A la Une

« Pourquoi voudrions-nous un monde sans la Russie? » Poutine dit que Moscou ne commencera pas l’holocauste nucléaire

Le président russe Vladimir Poutine © Grigoriy Sisoev / Sputnik

Vladimir Poutine a réitéré que la Russie ne frappera pas d’abord avec des armes nucléaires. L’arsenal nucléaire de Moscou n’est pas destiné à être utilisé, car l’alternative est une catastrophe mondiale qui détruirait aussi la Russie.

« Une décision sur l’utilisation des armes nucléaires ne peut être prise que si notre système d’alerte d’attaque de missiles balistiques non seulement détecte un lancement, mais prédit également que les ogives frapperaient le territoire russe. C’est ce qu’on appelle une frappe de représailles », a-t-il déclaré dans une interview. « Si quelqu’un décide de détruire la Russie, nous sommes justifiés dans une telle réponse. »

La dernière édition de la doctrine nucléaire de la Russie permet l’utilisation d’armes nucléaires en réponse à une attaque nucléaire contre la Russie ou ses alliés, ou une attaque conventionnelle qui menace l’existence de la Russie. Poutine affirme que l’existence du pays est d’une importance primordiale pour lui.

« Certainement ce serait un désastre global pour l’humanité; un désastre pour le monde entier. Mais en tant que citoyen de la Russie et chef de l’Etat russe, je dois me demander: pourquoi voudrions-nous un monde sans la Russie? », a-t-il expliqué.

Les remarques font partie d’un nouveau documentaire produit par le journaliste Vladimir Soloviev, basé sur plusieurs entretiens exclusifs avec le président russe. Le film explore comment le gouvernement russe voit la place de la nation dans le monde aujourd’hui.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: RT

« Les Etats-Unis d’Amérique encerclent la Russie avec 400 missiles anti-balistiques » – le vice-ministre russe de la Défense

PHOTO DE FICHIER: Système de lancement de missiles Patriot Advanced Capability-3 (PAC-3) © Toru Hanai / Reuters

Alors que l’Occident accuse Moscou d’une nouvelle course aux armements, les Etats-Unis d’Amérique se faufilent aux frontières de la Russie. Un responsable de la défense russe a déclaré que quelque 400 missiles anti-balistiques apparaîtraient à la porte du pays dans le cadre de la construction militaire des USA.

« Un effort à grande échelle est en cours pour encercler la Russie avec un bouclier antimissile. Les sites de défense antimissile ont déjà été installés sur le sol états-unien d’Amérique en Californie et en Alaska », a déclaré vendredi Alexander Fomin, vice-ministre russe de la Défense, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Russia 24. En fait, Washington étend depuis longtemps son bouclier antimissile en Europe. En 2016, un site de défense balistique de 800 millions de dollars a été mis en service en Roumanie.

L’année dernière, les États-Unis d’Amérique ont déployé pour la première fois les missiles antiaériens à longue portée Patriot dans les pays baltes pour les utiliser dans des jeux de guerre (wargames) de grande envergure de l’OTAN en Lituanie.

En juillet, le vice-président des USA Mike Pence a indiqué que les États-Unis d’Amérique envisageaient de déployer les systèmes Patriot en Estonie. La Pologne a récemment conclu un accord d’armement de 10,5 milliards de dollars avec Washington pour l’achat de 208 missiles Patriot PAC-3 en plus de 16 lanceurs et de quatre radars.

« Des sites de défense antimissile au Japon et en Corée du Sud rejoindront ce cercle [contre la Russie] », a déclaré Fomin, notant que « globalement, quelque 400 missiles anti-balistiques seront déployés, diminuant considérablement le potentiel de dissuasion nucléaire de la Russie ».

Tokyo a récemment approuvé le déploiement des systèmes Lockheed Martin Aegis Ashore sur son territoire afin de se défendre contre d’éventuelles «attaques surprises», tandis que Séoul a déjà installé le système de défense de zone haute altitude (THAAD) des États-Unis d’Amérique.

Parlant de la mobilité des troupes des Etats-Unis d’Amérique, Fomin a déclaré qu’ils avaient déjà été déployés à l’étranger et qu’ils avaient déjà créé « une réserve logistique suffisante pour un déploiement très rapide d’un groupe supplémentaire de 300 000 hommes supplémentaires ».

Moscou a demandé à plusieurs reprises à Washington de discuter de leurs préoccupations mutuelles, mais a été confrontée à un manque d’intérêt de la part de ses homologues des USA. Mais la Russie « a invité les Etats-Unis d’Amérique à lancer un dialogue politique pendant toutes ces années, mais les propositions ont été ignorées. »

Le vice-ministre a fait écho aux déclarations du président russe Vladimir Poutine, qui a attiré l’attention sur la défense antimissile des Etats-Unis d’Amérique qui s’approchait des territoires russes tout en dévoilant un nouvel arsenal nucléaire russe, dont l’hypersonique Sarmat ICBM.

Poutine a noté que la marine des Etats-Unis d’Amérique a cinq croiseurs et 30 destroyers déployés « dans le voisinage immédiat du territoire de la Russie » dans le cadre de ses défenses anti-missiles tentaculaire.

Répondant à l’intervention de Poutine, que les médias des Etats-Unis d’Amérique ont qualifié de claquement de sabre, le Pentagone et la Maison Blanche se sont vantés de l’accumulation nucléaire des États-Unis d’Amérique et des dépenses de défense inégalées.

Poutine a démenti les accusations d’avoir déclenché une course aux armements, affirmant que l’un d’entre eux avait effectivement été initié avec les Etats-Unis d’Amérique qui s’étaient retirés du traité antimissile balistique de 1972 (Traité ABM) en 2002.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: RT

Le seul scénario dans lequel la Russie recourrait aux armes nucléaires

© Sputnik. Alexander Vilf

Le Président russe espère que les armes nucléaires ne seront plus jamais utilisées dans le monde, et les cas de leur utilisation par la Russie ne concernent que la contre-attaque.

Vladimir Poutine a annoncé dans une interview accordée au présentateur russe Vladimir Soloviev dans la cadre du documentaire «Ordre mondial 2018», que la décision d’utiliser des armes nucléaires par la Russie ne pourrait être prise que lors de représailles.

«La décision d’utiliser des armes nucléaires ne peut être prise que dans le cas où nos systèmes d’alerte enregistrent non seulement le lancement de missiles, mais prévoient aussi précisément les trajectoires de vol et l’heure d’impact des ogives sur le territoire russe. C’est ce que l’on appelle une contre-attaque réciproque, quand nous avons le droit légitime de riposter», a indiqué le Président russe.

«Oui, ce sera une catastrophe globale pour l’humanité, ce sera une catastrophe globale pour le monde, mais en tant que citoyen russe, comme chef de l’État russe, je veux me poser cette question: pourquoi a-t-on besoin d’un monde sans la Russie?»

Vladimir Poutine a également rappelé que la Russie n’était pas l’unique pays possédant des armes nucléaires. Outre les États-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie, le Président russe a également mentionné l’Inde, Israël et le Pakistan comme puissances nucléaires non-reconnues.

«Si ces pays ont des armes nucléaires, pourquoi la Russie ne devrait-elle pas en posséder?! », a poursuivi M. Poutine en posant cette question rhétorique.

Source : Sputnik News – France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :