A la Une

Le nouveau président sud-africain veut confisquer des terres aux fermiers blancs sans compensation

South African President Cyril Ramaphosa © Mike Hutchings / Reuters

Le nouveau président de l’Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, s’est engagé à rendre les terres appartenant aux fermiers blancs depuis les années 1600 aux citoyens noirs du pays.

Le gouvernement prévoit d’accélérer la redistribution des terres par l’expropriation sans compensation.

« L’expropriation des terres sans compensation est envisagée comme l’une des mesures que nous utiliserons pour accélérer la redistribution des terres aux Sud-Africains noirs », a déclaré M. Ramaphosa, qui a été investi pour succéder à Jacob Zuma à la présidence la semaine dernière.

L’ex-homme d’affaires millionnaire Ramaphosa a promis que les opérations d’expropriation de terres ne seraient pas un exercice de «destruction» et a promis de traiter la question correctement, ajoutant que les gens «doivent voir ce processus comme une opportunité».

«Personne ne dit que la terre doit être enlevée à notre peuple», a-t-il déclaré. «C’est plutôt de cette façon que nous pouvons nous assurer que notre peuple a un accès équitable à la terre et la sécurité d’occupation. Nous devons considérer ce processus de redistribution accélérée des terres comme une opportunité et non comme une menace», a-t-il ajouté lors d’un discours devant le parlement mardi.

Un geste aussi radical ne nuirait pas à l’agriculture ou à l’économie du pays, a promis le président sud-africain.

« Nous allons le gérer avec responsabilité. Nous le ferons d’une manière qui ne nuira pas à notre économie, qui ne nuira pas à la production agricole », a-t-il déclaré.

Plus de deux décennies après la fin de l’apartheid dans les années 1990, le parti au pouvoir African National Congress (ANC) est sous pression pour s’attaquer aux disparités raciales dans la propriété foncière en Afrique du Sud. Le pays abrite plus de 50 millions de personnes, les blancs détenant la plus grande partie de la terre.

Selon une étude récente, les Sud-Africains noirs représentent 79% de la population, mais ne possèdent directement que 1,2% des terres rurales du pays. Pendant ce temps, les Sud-Africains blancs, qui constituent 9% de la population du pays, possèdent directement 23,6% de ses terres rurales et 11,4% des terres dans les villes, selon le rapport d’audit foncier.

Un programme similaire de redistribution des terres a été mené par le président zimbabwéen de l’époque, Robert Mugabe, à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Des milliers de fermiers blancs ont été chassés de leurs terres.

Cependant, la production alimentaire a chuté sans la contribution des agriculteurs expérimentés, et l’économie du Zimbabwe a souffert massivement. En 2010, le Guardian a rapporté que Mugabe a utilisé la réforme agraire pour récompenser ses alliés plutôt que les Zimbabwéens noirs ordinaires. En 2016, Mugabe a signé un décret stipulant que les sociétés étrangères feraient face à la fermeture à moins qu’elles ne vendent ou n’abandonnent 51% de leurs actions.

Parlant de la redistribution des terres dans son pays, Ramaphosa a déclaré que « dans le traitement de cette question complexe » l’Afrique du Sud ne « ferait pas les erreurs que d’autres ont faites ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :