A la Une

Le PDG de Kobe Steel démissionne à cause d’un scandale de fausses données, les délits de contrôle de la qualité salissent les réputations des fabricants japonais

Le PDG de Kobe Steel Hiroya Kawasaki (C) s’incline lors d’une conférence de presse tenue à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Ping)

TOKYO, 6 mars (XINHUA) – Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données de l’entreprise.

Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie.

Lors d’une réunion du conseil tenue lundi, les démissions du PDG Hiroya Kawasaki, 63 ans, ainsi que Akira Kaneko, également 63 ans, vice-président exécutif et responsable des activités aluminium et cuivre, ont été provisoirement approuvées.

L’aciériste assiégé devrait choisir ses nouveaux dirigeants dès le mois prochain, ont indiqué mardi des sources de l’entreprise.

Le cabinet a également publié mardi son rapport final sur les délits de fabrication de données. Le rapport est le résultat d’une longue enquête interne menée par un comité composé d’avocats.

L’aciériste touché par le scandale, le troisième plus grand du Japon, a déclaré en octobre dernier qu’il avait trouvé des cas d’irrégularités concernant les données d’inspection qui ne respectaient pas les normes d’inspection de l’industrie.

Les résultats d’une enquête interne ont d’abord révélé que les produits vendus dont les données d’inspection avaient été fabriquées étaient expédiés à des centaines d’entreprises.

Les autorités japonaises ont ensuite révoqué la certification de certains produits en cuivre d’une filiale de Kobe Steel et le gouvernement japonais a indiqué qu’il avait chargé des organismes agréés par les normes industrielles d’effectuer des inspections dans les usines de Kobe Steel Ltd. dans le but de faire face au vaste scandale des données d’inspection falsifiées de la société.

Kobe Steel Ltd. avait initialement admis avoir falsifié des données d’inspection sur un certain nombre de ses produits, y compris l’aluminium, le cuivre, la poudre d’acier et les produits en acier spécial.

Il est apparu que les propres enquêtes du sidérurgiste assiégé avaient, en outre, révélé des dissimulations et plus d’incidents de falsification de données par la suite.

Des entreprises allant des constructeurs automobiles et des fabricants d’avions, aux équipements de défense et aux fabricants de trains à grande vitesse Shinkansen, ont été touchés par le scandale.

Kobe Steel a déclaré que ses produits, avec des données falsifiées sur leur solidité et leur durabilité, avaient été vendus à environ 200 entreprises dans le monde. Depuis lors, le nombre de sociétés touchées a augmenté de façon exponentielle à mesure que les détails du scandale se sont déroulés.

Les enquêtes ont d’abord révélé que Kobe Steel avait sciemment expédié au moins 20 000 tonnes de produits en aluminium et en cuivre avec des données d’inspection fabriquées. Les produits ont été envoyés à environ 200 entreprises.

L’entreprise en proie au scandale a également admis qu’une enquête interne avait révélé que 140 tonnes de poudre de fer expédiées au cours de l’exercice 2016 ne répondaient pas aux spécifications du client.

Il a également déclaré que l’une de ses filiales, Kobelco Research Institute, avait falsifié des données relatives à la méthode de production d’écrans à cristaux liquides, de DVD et d’autres équipements électroniques.

Au Japon, les principaux opérateurs ferroviaires Central Japan Railway et West Japan Railway ont déclaré que leurs trains à balles Shinkansen contenaient des pièces en aluminium provenant de Kobe Steel qui ne répondaient pas aux normes de l’industrie.

Au-delà des constructeurs automobiles et des trains, Kobe Steel a également été impliquée dans la fabrication de données pour les produits liés à l’aérospatiale et à la défense.

Le scandale a également touché des sociétés étrangères telles que General Motors, Ford Motor, Airbus et Boeing Co., notamment Toyota Motor Corp., Nissan Motor Co., Honda Motor Co. et les principaux opérateurs ferroviaires japonais.

Ces sociétés ont entrepris des enquêtes pour voir si leurs produits ont été affectés par les pratiques erronées de Kobe Steel en matière de données.

Sur cette base, le ministère de la Justice des Etats-Unis d’Amérique a ordonné à Kobe Steel de remettre les documents pertinents au scandale de falsification des données.

Kobe Steel a été fondée en 1905 et a été un bastion du secteur manufacturier japonais.

Les révélations du scandale de la fabrication de données ont toutefois remis en question la gouvernance d’entreprise dans l’industrie manufacturière et au-delà, et dénigrent la réputation du Japon en matière de fabrication de précision.

L’année dernière a vu une série de scandales liés aux fabricants japonais, y compris les filiales de Mitsubishi Materials Corp., qui ont falsifié les données de qualité pour les produits utilisés dans de multiples industries, y compris dans les équipements utilisés par les Forces d’autodéfense japonaises (SDF), ce qui a aggravé les préoccupations croissantes concernant le contrôle de la qualité dans le secteur manufacturier ici.

Des contrôles de sécurité non certifiés ont également été effectués régulièrement par les constructeurs automobiles Nissan Motor Co. et Subaru Corp., qui ont conduit à des rappels importants.

La semaine dernière, Subaru a nommé un nouveau président dans le but de nettoyer son image à la suite d’un scandale d’inspection de véhicules neufs.

Kawasaki est devenu PDG de Kobe Steel en 2013 et était connu pour restructurer ses protocoles de production et ajouter de nouvelles sources de revenus à l’entreprise en améliorant la capacité de certaines de ses activités mineures mais rentables.

Kaneko, pour sa part, était en charge de la division aluminium et cuivre à partir de 2014. Il est devenu vice-président exécutif du cabinet en 2015.

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, réagit lors d’une conférence de presse à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Caoran)

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, réagit lors d’une conférence de presse à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Ping)

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, s’exprime lors d’une conférence de presse tenue à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Ping)

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, s’exprime lors d’une conférence de presse tenue à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Ping)

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, s’incline lors d’une conférence de presse tenue à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Caoran)

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, réagit lors d’une conférence de presse à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Caoran)

Le PDG de Kobe Steel, Hiroya Kawasaki, réagit lors d’une conférence de presse à Tokyo, au Japon, le 6 mars 2018. Kobe Steel Ltd. a annoncé mardi que son PDG démissionnerait pour rendre compte de la série de scandales de fabrication de données. Les scandales ont eu un impact considérable sur les industries nationales et internationales et ont entaché la réputation des fabricants japonais au milieu d’une série d’autres scandales de contrôle de la qualité, ont affirmé les initiés de l’industrie. (Xinhua / Ma Ping)

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: XINHUANET

1 Comment on Le PDG de Kobe Steel démissionne à cause d’un scandale de fausses données, les délits de contrôle de la qualité salissent les réputations des fabricants japonais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :