A la Une

La route chinoise de quatre décennies vers l’économie n° 1 mondiale

La Chine est le plus grand exportateur et fabricant mondial

Ses réalisations impressionnantes sont le fruit de la persévérance et des profondes mutations économiques et sociétales introduites depuis 1978.

Au cours de notre vie, la Chine est passée d’une économie agraire à une puissance numérique à la consommation mondiale, tirée par les acheteurs de smartphones et de portefeuilles.

Cette année marque le 40ème anniversaire de la réforme économique et de l’ouverture de la Chine. En décembre 1978, la politique de «porte ouverte» de la Chine a marqué un tournant dans sa gestion économique et sa trajectoire.

Au cours de la période, la gestion économique de la Chine est passée d’une planification strictement centralisée, orientée vers l’exportation et dirigée par l’État vers une gestion davantage axée sur le marché et orientée vers la consommation intérieure.

Le produit intérieur brut de la Chine a atteint un taux de croissance annuel moyen de 10% au cours des 40 dernières années, soit trois fois le taux observé aux Etats-Unis d’Amérique au cours de la même période.

Son PIB par habitant est passé de 156 dollars des USA en 1978 à 8 123 dollars des USA en 2016, ce qui a permis à plus de 800 millions de personnes de sortir de la pauvreté. En comparaison, le PIB par habitant des Etats-Unis d’Amérique était de 57 638 $ des USA en 2016, ce qui indique qu’il y a encore de la croissance en Chine.

Aujourd’hui, la Chine est la plus grande économie du monde en termes de parité de pouvoir d’achat. C’est le plus grand fabricant, exportateur et détenteur de réserves de change au monde. Et la Chine cherche activement à jouer un rôle de leader dans la mondialisation et dans la lutte contre le changement climatique.

Au cœur du techno-nationalisme chinois se trouve une liste de 200 licornes

Toutes ces réalisations impressionnantes sont dues à la persévérance et à des changements profonds dans l’économie et la société chinoise, de la décollectivisation de l’agriculture à l’expansion du commerce international et à l’accueil de l’investissement direct étranger.

Le gouvernement chinois s’est également engagé dans des réformes dans les domaines de la banque, des valeurs mobilières et de l’assurance. Il s’agit notamment de diversifier les structures des fonds propres des banques et de transformer les banques d’État en banques par actions. Les principales sociétés de valeurs mobilières ont été restructurées, tandis que les réformes dans le secteur de l’assurance ont également progressé.

Une autre phase clé de la réforme consiste à permettre une plus grande participation étrangère sur les marchés de capitaux chinois. Le compte de capital du pays devient de plus en plus ouvert de facto. La Chine possède maintenant le deuxième plus grand marché boursier au monde. A partir d’une capitalisation boursière totale de 513 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique en 2003, elle a augmenté 17 fois à 8 700 milliards de dollars des USA l’année dernière. Le marché des obligations domestiques du pays est maintenant le troisième en importance au monde.

Des progrès significatifs ont déjà été réalisés pour internationaliser le yuan. Il y a un peu plus d’une décennie, l’utilisation du yuan était largement confinée au continent. Aujourd’hui, plus de 10% du commerce de la Chine est réglé dans la monnaie.

Après avoir été principalement bénéficiaire de l’IDE pendant quatre décennies, la Chine est devenue un important pays d’origine des IDE, avec les investissements directs non financiers à l’étranger qui sont passés de moins de 1 milliard de dollars des USA en 2000 à 170 milliards de dollars des USA en 2016.

Les efforts de «réforme et d’ouverture» de la Chine lui ont également permis d’entrer dans une ère de nouvelle croissance économique, avec la consommation, l’innovation et l’énergie verte en tête.

Des changements sont déjà en cours. La demande intérieure a régulièrement augmenté, la consommation finale ayant contribué 58,8% de la croissance économique l’année dernière, soit près de quatre points de pourcentage de plus que cinq ans auparavant.

Bon départ, mais que réserve l’économie chinoise en 2018?

Le pays est également devenu la principale force mondiale dans le domaine de la technologie numérique et de l’innovation, grâce à l’émergence de sa classe moyenne et à une nouvelle génération de consommateurs branchés, dépensant librement, la nouvelle génération de consommateurs connectés numériquement.

La Chine a plus d’activité de commerce électronique que n’importe quel pays dans le monde. Elle représente 42% du commerce électronique mondial, un tiers des start-up technologiques les plus performantes au monde et réalise 11 fois plus de paiements mobiles que les Etats-Unis d’Amérique.

Il y a des défis à relever, y compris des soins de santé pour sa population vieillissante, ainsi que pour rendre son économie durable et verte.

Pourtant, la Chine est au centre de la croissance économique de l’Asie en augmentant la connectivité régionale grâce à son initiative «Belt and Road».

Cela contribuera à faire de l’Asie la force économique mondiale dominante, fournissant 52% du PIB mondial d’ici 2050. En conséquence, la Chine est en passe de dépasser les Etats-Unis d’Amérique en tant que premier marché et économie du monde.

 Peter Wong

Peter Wong est vice-président et directeur général de Hongkong et Shanghai Banking Corporation

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: South China Morning Post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :