A la Une

Les pays africains signent un accord établissant une zone de libre-échange continentale

La photo prise le 21 mars 2018 montre une vue de la 10ème session extraordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine (UA) sur la zone de libre-échange continentale africaine (ALE) à Kigali, au Rwanda. Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (ALECC) à Kigali. (Xinhua / Gabriel Dusabe)

KIGALI, 21 mars – Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (ZLE, ALE) à Kigali, capitale du Rwanda.

La signature a eu lieu lors de la 10ème Session Extraordinaire de l’Assemblée de l’Union Africaine (UA) sur l’AfCFTA. Selon l’UA, 19 chefs d’Etat et de gouvernement africains ont participé au sommet.

Les instruments juridiques signés ont été remis au Président de la Commission de l’UA Moussa Faki Mahamat après la signature.

Les pays signataires de l’ALEAC incluent le Niger, le Rwanda, le Tchad, l’Angola, le Kenya et l’Éthiopie, entre autres.

L’accord sera soumis à la ratification des États parties à l’accord conformément à leurs lois nationales.

Lors de la séance d’ouverture précédant la cérémonie de signature, le Président de la Commission de l’UA a qualifié la journée de « journée historique », qui marque une nouvelle étape dans la marche de l’Afrique vers une plus grande intégration et une unité plus étroite.

« Au-delà des débats sur ce que certains pays pourraient gagner ou perdre à court terme, la vérité, statistiquement établie, est que chacun de nos Etats membres et le continent dans son ensemble bénéficieront immensément de l’établissement de la zone de libre-échange ». a-t-il dit.

L’AfCFTA est l’aboutissement d’une vision énoncée il y a près de 40 ans dans le Plan d’action de Lagos, adoptée par les chefs d’État et de gouvernement africains en 1980, a déclaré le président de l’UA et président rwandais, Paul Kagame.

La promesse du libre-échange et de la libre circulation est la prospérité pour tous les Africains, parce que l’Afrique donne la priorité à la production de biens et de services à valeur ajoutée «Made in Africa», a déclaré Kagame.

Les avantages que l’Afrique gagne en créant un marché africain profiteront également à nos partenaires commerciaux dans le monde entier, a déclaré M. Kagame.

L’Afrique sera également mieux à même de tirer parti de sa force et son unité croissantes pour garantir les intérêts légitimes de l’Afrique sur la scène internationale, a déclaré le président.

« Ce n’est pas seulement une cérémonie de signature, les délibérations d’aujourd’hui sont d’une importance cruciale car nous tracerons les prochaines étapes de notre voyage vers l’Afrique que nous voulons », a-t-il ajouté.

La décision de former l’AfCFTA a été adoptée en janvier 2012 lors de la 18ème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA, tandis que les négociations de l’AfCFTA ont été lancées par l’UA en 2015.

L’AfCFTA vise à créer un marché continental unique pour les biens et services avec la libre circulation des entreprises et des investissements. Ceci, selon l’UA, ouvrira la voie à l’accélération de la mise en place de l’Union douanière continentale et de l’Union douanière africaine.

L’AfCFTA fera de l’Afrique la plus grande zone de libre-échange créée en termes de nombre de pays participants depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce, selon l’UA. L’AfCFTA pourrait créer un marché africain de plus de 1,2 milliard de personnes avec un PIB de 2 500 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique, a déclaré le bloc panafricain.

L’AfCFTA éliminera progressivement les droits de douane sur le commerce intra-africain, ce qui facilitera le commerce des entreprises africaines sur le continent et permettra de profiter du marché africain en pleine croissance, a déclaré l’UA.

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique estime que l’AfCFTA a le potentiel de stimuler le commerce intra-africain de 53,2% en éliminant les droits d’importation et de doubler ce commerce si les barrières non tarifaires sont également réduites.

Parallèlement à la signature de l’accord sur l’AfCFTA, 27 pays africains ont également signé mercredi le Protocole au Traité instituant la Communauté économique africaine relatif à la libre circulation des personnes, au droit de résidence et au droit d’établissement.

Le président de l’Union africaine (UA) et président rwandais Paul Kagame (R) signe un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (ALE) à Kigali, au Rwanda, le 21 mars 2018. Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi un accord la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) à Kigali. (Xinhua / Stringer)

Le Président de l’Union africaine (UA) et Président rwandais Paul Kagame (1er R) fait des remarques lors de la 10ème Session extraordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine (UA) sur la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) à Kigali, Rwanda, mars 21, 2018. Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi un accord portant création de la zone de libre-échange continentale africaine (ALECC) à Kigali. (Xinhua / Gabriel Dusabe)

Le président nigérien Mahamadou Issoufou (CR) signe un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (ALE) à Kigali, au Rwanda, le 21 mars 2018. Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi un accord établissant la zone continentale africaine de libre-échange (AfCFTA) ) à Kigali. (Xinhua / Gabriel Dusabe)

Moussa Faki Mahamat (C), président de la Commission de l’Union africaine (UA), salue les participants avec des instruments juridiques signés, y compris un accord établissant la Zone de libre-échange continentale africaine (ALE) à Kigali au Rwanda le 21 mars 2018. Quarante-quatre pays africains Mercredi a signé un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) à Kigali. (Xinhua / Gabriel Dusabe)

Le président de l’Union africaine (UA) et président rwandais Paul Kagame (CR) signe un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (ALE) à Kigali, au Rwanda, le 21 mars 2018. Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) à Kigali. (Xinhua / Gabriel Dusabe)

Le Président de l’Union Africaine (UA) et Président Rwandais Paul Kagame (R) fait des remarques lors de la 10ème Session Extraordinaire de l’Assemblée de l’Union Africaine sur la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ALE) à Kigali, Rwanda, le 21 mars 2018. Quarante-quatre pays africains ont signé mercredi un accord établissant la zone de libre-échange continentale africaine (ALECC) à Kigali. (Xinhua / Gabriel Dusabe)

Traduction: MIRASTNEWS

Source: XINHUA

Pourquoi les Africains devraient être au courant des deux sessions de la Chine

Dr Mwangi Wachira / Fichier photo

Les deux sessions de la Chine en 2018 présentaient de nombreux aspects dignes de réflexion pour un Africain. Parmi ceux-ci figurent la Pensée sur le socialisme avec les caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère, le développement écologique comme responsabilité constitutionnelle et la lutte permanente contre la corruption.

La liste des réalisations de la Chine au cours des cinq dernières années est impressionnante. De toute évidence, ces réalisations appartiennent à des personnes qui ont travaillé dur, et ils ont atteint leur succès en raison de l’atmosphère positive renforcée sous la direction du président Xi Jinping. Par exemple, rien dans le monde contemporain ne montre une vision plus grande que l’initiative Belt and Road. Il est vrai que l’initiative projette la Chine vers le reste du monde, mais le monde se projette tout de suite. À la suite de l’initiative, la Chine sera changée par le monde autant qu’elle changera le monde.

Un projet phare de l’Initiative de ceinture et de route Mombasa-Nairobi Standard Gauge Railway a amélioré les transports au Kenya. (Photo: Quotidien du Peuple / Li Zhiwei)

Les politiques de la politique et environnementales poussent la Chine vers le haut

Il est clair que la Chine n’est pas à court de penseurs, par exemple, la «Pensée sur le socialisme avec des caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère» se distingue précisément parce qu’elle représente la plupart des Chinois sur la position de la Chine dans le monde.

L’élevation de la « Pensée sur le socialisme avec les caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère » résonne avec les aspirations du peuple chinois. Ils parlent aux aspirations des gens d’une manière simple, directe et précise.

L’élévation de la «pensée sur le socialisme avec des caractéristiques chinoises» et «les Perspectives scientifiques sur le développement dans la Constitution» montre au monde que les pensées et les valeurs en Chine sont compatibles avec le socialisme et qu’elles peuvent conduire la Chine au développement.

L’idéologie attire l’attention de beaucoup d’Africains pour lesquels le développement inspiré par l’Occident a été préconisé comme la suppression des pensées, des institutions et des valeurs traditionnelles africaines. Le «socialisme aux caractéristiques chinoises» et les «perspectives scientifiques du développement» donnent aux Africains l’espoir qu’ils pourraient eux aussi atteindre le développement sans abandonner leurs caractéristiques chéries.

Le développement, en particulier l’industrialisation, est généralement contredit par la volonté de préserver un environnement vital. Cela peut devenir un développement de type suicide en ne prenant pas en compte l’environnement. Faire du développement écologique une responsabilité constitutionnelle est un défi majeur pour le développement industriel qui a un impact négatif sur l’environnement. La Chine redéfinit le développement, ce qui inspire les pays africains aux premiers stades de l’industrialisation à prendre conscience des activités qui détruisent l’environnement vital.

Photo de fichier

La position dure de la Chine sur la corruption

De nombreux dirigeants du monde entier qui ont regardé les deux sessions ont été impressionnés par l’ampleur et le succès significatif de la campagne anti-corruption pendant le premier mandat du président Xi Jinping. Beaucoup de dirigeants savent bien que la corruption mine leurs efforts pour améliorer les moyens de subsistance des citoyens.

Au lieu de ralentir, la lutte contre la corruption est en train d’être intensifiée.

Des unités anti-corruption élargies liées au bureau du procureur, ainsi que le PCC, sont créées au niveau des provinces, des villes et des comtés.

En faisant de la lutte contre la corruption une partie intégrante de la gouvernance au jour le jour, la lutte contre la corruption en Chine n’est plus une pratique temporaire menée par des commissions ad hoc de haut niveau. Habituellement, la corruption réapparaît après l’enquête et la punition.

De plus, l’enquête sur la corruption se concentre sur les fonctionnaires corrompus. Les approches de la Chine se concentrent à la fois sur la corruption et le greffeur.

Le message principal au monde est que le service sans corruption ne peut que bénéficier au citoyen moyen. Le citoyen moyen a le droit de ne pas s’attendre à la corruption.

Mwangi Wachira

L’auteur est un ancien économiste de la Banque mondiale, universitaire kenyan.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: en.people.cn

1 Trackback / Pingback

  1. Les pays africains signent un accord établissant une zone de libre-échange continentale | Boycott

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :