A la Une

Pourquoi Washington a frappé des entrepreneurs russes en Syrie

Le 7 février, les bombardiers américains B-52 et les hélicoptères Apache ont frappé un contingent de troupes gouvernementales syriennes et des forces alliées à Deir ez-Zor qui auraient tué et blessé des dizaines d’entrepreneurs militaires russes travaillant pour la société de sécurité privée russe, le groupe Wagner.

Afin de comprendre la raison pour laquelle les Etats-Unis d’Amérique ont attaqué effrontément les entrepreneurs russes, nous devons garder à l’esprit la toile de fond du conflit syrien de sept ans. Washington n’a pas réussi à renverser le gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie.

Après l’intervention russe en Syrie en septembre 2015, l’élan de la bataille s’est déplacé en faveur du gouvernement syrien et les procurations de Washington sont en train de recevoir la fin du conflit. La politique de Washington de nourrir les militants contre le gouvernement syrien a donné naissance à l’Etat islamique et à des myriades de groupes djihadistes qui ont mené des attaques terroristes audacieuses en Europe au cours des deux dernières années.

Par nécessité, Washington a dû faire des Kurdes la pièce maîtresse de sa politique en Syrie. Mais le 20 janvier, la Turquie, alliée de l’OTAN, a monté l’Opération Olive Branch contre les Kurdes dans le canton syrien du nord-ouest de l’Afrine. Afin de sauver sa réputation de puissance mondiale, Washington aurait pu faire face à la Turquie et fait pression pour l’empêcher d’envahir Afrine. Mais il a choisi la voie la plus facile et a exprimé sa frustration sur les forces gouvernementales syriennes à Deir ez-Zor, ce qui a entraîné les pertes de nombreux entrepreneurs militaires russes embauchés par le gouvernement syrien.

Une autre raison pour laquelle Washington a frappé les entrepreneurs russes travaillant en Syrie est que les Forces démocratiques syriennes (FDS, SDF) soutenues par les Etats-Unis d’Amérique et dirigées par les Kurdes – qui sont principalement composées de milices kurdes YPG – auraient cédé le contrôle de certaines zones à l’ouest de l’Euphrate. Le Conseil militaire de Deir ez-Zor (DMC), qui est la composante arabe du FDS, a déplacé plusieurs bataillons de milices kurdes YPG à Afrine et le long de la frontière nord de la Syrie avec la Turquie afin de défendre les zones tenues par les Kurdes contre les assauts des forces armées turques et des milices alliées de l’Armée syrienne libre (ASL).

Plus significativement, une entente entre le gouvernement syrien et les dirigeants kurdes a récemment été conclue, selon laquelle le gouvernement déploiera des troupes syriennes dans l’enclave kurde nord-ouest d’Afrine afin d’augmenter les défenses du canton contre l’offensive menée par les Turcs.

L’une des principales raisons pour lesquelles Washington a bombardé les forces pro-gouvernementales, y compris les sous-traitants militaires russes, le 7 février à Deir al-Zor, était de prévenir un éventuel accord entre les forces kurdes soutenues par les Etats-Unis d’Amérique et la Russie. Le gouvernement syrien ne s’est pas matérialisé à la suite de l’opération Olive Branch menée par la Turquie à Afrine le 20 janvier.

Il convient de noter ici que le conflit ethnique et sectaire en Syrie et en Irak est en réalité un conflit à trois voies entre les Arabes sunnites, les Arabes chiites et les Kurdes. Bien que, après la déclaration de guerre contre une faction de militants sunnites arabes, l’Etat islamique, les Etats-Unis d’Amérique aient également apporté leur soutien au gouvernement chiite en Irak, les Arabes chiites d’Irak ne sont pas les alliés fiables de Washington parce qu’ils sont sous l’influence de l’Iran.

Par conséquent, Washington n’a eu d’autre choix que de faire des Kurdes la pièce maîtresse de sa politique en Syrie après qu’un groupe de djihadistes sunnites ait outrepassé leur mandat en Syrie et ait envahi Mossoul et Anbar en Irak début 2014, d’où les Etats-Unis d’Amérique avaient retiré ses troupes il y a seulement quelques années en décembre 2011.

Les soi-disant Forces démocratiques syriennes (FDS, SDF) ne sont rien de plus que des milices kurdes avec une présence symbolique de membres de tribus arabes mercenaires, afin de les faire apparaître plus représentatif et inclusif dans les perspectives.

Concernant le facteur kurde dans la guerre civile syrienne, il serait pertinent de mentionner ici que contrairement aux Kurdes irakiens pro-américains dirigés par la famille Barzani, les Kurdes syriens PYD / YPG ainsi que le gouvernement syrien ont été idéologiquement alignés parce que les deux sont socialistes et ont traditionnellement été dans la sphère d’influence russe.

De plus, comme je l’ai déjà dit, la guerre civile syrienne est un conflit à trois entre les militants arabes sunnites, le gouvernement dirigé par les chiites et les Kurdes syriens, et les bénéficiaires nets de ce conflit ont été les Kurdes syriens qui ont élargi leurs zones de contrôle en s’alignant d’abord avec le gouvernement syrien contre les militants sunnites depuis le début de la guerre civile syrienne d’août 2011 à août 2014, lorsque la politique des Etats-Unis d’Amérique en Syrie fut un « changement de régime » et que la CIA s’entraînait indistinctement et armait les militants sunnites contre le gouvernement dirigé par les chiites dans les régions frontalières de Turquie et de Jordanie avec l’aide des alliés régionaux de Washington: la Turquie, la Jordanie, l’Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït, tous appartenant à la dénomination sunnite.

En août 2014, cependant, les États-Unis d’Amérique ont déclaré une guerre contre une faction des militants arabes sunnites, l’Etat islamique, lorsque ce dernier a envahi Mossoul et Anbar au début de 2014 et Washington a fait volte-face sur sa précédente politique de changement de régime et a commencé à mener des frappes aériennes contre l’État islamique en Irak et en Syrie. Ainsi, en déplaçant les objectifs en Syrie de l’objectif impossible de «changement de régime» à l’objectif réalisable de vaincre l’État islamique.

Après ce renversement de la politique de Washington, les Kurdes syriens ont profité de l’occasion et ont conclu une alliance avec les États-Unis d’Amérique contre l’Etat islamique à la demande de Masoud Barzani, renforçant ainsi leur position contre les militants arabes sunnites et le gouvernement syrien.

Plus précisément, pour les trois premières années de la guerre civile syrienne d’août 2011 à août 2014, un accord informel existait entre le gouvernement syrien et les Kurdes syriens contre l’assaut des militants arabes sunnites jusqu’à ce que les Kurdes rompent cet arrangement pour devenir la pièce maîtresse de la politique de Washington dans la région.

Conformément au pacte susmentionné, le gouvernement syrien a reconnu de manière informelle l’autonomie kurde; et en retour, les milices kurdes ont conjointement défendu les zones du nord-est de la Syrie, en particulier al-Hasakah, aux côtés des troupes gouvernementales syriennes contre les groupes militants sunnites progressistes, en particulier l’État islamique.

Enfin, pour comprendre l’objectif de Washington qui a osé bombarder le 7 février des forces progouvernementales à Deir al-Zor, qui incluaient des sous-traitants militaires russes privés, gardez à l’esprit que ce serait un cauchemar pour Washington en Syrie. Les Kurdes syriens, alliés dignes de confiance, ont rompu leur accord avec Washington et ont de nouveau conclu une alliance mutuellement bénéfique avec le gouvernement syrien soutenu par la Russie – un scénario fort probable après les invasions répétées par la Turquie des zones tenues par les Kurdes à Washington. La Syrie, d’abord l’invasion de Jarabulus et d’Azaz dans le nord de la Syrie pendant l’opération Euphrate Shield qui a duré d’août 2016 à mars dernier, et maintenant l’intervention militaire dans l’enclave kurde d’Afrine le 20 janvier.

L’objectif principal de Washington de bombarder les troupes pro-gouvernementales le 7 février – qui a causé des dizaines de victimes russes – était de créer des divisions entre les Kurdes soutenus par les Etats-Unis d’Amérique et le gouvernement syrien soutenu par la Russie. De toute évidence, on ne peut pas négocier et parvenir à un accord défensif avec une partie dont les partisans vous bombardent en même temps. Mais la Russie a minutieusement minimisé l’atrocité effrontée et a poursuivi ses efforts pour concilier les intérêts divergents des forces concurrentes dans la guerre par procuration syrienne.

* * *

Nauman Sadiq

Nauman Sadiq  est un avocat, un chroniqueur et un analyste géopolitique basé à Islamabad qui se concentre sur la politique des régions Af-Pak et Moyen-Orient, le néocolonialisme et le pétro-impérialisme.

Source : Zero Hedge

1 Comment on Pourquoi Washington a frappé des entrepreneurs russes en Syrie

  1. josephhokayem // 25 février 2018 à 17:57 // Réponse

    A reblogué ceci sur Histoire militaire du Moyen-Orient.

    J'aime

1 Trackback / Pingback

  1. S’exposant aux risques de l’escalade majeure, Trump évalue le meurtre de combattants russes en Syrie en tant que signe d’une « position dure » envers Poutine – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :