A la Une

La Syrie retrouve un laboratoire d’armes chimiques dans la Ghouta orientale et libère au moins 60% des territoires occupés

Illustration : des employés médicaux syriens s’entraînent à réagir à une attaque chimique/© Murad Sezer Source: Reuters

Damas annonce avoir retrouvé un laboratoire d’armes chimiques dans la Ghouta

Un laboratoire clandestin de fabrication d’armes chimiques a été retrouvé dans une zone de la Ghouta libérée des groupes djihadistes par l’armée syrienne. Damas soupçonne les rebelles de vouloir mener des attaques chimiques pour l’en accuser.

L’armée syrienne a retrouvé un atelier clandestin destiné à produire des munitions chimiques en patrouillant dans le village d’Aftris, dans la Ghouta, d’où des groupes rebelles djihadistes ont été récemment chassés.

Le colonel Feruz Ibrahim a expliqué : «Vraisemblablement, les matériaux de ces munitions pourraient avoir été produits dans le cadre d’une accusation sous faux drapeau [selon laquelle] les troupes du gouvernement [syrien] auraient utilisé des armes chimiques.»

La diplomatie syrienne a déjà fait part de ses soupçons quant aux djihadistes de la Ghouta, les accusant de planifier une attaque chimique pour accuser le gouvernement syrien. Faisal Mekdad, vice-ministre des Affaires étrangères, avait souligné que Damas était disposé à coopérer dans le cadre d’une enquête sur les attaques chimiques présumées en Syrie et déplorait que les organisations internationales aient décliné la proposition. Les Occidentaux ont à plusieurs reprises accusé le gouvernement syrien d’avoir mené de telles attaques contre sa population, sans fournir de preuve de telles allégations.

A la tête d’une opération contre les groupes terroristes en Syrie, en coopération avec le gouvernement de ce pays, Moscou avait lui aussi informé avoir reçu des informations via le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, faisant état de projets d’attaques chimiques des rebelles dans la Ghouta dans le but de faire porter le chapeau à Damas.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) avait pour sa part supervisé, il y a plusieurs années, la destruction par le gouvernement syrien de son arsenal chimique.

En difficulté dans la Ghouta, Jaych al-Islam scelle un accord avec la Russie

Alors que l’armée syrienne poursuit son offensive contre les groupes djihadistes dans la Ghouta orientale, les islamistes de Jaych al-Islam, qui occupent le nord de l’enclave, ont annoncé le 12 mars avoir conclu un accord avec la Russie, avec l’implication des Nations Unies, afin de permettre l’évacuation rapide des blessés via le couloir humanitaire.

Néanmoins, la situation humanitaire demeure précaire. Les différents groupes de combattants anti-Damas continuent ainsi d’empêcher les civils de rejoindre les territoires contrôlés par les autorités syriennes.

Le 8 mars, le ministère russe de la Défense et le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie ont rapporté qu’un convoi de civils de 300 familles avaient été pris pour cible par les groupes rebelles armés.

Source: RT France

En savoir plus: GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L’ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS

L’armée syrienne contrôle 60% de la Ghouta orientale

Les forces gouvernementales syriennes contrôlent 60% des zones contrôlées par les rebelles dans la campagne de la Ghouta orientale de la capitale Damas après 13 jours de combats, a rapporté lundi un groupe de surveillance.

Cela se produit alors que des combats intenses font rage depuis minuit entre les rebelles et les forces gouvernementales, principalement près de la ville de Harasta et de la région d’Arbeen dans la Ghouta orientale, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Il a ajouté que les forces syriennes avec le soutien des Russes ont réussi à isoler complètement Harasta dans la partie ouest de la Ghouta orientale.

Les forces gouvernementales ont également isolé le principal bastion rebelle dans le district de Douma, où l’armée de l’Islam, le principal groupe rebelle de la Ghouta orientale, est positionnée.

La situation dans la Ghouta orientale a explosé depuis la fin du mois dernier à la suite d’une opération militaire à grande échelle dans cette région. L’armée syrienne s’y est battue pour déloger les groupes liés à al-Qaïda de cette région.

Un jour plus tôt, l’armée syrienne divisait la Ghouta orientale en trois parties après avoir avancé dans les batailles, resserrant le siège de Douma au nord, de la ville de Harasta à l’ouest et d’autres villes et villages au sud de la Ghouta orientale.

La Ghouta orientale, une région agricole de 105 km² composée de plusieurs villes et terres agricoles, constitue la dernière menace pour la capitale en raison de sa proximité des quartiers contrôlés par le gouvernement à l’est de Damas et des attaques au mortier qui ciblent les zones résidentielles de la capitale, en poussant les gens sur le bord.

Quatre principaux groupes rebelles sont actuellement placés à l’intérieur de la Ghouta orientale, à savoir l’armée islamique, Failaq al-Rahman, Ahrar al-Sham et le Comité de libération du Levant, connu sous le nom de Front al-Qaïda.

Les agences humanitaires des Nations Unies ont alarmé la situation humanitaire qui s’aggrave pour 400 000 personnes dans cette région, où les activistes ont déclaré que plus de 1 000 personnes ont été tuées depuis le mois dernier par les bombardements et les affrontements militaires dans la Ghouta orientale.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: XINHUANET

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :