A la Une

Un analyste explique pourquoi la Turquie «peut se retirer tranquillement de l’OTAN» après le discours de Poutine

© AP Photo/ Alik Keplicz

Commentant que le président russe Vladimir Poutine a annoncé récemment que Moscou était prêt à défendre ses partenaires, dont Ankara, l’expert militaire turc Beyazit Karatas a déclaré à Sputnik que ces déclarations indiquaient qu’Ankara n’avait pas besoin des systèmes de dissuasion de l’OTAN.

Le général Beyazit Karatas, général retraité de l’armée de l’air turque, a déclaré que les dernières déclarations de hauts responsables russes montrent qu’Ankara ne devrait pas compter sur l’OTAN pour assurer la sécurité nationale.

« Moscou souligne que la Turquie peut se retirer avec calme de l’OTAN, et après cela, Ankara aura des garanties qu’elle ne fera face à aucune menace pour assurer sa propre sécurité », a souligné Karatas.

Karatas a rappelé ce qu’il avait déjà dit sur la probabilité d’une situation dans laquelle les Etats-Unis d’Amérique pourraient ajouter que la Turquie deviendrait une cible nucléaire.

LIRE PLUS: Qu’est-ce qui se cache derrière la décision de l’OTAN d’accepter l’achat des S-400 russe par la Turquie?

«En disant cela, je voulais dire que si un pays de l’OTAN, principalement l’Amérique, lance une attaque nucléaire sur un pays tiers à partir du territoire turc, cela pourrait faire de la Turquie une cible nucléaire. Toutefois, les déclarations récentes de la Russie ont offert à la Turquie un système de protection qui est une alternative à la dissuasion nucléaire de l’OTAN et, d’autre part, les déclarations ont envoyé un certain message à l’OTAN et aux Etats-Unis d’Amérique via la Turquie», a-t-il ajouté.

Karatas a souligné que « les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas une superpuissance en termes de ressources dans le domaine des armes conventionnelles, et ils s’en rendent compte eux-mêmes ».

« Les Etats-Unis d’Amérique sont obligés de créer des coalitions pour mener des interventions militaires en Afghanistan, en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde, nous parlons de l’Amérique, qui a créé une alliance avec 70 forces différentes. Cela fait partie de la preuve principale que les Etats-Unis d’Amérique ne sont plus une superpuissance mondiale », a-t-il noté.

Il a rappelé que les déclarations de Poutine sur les armes sophistiquées de la Russie sont venues après les déclarations du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump sur l’intention de Washington de développer des armes nucléaires tactiques des USA.

LIRE PLUS: La Russie et la Turquie signent un accord portant sur les fournitures d’hélicoptères russes Ka-32

« Cela peut être vu comme une tentative de compenser la faiblesse des Etats-Unis d’Amérique dans le domaine de l’armement conventionnel en renforçant leurs capacités nucléaires », et les déclarations de Poutine peuvent être considérées comme une réponse à la rhétorique des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré Karatas.

Message à la Turquie’

Il a été repris par l’analyste politique turc Ozdemir Akbal, qui a déclaré que « les paroles du président russe reflètent son désir de former une nouvelle union ».

Selon Akbal, l’un des objectifs était «d’envoyer un certain message à la Turquie, qui traverse des problèmes dans ses relations avec ses alliés sur le problème syrien».

« En faisant des déclarations sur le développement des nouvelles armes nucléaires russes, Poutine, d’une part, a souligné le statut de la Russie en tant qu’acteur mondial, réalisé après le début de l’opération en Syrie en 2015, et d’autre part – il a exprimé une intention de créer de nouvelles relations alliées », a noté Akbal.

Il a rappelé que malgré une série de problèmes dans les relations, la Turquie reste un membre de l’OTAN, ce qui empêche Ankara de se joindre à d’autres alliances.

« Si la structure de ce système n’est pas affectée par une crise qui changerait fondamentalement l’équilibre des forces (comme la Seconde Guerre mondiale l’a fait en son temps), il sera très difficile pour la Turquie de prendre des mesures visant à modifier la structure alliée existante », a conclu M. Akbal.

Plus tôt cette semaine, Alexander Sherin, premier vice-président de la Commission de la défense, a déclaré que les pays de l’OTSC, la Syrie, l’Iran, la Corée du Nord, la Chine et la Turquie demeuraient les partenaires de la Russie et que Moscou sera prêt à « se lever » pour eux en cas d’attaque nucléaire éventuelle.

La déclaration a été suivie par le discours du président Vladimir Poutine sur l’état de la nation à l’Assemblée fédérale du pays,  dans lequel il a spécifiquement présenté les armes russes les plus avancées, y compris le missile balistique Sarmat, le système de missile hypersonique haute précision Kinzhal et le système de missile hypersonique stratégique Avangard.

Les idées et opinions exprimées par Beyazit Karatas et Ozdemir Akbal sont celles des locuteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Sputnik.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Un analyste explique pourquoi la Turquie «peut se retirer tranquillement de l’OTAN» après le discours de Poutine - AncienProfesseur
  2. Un analyste explique pourquoi la Turquie «peut se retirer tranquillement de l’OTAN» après le discours de Poutine | Réseau International

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :