A la Une

Coïncidence ou multiplication de complots? Le projet russe pour un mécanisme d’enquête sur les armes chimiques en Syrie rejeté à l’ONU

© Brendan McDermid Source: Reuters
Illustration

ONU : le projet russe pour un mécanisme d’enquête sur les armes chimiques en Syrie rejeté

La proposition russe visant à créer un mécanisme d’enquête sur l’usage d’armes chimiques a été refusée, lors d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU, sur fond de menace occidentale de recours à la force contre le gouvernement syrien.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté ce 10 avril sur trois propositions de résolution concurrentes, l’une américaine et deux russes, alors que l’Occident accuse Damas d’avoir mené une attaque chimique à Douma, dans la Ghouta orientale, en passe d’être reprise par l’armée syrienne.

La proposition russe visant à établir un mécanisme d’enquête indépendant sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie a été rejetée, n’ayant pas recueilli la majorité de neuf voix nécessaires à son adoption. Ce texte a été approuvé par six pays, dont la Chine, alors que sept se sont prononcés contre et deux ont choisi l’abstention.

rejeté par Moscou

Lors de la séance, la Russie a par ailleurs mis son véto à une proposition américaine de résolution, concurrente de la russe, consistant à mettre en place un mécanisme indépendant d’enquête sur l’usage d’armes chimiques. Vassily Nebenzia, l’ambassadeur russe aux Nations unies a accusé les Etats-Unis d’avoir conçu le texte de manière à ce qu’il soit refusé, afin ainsi de «justifier» une action unilatérale, non-autorisée par l’ONU, en Syrie. La veille, l’ambassadeur des Etats-Unis Nikki Haley avait en effet déclaré que Washington agirait en Syrie, et ce peu importe la décision du Conseil.

«Si vous avez pris la décision de mener une action militaire illégale, nous espérons que vous reviendrez à vous. Vous en serez vous-même responsables», a mis en garde Vassily Nebenzia.

La proposition américaine a reçu 12 votes pour, deux contre (la Russie et la Bolivie), ainsi qu’une abstention (la Chine). Le véto russe a empêché la résolution d’être adoptée.

«Vous avez déjà désigné les coupables avant même l’enquête», a souligné l’ambassadeur russe, estimant que Washington faisait «encore un pas vers la confrontation».

Moscou a par ailleurs soumis au vote du Conseil de sécurité une résolution apportant un plein soutien à une mission d’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), organisation internationale basée à La Haye, qui a annoncé qu’elle enverrait des enquêteurs en Syrie pour établir si des armes chimiques avaient ou non été utilisées. Damas, qui a détruit son arsenal chimique sous supervision internationale en 2014, avait envoyé une requête en ce sens à l’OIAC, et Moscou avait également réclamé une enquête de cette organisation liée à l’ONU. La séance du Conseil de sécurité a toutefois été suspendue le soir du 10 avril avant que le vote sur ce texte ne puisse avoir lieu.

Ajouts: MIRASTNEWS

Source: RT France

Attaque chimique présumée en Syrie: ce que les militaires russes trouvent à Douma (vidéo)

© REUTERS/ Bassam Khabieh

Des militaires russes se sont rendus dans la ville syrienne de Douma pour enquêter sur les circonstances de l’attaque chimique présumée. Selon la vidéo qu’ils ont filmée, il n’y a aucune trace d’utilisation d’armes chimiques.

Rien à Douma n’indique qu’il y a eu une attaque chimique dans cette ville syrienne, a annoncé le ministère russe de la Défense diffusant une vidéo à l’issue d’une visite de spécialistes des Troupes de la protection radio, chimique et biologique à l’hôpital de Douma.

«Pendant cette visite, nous avons établi que l’hôpital n’avait pas accueilli de personnes présentant des symptômes d’intoxication aux substances chimiques comme le sarin ou le chlore. L’examen des patients se trouvant dans cet établissement médical a montré qu’il n’y avait aucune personne souffrant d’intoxication à des agents neurotoxiques comme le sarin ou le chlore», a indiqué Alexandre Rodionov, chef du groupe d’experts.

Selon lui, les experts Troupes de la protection radio, chimique et biologique du ministre russe de la Défense se sont rendus à l’hôpital de Douma pour «questionner les témoins et mener une enquête sur cet incident».

Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont précédemment accusé les forces gouvernementales syriennes d’avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales. Le Président américain Donald Trump a estimé que la Syrie devrait «payer le prix fort pour l’attaque chimique». La Russie a démenti l’information sur une bombe au chlore qui aurait été larguée par des militaires syriens sur Douma. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que l’intox sur l’emploi d’armes chimiques par l’armée syrienne était destinée à justifier les actions des terroristes et les éventuelles frappes militaires étrangères. Le ministère syrien des Affaires étrangères a pour sa part indiqué que les accusations portant sur l’utilisation d’armes chimiques par les forces gouvernementales étaient ennuyeuses et peu convaincantes.

Source: Sputnik News – France

Nouvelles sanctions US antirusses, «une spirale diabolique»

CC0 / Pixabay/stokpic

Les États-Unis ne cessent d’adopter des sanctions infondées contre Moscou, provoquant des mesures symétriques russes. Selon Guy Mettan, journaliste et homme politique suisse, «personne n’est en mesure d’arrêter cette spirale diabolique» où les sanctions sont une arme de destruction massive.

Les sanctions adoptées par les États-Unis contre la Russie jouent le rôle d’arme de destruction massive, mais c’est un jeu mortellement dangereux pour l’humanité, a indiqué mardi Guy Mettan, directeur exécutif du Club suisse de la presse et auteur du livre «Russie-Occident, une guerre de mille ans: La russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne» dans une interview accordée en anglais à Sputnik.

«De nos jours, les sanctions économiques sont utilisées comme une arme de destruction massive visant les pays dont la politique ne répond pas aux intérêts des pays occidentaux […]. Les États-Unis utilisent leurs sanctions économiques comme une arme de destruction massive contre les pays qu’ils considèrent comme ennemis ou concurrents déloyaux», a indiqué M.Mettan.

Et cette politique prend de l’ampleur, à son avis. Jusqu’à très récemment, des sanctions visaient des petits États comme Cuba, l’Irak, l’Iran ou la Corée du Nord. À présent, cette «arme économique» cible le Venezuela, la Russie et la Chine.

M.Mettan a rappelé que les sanctions américaines, imposées régulièrement à Moscou par Washington depuis l’élection du Président Trump, n’«ont aucun fondement» et reposent sur des suppositions, ce qui permet de les adopter «à tout moment».

«Chaque mois, on invente une nouvelle affaire pour faire monter la tension et augmenter la distance entre les États-Unis et la Russie: une attaque chimique en Syrie, une affaire de dopage dans le sport, des bombardements du Donbass ou un empoisonnement au Royaume-Uni», a rappelé le journaliste.

Selon lui, il faut s’attendre à un nouveau scandale monté de toutes pièces destiné à saboter le Mondial 2018 de football en Russie, parce que l’affaire Skripal n’a pas donné les résultats escomptés et que «la théorie d’attaque russe contre une démocratie britannique innocente devient de moins en moins convaincante».

Mais la Russie se défend en prenant des mesures de rétorsion et «ce jeu peut durer éternellement», d’après lui.

«Le problème est que personne n’est plus en mesure d’arrêter cette spirale diabolique […]. La tension n’a jamais été si forte, même pendant la guerre froide […]. L’expulsion des diplomates marque le début d’une nouvelle époque de « sanctions diplomatiques ». C’est très dangereux parce que cela diminue le champ du dialogue entre les pays et nos prédécesseurs ont toujours essayé de l’éviter», a noté M.Mettan.

Il a appelé la Russie à garder son sang-froid face à ces provocations pour ne pas aggraver la situation.

«J’espère qu’un jour, la société occidentale comprendra la vraie nature de ce jeu insensé et mortellement dangereux pour l’humanité», a conclu le journaliste.

Source: Sputnik News – France

Une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies rédigée par la Russie et soutenant l’enquête de l’OIAC sur l’attaque chimique de la Syrie échoue

PHOTO DE FICHIER. Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit sur la Syrie à New York, États-Unis d’Amérique, le 9 avril 2018. © Brendan McDermid / Reuters

La Russie a opposé son veto à une résolution parrainée par les Etats-Unis d’Amérique sur l’incident chimique présumé en Syrie lors d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU. Deux projets consécutifs proposés par la Russie n’ont ensuite pas obtenu les votes minimums nécessaires.

Le projet des Etats-Unis d’Amérique a été conçu pour échouer et ainsi « justifier » une action non autorisée en Syrie, a déclaré l’envoyé spécial de la Russie. «Si vous avez pris la décision de mener une entreprise militaire illégale, nous espérons que vous reviendrez à la raison. Vous en serez vous-même responsables», a prévenu Vassily Nebenzia, l’envoyé russe à l’ONU.

La résolution parrainée par les États-Unis d’Amérique a reçu 12 voix pour, deux contre et une abstention. Comme la Russie a utilisé son droit de veto, la résolution n’a pas été adoptée. La première résolution parrainée par la Russie n’a pas obtenu le minimum de neuf votes nécessaires, avec six voix pour, sept contre et deux abstentions.

La Russie a alors proposé une autre résolution, basée sur un projet antérieur de la Suède, qui exprime son soutien à la nouvelle enquête de l’OIAC sur l’incident de Douma. La réunion du CS de l’ONU a été suspendue pour des consultations sur la demande de la Suède, avant de mettre la résolution aux voix. Le vote suivant a recueilli cinq voix en faveur de la résolution (Russie, Chine, Éthiopie, Kazakhstan et Bolivie), quatre voix contre (États-Unis d’Amérique, Royaume-Uni, France et Pologne) et six abstentions. Une résolution requiert au moins neuf voix, sans veto de la Russie, de la Chine, du Royaume-Uni, de la France ou des Etats-Unis d’Amérique.

Nebenzia a déclaré que la résolution des Etats-Unis d’Amérique, bien que Washington ait prétendu prendre en considération les préoccupations de Moscou, était en fait une tentative de ressusciter le mécanisme d’enquête conjoint (JIM) désapprouvé. Même si le projet des Etats-Unis d’Amérique était adopté, il faudrait des mois pour le mettre en œuvre, a ajouté le diplomate, ajoutant que le projet était une « mesure provocatrice » qui n’avait « rien à voir avec le désir d’enquêter sur l’incident de Douma ». Il a dit qu’il était manifestement conçu pour échouer afin de justifier une action militaire non autorisée contre la Syrie.

« Pourquoi avez-vous besoin du mécanisme d’attribution, si vous avez déjà nommé les auteurs avant toute enquête? », a déclaré Nebenzia, se référant à des accusations flagrantes contre Damas venant des Etats-Unis d’Amérique et de leurs alliés.

L’envoyé des Etats-Unis d’Amérique Nikki Haley a affirmé que le document parrainé par Moscou violerait le principe d’impartialité et donnerait à la Russie un outil pour « choisir les enquêteurs » et influencer l’enquête par d’autres moyens. Au cours de la réunion, Haley, ainsi que d’autres membres du CSNU, tels que le Royaume-Uni et la France, ont de nouveau blâmé l’incident présumé de Damas, accusant Moscou de « protéger » le président syrien Bashar Assad.

La Chine a soutenu le projet de résolution parrainé par la Russie, déclarant que ce serait une grande amélioration par rapport aux précédents organismes d’enquête parrainés par l’ONU pour la Syrie. Le projet russe permettrait une « enquête robuste sur site, garantira l’impartialité des procédures », ce qui permettrait de « tirer des conclusions crédibles », a indiqué la Chine, exprimant ses regrets que le projet n’ait pas été adopté.

La Russie et les Etats-Unis d’Amérique ont séparément demandé un vote sur leurs projets de résolutions sur Douma. L’attaque alléguée a été rapportée samedi par des groupes anti-gouvernementaux, qui ont affirmé que l’armée syrienne avait largué une munition remplie de chlore sur la zone, affectant des dizaines de civils. Cependant, aucun fait solide sur l’incident présumé n’a encore émergé.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

« Nous espérons que vous reviendrez à vos sens »: la Russie met en garde les Etats-Unis d’Amérique contre la grève illégale en Syrie

© Ruptly

La main invisible: Qui manipule, contrôle et dicte les actions, les opérations, ainsi que le «timing» aux fameux casques blancs en Syrie ?

La réaction des Etats-Unis d’Amérique à l’incident chimique présumé dans la ville de Douma a clairement montré que c’était le prétexte longtemps recherché pour attaquer la Syrie, qui a finalement été fourni par les « provocateurs des casques blancs », a déclaré l’envoyé russe.

L’incident chimique présumé à Douma n’a été que bénéfique pour les militants, a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, Vassily Nebenzia, exhortant ses homologues occidentaux à expliquer pourquoi Damas déciderait de le faire. L’attaque présumée a été signalée samedi, au milieu de l’évacuation des militants de la ville assiégée.

« Cette provocation était comme une brise de l’air frais nécessaire aux militants qui ont reçu un soutien opportun des Etats-Unis d’Amérique et d’autres pays occidentaux », a déclaré M. Nebenzia lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies mardi. Il a mis en garde les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés contre le lancement d’une action militaire en Syrie, en contournant l’ONU.

« Si vous avez pris la décision de mener une entreprise militaire illégale, nous espérons, espérons que vous reviendrez à vos sens. Vous serez responsable de cela vous-mêmes », a déclaré Nebenzia.

L’allégation d’une attaque chimique, poussé par les sources pro-militantes, a été ardemment soutenue par les Etats-Unis d’Amérique et d’autres pays occidentaux, qui ont carrément blâmé l’incident non-vérifié sur Damas. Entre-temps, des spécialistes militaires russes se sont rendus sur le site de l’incident présumé, qui a été livré par les militants, et n’ont trouvé aucun signe d’attaque chimique ou de quelconques victimes.

Nebenzia a appelé à soutenir l’enquête de l’organisme international de surveillance des produits chimiques sur le terrain en Syrie avant de tirer des conclusions hâtives. Cependant, il croit que ceux qui cherchent à renverser le gouvernement légitime du président syrien Bashar Assad n’attendraient pas les résultats de l’enquête, affirmant qu’ils cherchent plutôt à lancer une frappe.

« Vous ne voulez pas entendre qu’aucun signe d’attaque chimique n’a été trouvé à Douma. Vous avez seulement cherché un prétexte et cela a été fourni avec enthousiasme par les provocateurs des Casques blancs », a déclaré Nebenzia.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Les questions de contrôle de la circulation aérienne en Europe alertent sur «d’éventuelles frappes aériennes sur la Syrie dans un délai de 72 heures»

Les aviateurs à bord de l’USS Harry S. Truman, qui a été envoyé en Méditerranée orientale. / Reuters

Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés veulent-ils tenter de faire peur à la Russie et ses alliés? Quelle pourrait être la réaction de la Russie et ses alliés?

Eurocontrol, un organisme de l’UE chargé de gérer le trafic aérien sur le continent, a adressé une notification d’alerte rapide aux opérateurs de vol de la Méditerranée orientale, les avertissant d’être prêts pour les lancements de roquettes de l’OTAN en Syrie.

« En raison du lancement possible d’attaques aériennes en Syrie avec des missiles air-sol et / ou de croisière dans les prochaines 72 heures, et de la possibilité de perturbation intermittente de l’équipement de radionavigation, il faut prendre la région de la Méditerranée orientale / FIR de Nicosie », a indiqué l’alerte.

L’alerte avertit les pilotes d’être prêts pour des NOTAM spécifiques (Avis aux aviateurs), concernant les risques de vol et les obstacles qui peuvent survenir.

Lundi, le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump a déclaré qu’il était « très fortement, très sérieusement » envisagé une action militaire contre le gouvernement de Bachar Assad sur l’attaque chimique présumée à Douma en Syrie le 7 avril. Trump a déclaré qu’une « décision majeure » serait prise dans les 24 à 48 heures suivantes.

Une frappe aérienne a déjà été menée contre une base aérienne syrienne lundi, bien qu’aucun état n’ait revendiqué la responsabilité. Damas, Moscou et Téhéran disent que l’attaque a été menée par Israël depuis l’espace aérien libanais.

LIRE PLUS: Une couverture médiatique biaisée de «l’attaque chimique» en Syrie pourrait provoquer une nouvelle guerre dangereuse

La Russie a averti que si l’un de ses membres dans le pays était pris pour cible, elle « prendrait des mesures de riposte contre les roquettes et les plates-formes à partir desquelles elles sont tirées ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La Russie promet de faire face à toute agression américaine contre la Syrie

L’ambassadeur russe au Liban Alexandre Zaspikine a déclaré à Al-Manar que l’escalade des Etats-Unis d’Amérique et occidentale contre la Syrie conduirait à une crise majeure, ajoutant qu’ils ont recours aux « allégations chimiques » pour justifier leurs actes offensifs.

Zaspikin a souligné que les forces russes affronteront toute agression des Etats-Unis d’Amérique contre la Syrie, en interceptant les missiles et en frappant leurs rampes de lancement.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Al-Manar Website

L’Iran et la Russie salent des liens bilatéraux au plus haut niveau

Le Premier ministre iranien, Hussein Jaberi Ansari, a déclaré que la Russie bénéficiait de relations bilatérales au plus haut niveau.

Ansari a fait ces remarques mardi lors d’une réunion avec Alexandre Lavrentiev, l’envoyé spécial du président russe Vladimir Poutine en Syrie.

La région est sujette à des développements continus, notamment en Syrie, a-t-il dit, ajoutant que ces conditions rendent la coordination plus urgente entre l’Iran et la Russie.

La situation est sujette à des changements quotidiens en Syrie, a déclaré pour sa part Lavrentiev.

Il a ajouté que des questions positives et préoccupantes se produisaient dans ces situations.

Il n’y a pas longtemps que les présidents iranien et russe se sont rencontrés à Ankara, mais des problèmes différents sont apparus depuis lors qui devraient être pris en compte, a-t-il noté.

Ailleurs dans son discours, M. Lavrentiev s’est référé à sa rencontre avec Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien (CSNS), affirmant que nous avions discuté de détails sur les développements syriens.

Nous devons parvenir à une compréhension commune en ce qui concerne les questions, a-t-il dit.

Source: IRNA

La provocation a des limites intolérables: la Russie est prête pour la guerre

Je viens de passer environ 2 heures à écouter un débat télévisé d’experts russes sur ce qu’il faut faire au sujet des États-Unis. Voici quelques points intéressants.

1) Ils ont tous convenu que les Anglo-sionistes (bien sûr, ils ont utilisé les mots « USA » ou « pays occidentaux ») n’allaient qu’aller plus loin dans l’escalade et que la seule façon d’arrêter tout cela est d’amener délibérément le monde au point où une guerre complète entre les Etats-Unis et la Russie était imminente ou même commencée localement. Ils ont dit que la Russie avait fondamentalement tort de répondre par de simples mots aux actions occidentales.

2) Il est intéressant de noter qu’il y avait aussi un consensus sur le fait que même une attaque américaine à grande échelle contre la Syrie arriverait trop tard pour changer la situation sur le terrain, qu’il était beaucoup trop tard pour cela.

3) Une autre conclusion intéressante est que la seule vraie question pour la Russie est de savoir s’il serait préférable pour elle de retarder cette crise maximale ou d’accélérer les événements et de faire en sorte que tout se produise plus tôt. Il n’y a pas eu de consensus à ce sujet.

4) Ensuite, il y a eu un consensus sur le fait que plaider, raisonner, demander l’équité ou la justice, ou même le bon sens, était futile. Le point de vue russe est simple : l’Occident est gouverné par une bande de voyous soutenus par des médias infiniment menteurs et hypocrites, tandis que le grand public occidental a été désespérément zombifié. L’autorité des soi-disant « valeurs occidentales » (démocratie, État de droit, droits de l’homme, etc.) en Russie est maintenant morte.

5) Il y a également un large consensus sur le fait que les élites américaines ne prennent pas la Russie au sérieux et que les efforts diplomatiques russes actuels sont vains (en particulier à l’égard du Royaume-Uni). La seule façon de changer cela serait de prendre des mesures très sévères, y compris des mesures diplomatiques et militaires. Tout le monde était d’accord pour dire que parler avec Boris Johnson serait non seulement une perte de temps totale, mais aussi une énorme erreur.

6) A ma grande surprise, l’idée que la Russie pourrait avoir à couler quelques navires de l’US Navy ou à utiliser des Kalibers contre les forces américaines au Moyen-Orient a été considérée comme une option réelle, peut-être inévitable. Vraiment – personne ne s’y est opposé.

Tirez-en vous-même vos propres conclusions. Je dirai simplement qu’aucun des « experts » ne représentait ou ne travaillait pour le gouvernement russe. Les experts gouvernementaux ont non seulement de meilleures informations, mais ils savent aussi que la vie de millions de personnes dépend de leurs décisions, ce qui n’est pas le cas pour les soi-disant « experts ». Pourtant, les propos de ces experts reflètent, je pense, un consensus populaire grandissant.

Source: La Saker via Almanar

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Coïncidence ou multiplication de complots? Le projet russe pour un mécanisme d’enquête sur les ar mes chimiques en Syrie rejeté à l’ONU | Boycott
  2. Bluff ou folie?- «Prépare-toi Russie !» : Donald Trump défie Moscou d’arrêter ses «tout beaux» missiles – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :