A la Une

Moscou n’acceptera pas d’enquête dans l’affaire Skripal si les spécialistes russes ne participeront pas – envoyé à l’OIAC

Des sacs contenant des vêtements de protection sont vus après que des inspecteurs de l’OIAC aient quitté les lieux de l’empoisonnement de Sergei Skripal à Salisbury, en Grande-Bretagne, le 21 mars 2018. © Peter Nicholls / Reuters

Moscou préconise une enquête ouverte et transparente sur l’incident de Salisbury, a déclaré l’envoyé russe à l’OIAC. Si les experts russes ne peuvent y participer, tous les résultats de l’enquête seront rejetés, a-t-il averti.

« Notre position est claire. Nous préconisons une enquête complète, ouverte et impartiale. La Russie est prête et nos experts sont prêts à participer à ce travail », a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), Alexander Shulgin, au cours du programme « 60 minutes » du VGTRK.

Les experts de l’OIAC ont déjà prélevé des échantillons dans la ville britannique de Salisbury où l’ancien agent double Sergei Skripal et sa fille, Yulia, ont été trouvés dans un état critique le 4 mars. Les spécialistes russes ont été empêchés de participer aux travaux de l’OIAC, selon Shulgin.

« Les échantillons sont analysés dans deux laboratoires certifiés par l’OIAC. Les résultats seront connus à la fin de cette semaine ou au début de la semaine prochaine », a déclaré le responsable.

Moscou a exhorté l’OIAC à fournir des informations sur les conclusions des experts à Salisbury, mais l’appel a été rejeté. L’organisation a cité la réticence du Royaume-Uni à traiter avec Moscou comme une raison de le faire, a dit Shulgin.

« Nous avons demandé au secrétaire technique de l’OIAC s’ils seraient disposés à partager des informations sur le travail effectué par les experts en Angleterre. Le secrétaire technique a répondu que cela n’est possible qu’avec le consentement préalable des Britanniques « , a déclaré le fonctionnaire, ajoutant que les avocats russes ont jugé cette position invalide, et qu’une objection a été déposée auprès de l’OIAC.

Le mandat de l’OIAC se limite uniquement à l’établissement de la composition chimique des échantillons recueillis, les experts ne fourniront aucune conclusion sur l’incident de Skripal lui-même. Si les experts russes se voient refuser le droit de participer à l’enquête de l’OIAC, Moscou rejettera ses conclusions, malgré les résultats, a averti M. Shulgin.

De nombreux politiciens, y compris des politiciens occidentaux, comprennent la situation explosive autour de l’incident de Skripal, et Moscou insiste pour qu’une enquête impartiale et supervisée par l’OIAC soit menée, a souligné le responsable. « C’est pourquoi nous avons convoqué une session spéciale extraordinaire de l’organisation le 4 avril. Nous faisons encore une autre tentative pour sortir la situation de l’impasse, où les Britanniques l’ont menée », a déclaré Shulgin.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La guerre froide a eu quelques règles, maintenant le Royaume Uni et les USA ont laissé tomber toutes les convenances – Ministre russe des Affaires étrangères

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. © Maksim Blinov / Sputnik

Le principal diplomate russe a fustigé la rhétorique britannique et des Etats-Unis d’Amérique contre Moscou à propos de l’empoisonnement de l’ancien double agent Sergei Skripal, affirmant que c’est pire maintenant que pendant la guerre froide.

« On a beaucoup parlé de la situation qui est pire que lors de la « guerre froide » classique, parce que certaines règles et propriétés ont été suivies », a déclaré Sergueï Lavrov lundi.

Il a également accusé la Grande-Bretagne, les Etats-Unis d’Amérique et d’autres puissances occidentales de « laisser tomber toutes les convenances » et de répandre « des mensonges flagrants et la désinformation. »

L’empoisonnement de Skripal et de sa fille à Salisbury, au début du mois de mars, a provoqué le pire conflit diplomatique entre Londres et Moscou depuis des années. Les accusations britanniques d’utiliser un agent neurotoxique militaire contre l’ancien espion ont été plusieurs fois démenties par Moscou. Cependant, le jeu des accusations a déclenché une escalade des tensions entre la Russie et les autres puissances occidentales, y compris les États-Unis d’Amérique et un certain nombre d’États de l’UE, qui ont suivi les traces de la Grande-Bretagne en montrant les diplomates russes.

Lundi, Lavrov a réitéré que toutes ces allégations doivent être étayées par des faits. Quand un pays manque de faits, il commence à «s’en prendre à des diplomates» qui sont en réalité chargés de réparer les relations, a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Lavrov a également accusé le Royaume-Uni et les Etats-Unis d’Amérique de jouer aux « jeux pour enfants » au lieu de fournir des preuves. Moscou avait auparavant demandé une réunion du chien de garde des armes chimiques de l’ONU, l’OPWC, le 2 avril pour avoir « une conversation honnête » au sujet de l’affaire Skripal; mais a noté que la Grande-Bretagne semblait ne pas avoir intérêt à établir la vérité.

Traduction : MIRASTNEWS

Source: RT

LIRE AUSSI:

Donald Trump capitule en Syrie

© AP Photo/ Hammurabi’s Justice News

Alors que les relations entre la Russie et le tandem transatlantique formé par Londres et Washington se dégradent fortement à cause de l’ «affaire Skripal», le «consensus d’experts» entrevoit une confrontation longue et très ferme entre la Russie et les USA en Syrie.

Сertains experts pointent à juste titre un certain risque que les faucons de l’administration Trump insistent pour tenter malgré tout de renverser le Président syrien Bachar al-Assad avec l’armée américaine puisqu’il a été impossible de le faire par le biais de Daech. La situation médiatique donnait suffisamment de raisons de croire au scénario parfaitement plausible selon lequel l’ensemble des pays occidentaux préparait une nouvelle provocation liée à l’usage de l’arme chimique, cette fois dans la Ghouta orientale. Le mode opératoire était très simple et fiable: il s’agissait d’accuser l’armée syrienne d’avoir utilisé de nouveau l’arme chimique et ensuite, compte tenu du scandale et de l’hystérie autour de l’empoisonnement de Skripal, essayer d’accuser la Russie de fournir des armes chimiques au gouvernement d’al-Assad. Inutile de souligner l’absence de logique dans ces accusations, qui auraient tout de même créé un fond médiatique et politique idéal pour «justifier» la décision d’intervenir directement en Syrie.

Ceci n’est pas une conspiration et s’appuie sur la déclaration sèche du ministère russe de la Défense:

«Nous avons des informations fiables concernant la préparation, par les terroristes, d’une mise en scène de l’usage de l’arme chimique par les forces gouvernementales contre la population civile. A ces fins, dans plusieurs quartiers de la Ghouta orientale ont été transportés des femmes, des enfants et des personnes âgées venus d’autres quartiers qui devront jouer le rôle de victimes d’un incident chimique. Il y a déjà sur places des activistes des Casques blancs et des équipes de tournage avec des équipements de diffusion par satellite.»

«Washington compte lancer une frappe de missiles contre les quartiers gouvernementaux de Damas», a souligné le général Guerassimov.

Cependant, au lieu d’une escalade du conflit, Donald Trump a déclaré (à la surprise de toute l’élite politique américaine) que les USA «se retireraient bientôt de Syrie». Voice of America relate la position du Président américain sans enthousiasme: pendant son discours de jeudi dernier à Richfield, Ohio, le Président Trump a déclaré que «l’heure était venue pour les USA de quitter la Syrie».

«Que d’autres s’en occupent, a déclaré le Président des USA. Très bientôt nous quitterons ce pays. Nous reviendrons dans notre pays, là […] où nous voulons être.»

La déclaration inattendue de Trump a coïncidé avec sa décision d’allouer 200 millions de dollars à la «reconstruction de la Syrie» dans les zones contrôlées par des groupes pro-américains. Cette décision a été rapportée par l’agence de presse Reuters et par le quotidien The Wall Street Journal. Cela indique que le Président américain a réellement décidé de s’engager sur la voie du retrait de la présence américaine dans la région. Dans le champ médiatique russe, les déclarations de Donald Trump sont passées pratiquement inaperçues. Mais ses opposants politiques y ont réagi très durement.

Selon l’influent sénateur républicain Lindsey Graham, le retrait des forces américaines de Syrie «entraînerait le rétablissement des positions de Daech et renforcerait l’influence de l’Iran sur le gouvernement syrien à Damas». De plus, dans une interview à Fox News, le sénateur a déclaré que «ce serait la pire des décisions à prendre par le Président». L’une des principales publications soutenant le parti démocrate, The Washington Post, a été encore plus dure en publiant un article à la franchise louable intitulé «Nous avons pris le pétrole de Syrie, et maintenant Trump veut le donner à l’Iran».

L’accent mis par les critiques du Président sur l’«influence iranienne» est dû au fait que Trump cherche actuellement à faire échouer l’accord nucléaire avec l’Iran et à décréter de nouvelles sanctions contre Téhéran, tout en l’accusant de soutenir le terrorisme et de vouloir créer une arme nucléaire à part entière. C’est pourquoi les critiques visent l’aspect iranien: une telle approche pourrait infliger un préjudice maximal à Trump. Cependant, le magazine Newsweek a déjà noté le fait que la déclaration concernant le retrait prévu des forces avait été faite par le Président américain parallèlement à l’annonce du ministère russe des Affaires étrangères indiquant que l’opération antiterroriste en Syrie touchait à sa fin. Il faut donc s’attendre prochainement à des désinformations selon lesquelles Trump coordonnerait ses décisions sur la sortie des forces américaines avec le Kremlin. C’est pratiquement inévitable.

Sous nos yeux se déroule la capitulation officielle des USA en Syrie, sachant que selon la vieille tradition hollywoodienne cette capitulation sera présentée comme une victoire résolue, héroïque et incontestable des USA et du Président personnellement.

Très récemment, une telle ruse politique a été utilisée par Emmanuel Macron qui a attribué à la France la victoire sur Daech en Syrie en dépit de l’absurdité évidente d’une telle déclaration. Dans le cas de Trump, l’utilité politique fonctionne de la même manière. Dans le monde contemporain la réalité objective n’intéresse personne et du point de vue de nombreux politiciens, c’est l’image médiatique qui a son importance. Autrement dit, ce n’est pas le nombre de corps et de trophées qui détermine qui a gagné ou perdu une guerre concrète, mais le nombre de likes et de commentaires positifs sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, les partisans de Trump ont réagi très positivement à sa déclaration sur la Syrie, et ces réactions positives étaient essentiellement basées sur deux thèses très simples. Premièrement, une fois de plus «l’Amérique a vaincu tout le monde et c’est super: bien joué Trump». Et deuxièmement, puisque l’Amérique a vaincu tout le monde à nouveau, il faut cesser de dépenser de l’argent pour le Moyen-Orient et enfin le dépenser aux USA pour «rendre l’Amérique grande à nouveau».

Curieusement, l’image américaine officielle du monde à laquelle ont été habitués tous les électeurs et une grande partie de la communauté d’experts ne permet pas aux politiciens de douter publiquement du fait que l’«Amérique a vaincu tout le monde». En d’autres termes, même les critiques de Trump doivent déclarer que l’«Amérique a vaincu tout le monde, et à présent Trump tente de rendre les résultats de la victoire». On remarque facilement qu’une telle approche du débat social et politique ne peut pas être qualifiée de constructive ou d’utile, avant tout pour les USA eux-mêmes. Dans le même temps, cette approche est très bénéfique pour la Russie. Car la disposition de Washington à voir dans toute défaite une victoire résolue permet à l’élite politique américaine de «sauver la face» et ne lui donne pas l’impression d’être au pied du mur, ce qui réduit le risque d’actions émotionnelles irréfléchies de la part de la puissance nucléaire. Dans ces conditions, il existe un seul grand risque pour la Russie: une certaine partie de la société russe, de la classe médiatique et de l’intelligentsia créative pourrait sérieusement croire aux futurs blockbusters hollywoodiens montrant que les États-Unis ont gagné en Syrie alors que la «Russie autoritaire attardée» a subi une défaite honteuse.

Bien sûr, Trump pourrait également changer d’avis ou être forcé à le faire. Mais pour l’instant la situation en Syrie évolue dans un sens favorable à la Russie. Alors qu’il faut chercher la genèse de la décision de Trump non pas dans la situation politique aux USA, mais en Russie. La déclaration officielle du ministère russe de la Défense sur le fait qu’«en cas de menace pour la vie des militaires russes les forces armées russes prendraient des contremesures aussi bien contre les missiles que contre leurs vecteurs» a probablement fait pencher la balance au profit de la réticence de Trump à l’escalade du conflit et du passage au plan B — c’est-à-dire des campagnes de communication transmettant le message selon lequel les USA auraient déjà tout gagné en Syrie.

Cependant, dans cette capitulation ne ressort pas seulement le mérite des militaires russes, mais également de toute la société russe qui a clairement montré sa disposition à soutenir jusqu’au bout le Président et l’armée dans la protection et la promotion des intérêts nationaux russes. En l’absence de ce soutien, les Américains auraient parfaitement pu prendre le risque. Simplement dans l’espoir que le soutien de l’armée et du gouvernement russe s’effondrerait, et que la Syrie constituerait pour la Russie contemporaine la même catastrophe que l’intervention en Afghanistan pour l’URSS.

Pour comprendre toute l’importance du succès syrien de la Russie, il faut analyser la situation de l’extérieur. Depuis de nombreuses années, l’un des principaux thèmes évoqués par les spécialistes chinois de la Russie et de l’espace postsoviétique est celui de la dégradation et de l’effondrement de l’URSS. Des centaines d’articles, de monographies, de rapports et d’autres travaux scientifiques ont été écrits à ce sujet en Chine. Aussi vexant que cela puisse paraître, depuis presque 30 ans les spécialistes chinois de l’administration publique étudient sur l’exemple soviétique comment il ne faut pas diriger l’État, la société, la culture, l’économie et ainsi de suite. De plus, les collègues chinois ont étudié en profondeur les erreurs commises par l’URSS dans le contexte de l’opération en Afghanistan, notamment du point de vue économique, diplomatique et propagandiste. L’URSS était un exemple négatif marquant et démonstratif, et à présent les médias américains écrivent avec horreur que les experts chinois étudient l’expérience positive de l’intervention russe en Syrie. L’étude de l’Académie chinoise des sciences sociales indique que l’opération russe a eu une «utilité significative», a permis à la Russie de «reprendre l’initiative dans la lutte contre l’Occident» et de «briser l’hégémonie de l’Occident dans la région». Dans ce contexte, certains experts américains craignent que la Chine décide de reproduire l’approche russe dans sa confrontation avec les USA. Pour la première fois depuis 30 ans, il y a des choses à apprendre sur l’exemple de la Russie. Elle est revenue au premier plan de la géopolitique, et aucun discours victorieux du Président américain ne pourra rien y changer.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.

Source: Sputnik News – France

Le ministre russe des Affaires étrangères accuse la Grande-Bretagne, les Etats-Unis d’Amérique, de répandre des « mensonges » sur l’empoisonnement de l’ex-espion

Les véhicules des services d’urgence sont stationnés derrière un pub qui a été visité par l’ancien officier de renseignement russe Sergei Skripal et sa fille Yulia, à Salisbury, en Grande-Bretagne, le 28 mars 2018. Peter Nicholls / Reuters

Le ministre russe des Affaires étrangères a accusé la Grande-Bretagne et les Etats-Unis d’Amérique de répandre « des mensonges et de la désinformation » sur l’empoisonnement d’un ex-espion russe en Angleterre, déclarant lundi que les tensions Est-Ouest sont pires qu’au cours de la guerre froide.

La Grande-Bretagne a blâmé la Russie pour l’attaque d’agent neurotoxique du 4 mars contre l’ancien agent double Sergei Skripal et sa fille, Yulia. La Grande-Bretagne et deux douzaines de ses alliés ont expulsé plus de 150 diplomates russes. Moscou, qui nie avec véhémence toute implication, a répondu tit-for-tat.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dénoncé lundi les accusations britanniques comme une « provocation folle et horrible ». Il a soutenu que la Russie n’avait aucun motif d’attaquer Skripal, qui avait été libéré en 2010 d’une prison russe où il passait le temps pour espionner pour la Grande-Bretagne.

« S’il y avait des plaintes contre l’homme, il n’aurait pas été échangé », a déclaré Lavrov.

Le plus haut diplomate russe s’est également moqué de l’affirmation de la Grande-Bretagne selon laquelle il n’y avait pas d’autre explication plausible aux empoisonnements des Skripals. Les agences de renseignement britanniques auraient pu être impliquées et l’affaire a aidé à détourner l’attention du public des discussions difficiles du gouvernement britannique pour quitter l’Union européenne, a déclaré M. Lavrov.

« Il y a d’autres explications que celles avancées par nos collègues occidentaux, qui déclarent que ce ne peut être que les Russes qui sont responsables », a déclaré M. Lavrov. « Cela pourrait aussi être avantageux pour le gouvernement britannique, qui se trouve clairement dans une situation difficile, n’ayant pas tenu ses promesses aux électeurs sur le Brexit ».

Les autorités britanniques ont déjà rejeté des allégations russes similaires.

Lavrov a déclaré que la Russie a convoqué mercredi une réunion du comité de surveillance des armes chimiques pour discuter de l’affaire et lui a demandé de fournir des détails sur sa coopération avec la Grande-Bretagne dans l’enquête sur l’empoisonnement.

Alexander Shulgin, le représentant russe à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, a déclaré lundi dans des remarques télévisées que l’organisation doit mener une « enquête ouverte, approfondie et impartiale » avec la participation d’experts russes.

Les autorités britanniques ont invité des experts de l’OIAC à prélever des échantillons de produits chimiques à Salisbury, la ville anglaise où le père et la fille étaient malades, et à les analyser. Shulgin a averti que Moscou n’accepterait pas les conclusions de l’agence à moins que des experts russes soient autorisés à prendre part au processus.

Lavrov a également attaqué les autorités britanniques pour avoir bloqué la demande russe d’accès consulaire à Yulia Skripal, 33 ans, une citoyenne russe dont la condition s’est améliorée depuis qu’elle et son père sont tombés gravement malades le 4 mars.

« Beaucoup disent que la situation est pire aujourd’hui que pendant la guerre froide, car certaines règles existaient et le décorum a été observé à l’époque », a-t-il dit. « Maintenant, la Grande-Bretagne, les États-Unis d’Amérique et quelques pays qui les suivent aveuglément ont abandonné tout décorum et se sont engagés dans des mensonges flagrants et de la désinformation. »

Traduction : MIRASTNEWS

Source: The Globe and Mail

1 Trackback / Pingback

  1. Moscou n’acceptera pas d’enquête dans l’affaire Skripal si les spécialistes russes ne par ticiperont pas – envoyé à l’OIAC | Boycott

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :