A la Une

La Malaisie, le Congo et le Tchad veulent rejoindre l’OPEP

Gabriel Mbaga Obiang Lima, le ministre de l’Energie du nouveau membre du cartel, la Guinée équatoriale, a déclaré mercredi au quotidien Sputnik, en marge de la conférence CERAWeek à Houston, que le Tchad, le Congo et la Malaisie se joindraient à l’OPEP.

En Afrique, des pays comme le Tchad et le Congo sont intéressés à rejoindre l’OPEP, même s’ils ne sont pas exportateurs de pétrole à l’heure actuelle, a indiqué M. Obiang, notant que de nouveaux membres pourraient amener la communauté internationale à «voir l’OPEP avec un nouveau visage».

« Les pays asiatiques – certains d’entre eux sont l’Indonésie, qui ont d’abord quitté l’OPEP pour être des observateurs et maintenant ils veulent revenir et ensuite d’autres comme la Malaisie. Les pays ont déjà envoyé une lettre, nous évaluons « , a déclaré Sputnik citant le ministre équato-guinéen.

L’Indonésie a soupçonné son adhésion à l’OPEP en décembre 2016, moins d’un an après son retour à l’organisation, parce qu’elle ne pouvait pas s’entendre sur les réductions de production que le cartel et ses partenaires non-OPEP discutaient.

En décembre dernier, le vice-ministre indonésien de l’énergie, Arcandra Tahar, a déclaré que son pays maintiendrait son adhésion à l’OPEP gelée.

Se référant à la proposition du Venezuela d’étendre la fonction de surveillance du marché de l’OPEP / non-OPEP pour cinq autres années, M. Obiang a déclaré à Sputnik qu’une telle proposition permettrait aux pays producteurs de pétrole de mieux planifier et de réduire la volatilité et les risques.

« C’est une idée, une étude qui a été bien prise par l’OPEP, ce n’est pas quelque chose sur laquelle nous sommes tous tombés d’accord, mais en général, elle a une réaction très acceptable », a déclaré M. Obiang cité par Sputnik.

La Guinée équatoriale est devenue membre de l’OPEP en mai 2017 et, en plus d’être le nouveau membre, c’est aussi la plus petite nation productrice qui fait partie du cartel. En janvier 2018, la Guinée équatoriale a pompé 134 000 b/j de pétrole brut, soit le plus petit nombre parmi les 14 membres de l’OPEP, selon les sources secondaires de l’OPEP. La Guinée équatoriale cherche également à relever sa production pétrolière à moyen terme pour endiguer le déclin de certains champs pétroliers, a déclaré Obiang lors d’une interview en octobre dernier.

Tsvetana Paraskova

Traduction : MIRASTNEWS

Source: OIL PRICE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :