennent l’initiative de bombarder sans gênes ni remords les protégés de Moscou. Ils se comportent comme en terrain définitivement conquis, mais ne combattent pas le groupe terroriste Jabhat al-Nusra, selon Sergueï Lavrov, qui dit que la Russie a accumulé assez de preuves sur cette question. C’est ce que rapporte l’agence TASS.

Wagner est un groupe formé en 2014 qui emploie des entrepreneurs militaires privés associé à la société russe Yevro Polis, ayant signé un accord avec le gouvernement syrien. Le renseignement des Etats-Unis d’Amérique devrait être au courant ce jour-là de leur présence en nombre parmi le groupe formé par les éléments de l’Armée arabe syrienne et les forces tribales syriennes, qui se dirigeait à proximité des zones occupées par les Etats-Unis d’Amérique et leurs proxies FDS à Deir ez-Zor. Car pour les autorités syriennes, Deir ez-Zor est une partie intégrante du territoire de la Syrie souveraine. Les Syriens n’ont signé aucun document sur les zones de désescalade, ni invité les Kurdes fussent-ils syriens, ni les USA en Syrie.

La mise en garde faite à l’Armée russe apparait comme une opération de diversion élaborée pour neutraliser l’aviation et les forces de réaction russes pouvant s’il le fallait venir à leur secours. Quel était l’objectif réel des forces syriennes dans cette région? L’État syrien aurait signé un accord avec les contractants pour capturer et sécuriser l’infrastructure pétrolière et gazière en Syrie en échange d’une part de 25 pour cent dans la production future de ressources, mais il était aussi derrière une cellule dormante terroriste.

Dans cette zone il existe des ressources d’hydrocarbures abondantes en particulier les champs pétrolifères situés à Khusham que les Etats-Unis d’Amérique ambitionnent de saisir. Apparemment les Etats-Unis d’Amérique installent leurs bases dans les zones où les hydrocarbures sont abondants. Ils ont par le passé déjà bombardé les troupes syriennes, donc ils ont une grande expérience des coups montés.

Le ministre de la Défense des Etats-Unis d’Amérique, James Mattis a même récemment admis que les États-Unis d’Amérique n’avaient pas de preuves d’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien lorsqu’ils avaient décidé de bombarder les troupes régulières qui affrontaient les terroristes de Daesh, ce qui contrarie leurs précédentes allégations, alors que les russes et les syriens affirmaient qu’ils étaient venus secourir les combattants de Daesh en difficulté.

Pendant plus de trois heures les Etats-Unis d’Amérique et la coalition ont effectué des bombardements à l’artillerie et des frappes aériennes avec des avions de combat F-15E, des drones MQ-9, des bombardiers B-52, des hélicoptères de combat AC-130 et les hélicoptères Apache AH-64. Plusieurs positions susceptibles d’abriter des Russes ont été attaquées, à 8 kilomètres environ à l’est de la ligne de démarcation de l’Euphrate.

Il n’y aurait eu aucun missile antiaérien tiré dans l’espace contre les aéronefs de la coalition, alors que même les Kurdes des FDS les ont utilisés contre les troupes de la Turquie. Et rien ne prouve que les troupes syriennes avaient pour objectif de s’attaquer aux troupes des Etats-Unis d’Amérique et leurs proxies. Pouvaient-ils se diriger vers les champs d’hydrocarbures pour les occuper et/ou couraient-ils derrière une cellule terroriste dormante?

L’armée des Etats-Unis d’Amérique déclare que les forces attaquantes n’avaient aligné que de l’artillerie, des chars, des systèmes de fusées à lanceurs multiples et des mortiers, après avoir observé « une lente accumulation de personnel et de matériel ». Cela suppose que les forces syriennes et alliées auraient omis d’intégrer, en suivant le raisonnement des USA, qu’avec une grande puissance comme les Etats-Unis d’Amérique, la priorité était d’abattre les avions et autres appareils volants pouvant faire la différence.

Pourtant des médias signalent que plusieurs contractuels militaires privés seraient d’anciens militaires formés en Russie, une grande puissance, voire même de haut-gradés. Les Etats-Unis d’Amérique ont-ils voulu montré la vulnérabilité des forces armées russes et des structures militaires privées? Il n’existe donc pas de zone de désescalade dans le nord de la Syrie, surtout si l’on ajoute l’intervention des forces armées turques contre les kurdes.

La Russie a reconnu que cinq de ses citoyens avaient été tués dans cette attaque menée par la coalition des Etats-Unis d’Amérique dans la province de Deir ez-Zor, dans l’est de la Syrie, après qu’ils aient fait partie d’un groupe de forces pro-gouvernementales qui a sans doute tenter de riposter contre les positions détenues par les Forces démocratiques syriennes (FDS), pris soudainement par le feu aérien d’un ennemi imprévisible.

Au moment de l’attaque du 7 février, le ministère russe de la Défense a insisté sur le fait qu’il n’avait pas de troupes officielles à Deir ez-Zor et sur les zones bombardées par les Etats-Unis d’Amérique. Cependant, quatre généraux à la retraite de l’armée russe, qui se trouvaient en compagnie des militaires syriens auraient été tués dans ces frappes aériennes.

Les Etats-Unis d’Amérique ont environ 2 000 militaires dans le nord de la Syrie (une force multipliée par quatre, par rapport à leurs premières revendications, alors que la Russie retirait ses forces) soutenant les FDS, qui est une alliance de milices dans le nord et l’est de la Syrie et largement dominée par les unités de protection du peuple kurde (YPG), actuellement en conflit contre la Turquie qui les soupçonne d’être de connivence avec les kurdes turcs des PKK.

Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés ont bombardé ce qu’ils appellent les positions de Daesh en Syrie depuis septembre 2014 sans aucune autorisation du gouvernement de Damas ou d’un mandat de l’ONU. Les frappes, toutefois, ont souvent fait des victimes civiles et détruit les infrastructures civiles, ainsi que des logements, et n’ont pas rempli leur objectif déclaré de lutte contre le terrorisme. Ces derniers temps la Turquie est entrée en Syrie pour combattre les kurdes et Israël a bombardé plusieurs positions de l’Armée arabe syrienne.

Tout se passe comme si les Etats-Unis d’Amérique et Israël venaient combler le vide laissé par l’affaiblissement de Daesh, qui avait pris le contrôle de vastes étendues de territoires. Israël accuse l’Iran d’avoir des bases militaires et des troupes en Syrie, ce que l’Iran dément formellement. La Russie et l’Iran soutiennent la lutte contre le terrorisme menée par la Syrie depuis la fin de l’année 2015, lorsque les forces aériennes et militaires russes sont arrivées en force dans le pays à la demande officielle de Damas pour aider le gouvernement à lutter contre Daech et d’autres militants Takfiri.

L’aide de la Russie s’est révélée précieuse et a été un succès majeur puisque la Syrie a réussi à libérer des zones clés au cours des dernières années, y compris la deuxième plus grande ville d’Alep, s’appuyant sur la couverture aérienne et les conseils militaires de la Russie. Depuis le retrait de la plus grande majorité des troupes russes rentrées en Russie, les forces hostiles ont lancé des attaques de drones, de mortiers sur des bases russes et ont abattu un avion de chasse russe, le pilote ayant perdu la vie. Et la Syrie tangue à nouveau dans des eaux marécageuses infestées de prédateurs.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

1 Trackback / Pingback

  1. S’exposant aux risques de l’escalade majeure, Trump évalue le meurtre de combattants russes en Syrie en tant que signe d’une « position dure » envers Poutine – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :