A la Une

Regardez le grand Général russe prédire la provocation de Douma un mois à l’avance

© Sputnik / Evgeny Biyatov

Le chef d’état-major des forces armées russes, Valery Gerasimov, a prévenu que la Russie répondrait à toute attaque militaire des Etats-Unis d’Amérique découlant d’une fausse attaque au drapeau syrien contre le gouvernement syrien et la Russie. Alors, quel est le problème? Le général a fait l’avertissement il y a près d’un mois…

S’exprimant lors d’une conférence de presse le 13 mars, M. Gerasimov a averti que le ministère russe de la Défense avait obtenu des « informations fiables » sur les plans des terroristes dans la Ghouta orientale pour lancer une fausse attaque chimique contre les civils dans la région. Selon l’officier, les activistes des casques blancs et les équipes de tournage qui les accompagnaient étaient déjà arrivés sur les lieux avec l’équipement satellite nécessaire pour diffuser les nouvelles de cette «attaque» aux médias du monde entier.

Écoutez les remarques du général en entier:

Moins d’un mois plus tard, le 7 avril, la prédiction du général Gerasimov s’est réalisée à Douma, dans la Ghouta orientale. Les reportages de l’opposition alimentés par les Casques blancs d’une attaque chimique présumée par les forces gouvernementales ont été presque immédiatement repris par les médias occidentaux, incitant les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés à commencer les préparatifs en vue d’une éventuelle réponse militaire.

L’insistance de Damas sur le fait que cela n’avait rien à voir avec l’attaque est tombée dans l’oreille d’un sourd. Pendant ce temps, le Centre russe pour la réconciliation a envoyé des inspecteurs à Douma, ne présentant aucune preuve d’utilisation d’armes chimiques. Rejetant la proposition de Moscou d’une enquête internationale indépendante, les Etats-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et la France ont menacé de lancer des frappes contre le pays du Moyen-Orient. Le président Trump semble avoir conservé au moins quelques doutes, hésitant entre menacer la Syrie et la Russie avec des missiles «beaux et nouveaux et intelligents» et revenir sur sa rhétorique. Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a confirmé jeudi que le président américain n’avait pas encore décidé d’attaquer la Syrie.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

Never said when an attack on Syria would take place. Could be very soon or not so soon at all! In any event, the United States, under my Administration, has done a great job of ridding the region of ISIS. Where is our “Thank you America?”

S’adressant aux autorités iraniennes jeudi, le président syrien Bashar Assad a averti que toute action militaire des Etats-Unis d’Amérique ou de leurs alliés contre la Syrie « ne contribuerait qu’à accroître l’instabilité dans la région, menaçant la paix et la sécurité internationales ».

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Le Pentagone n’a pas de preuve de l’utilisation du chlore et du sarin dans la Douma syrienne – Mattis

© REUTERS / Yuri Gripas

Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, Jim Mattis, a déclaré aux parlementaires que l’armée des Etats-Unis d’Amérique « évalue toujours les informations » sur l’attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma et que le président Trump n’a pas encore décidé de lancer des attaques contre le pays du Moyen-Orient.

« Dans plusieurs cas, vous savez que nous n’avons pas de troupes, nous ne sommes pas engagés sur le terrain, donc je ne peux pas vous dire que nous avions des preuves, même si nous avions beaucoup d’indicateurs des médias et des médias sociaux ayant indiqué que le chlore ou le sarin ont été utilisés », a déclaré M. Mattis, s’adressant jeudi aux membres du Comité des forces armées.

Le secrétaire à la défense a déclaré qu’il croyait qu’une attaque chimique avait eu lieu, mais que les États-Unis d’Amérique «cherchaient toujours la preuve réelle».

« Nous évaluons toujours les renseignements, nous-mêmes et nos alliés, nous travaillons toujours sur ce point », a-t-il réitéré.

Préoccupé par le fait qu’une attaque des Etats-Unis d’Amérique pourrait mener à une escalade « hors de contrôle » dans la guerre syrienne, Mattis a déclaré que Washington était « déterminé à mettre fin à cette guerre par le processus de Genève à travers l’effort orchestré par l’ONU ».

« Sur le plan stratégique, la question est de savoir comment éviter que cette situation ne devienne incontrôlable, si l’on s’en fout », a-t-il dit, faisant allusion aux perspectives d’une confrontation entre les forces russes et états-uniennes d’Amérique déployées adans le pays du Moyen-Orient.

Pas encore de décision

Selon le secrétaire Mattis, le président Trump n’a pas encore décidé de lancer ou non une attaque. « Nous n’avons encore pris aucune décision pour lancer des attaques militaires en Syrie », a-t-il dit.

« Je ne veux pas parler d’une attaque spécifique qui n’est pas encore à l’ordre du jour, sachant que cela serait pré-décisionnel, encore une fois, le président n’a pas pris cette décision », a-t-il ajouté.

Aucune approbation du Congrès nécessaire

Mattis a déclaré qu’il discuterait des options sur la Syrie lors d’une réunion du Conseil de sécurité nationale plus tard jeudi, et a promis de tenir les législateurs informés si le Pentagone décidait d’attaquer. Il a ajouté, cependant, que la Maison Blanche a le pouvoir de mener des frappes sans demander l’approbation du Congrès.

Interrogé sur le point de savoir si les Etats-Unis d’Amérique étaient prêts à lancer une attaque, Mattis a répondu: « Nous sommes prêts à fournir des options militaires si elles sont appropriées, comme l’a déterminé le président. »

Soulignant que l’utilisation d’armes chimiques était «simplement inexcusable», le secrétaire à la Défense a également accusé Moscou de complicité dans le prétendu maintien par la Syrie d’un stock d’armes chimiques.

Les médias syriens de l’opposition ont rapporté la semaine dernière qu’une attaque chimique présumée par les troupes gouvernementales avait incité les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés à accuser Damas et à entamer les préparatifs d’une éventuelle réponse militaire. Le gouvernement syrien a nié toute responsabilité. Le Centre russe pour la réconciliation a envoyé des inspecteurs à Douma, ne trouvant aucune trace d’utilisation d’armes chimiques. Moscou a appelé à une enquête indépendante sur la question.

Le président syrien Bashar Assad a averti jeudi que toute intervention militaire occidentale en Syrie « ne contribuerait qu’à une augmentation de l’instabilité dans la région, menaçant la paix et la sécurité internationales ».

La Syrie a détruit son stock d’armes chimiques en 2013 dans le cadre d’un accord négocié par la Russie et les Etats-Unis d’Amérique en échange de l’accord de ce dernier de ne pas attaquer le pays du Moyen-Orient. En 2014, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a confirmé que l’arsenal chimique de la Syrie avait été éliminé.

Notre commentaire

Cependant, les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés qui ont tenu à désarmer la Syrie de ses armes chimiques, n’ont jamais demandé aux terroristes qui en possèdent de désarmer. Aucune initiative importante n’a été sérieusement discutée ou prise à l’ONU dans ce sens. De plus, de nombreux spécialistes se sont interrogé comment les terroristes ont-ils fait pour acquérir ses armes de destruction massive et maîtriser la technologie. Certains ont même avancé l’idée selon laquelle la coalition soutenue par les Etats-Unis d’Amérique en est directement ou indirectement responsable, ayant semble-t-il fourni une quantité importante d’armes aux terroristes, y compris les armes chimiques et la technologie, et ce,  depuis le début de la guerre qui commencé en 2011.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Les Etats-Unis d’Amérique envisagent huit cibles de frappe potentielles en Syrie – Rapport

© REUTERS / Robert S. Price/Courtesy U.S. Navy

Alors que le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump rencontre des responsables pour discuter de la réponse des USA à «l’attaque chimique du gouvernement syrien à Douma», une source affirme à CNBC qu’il y a huit cibles possibles que les Etats-Unis d’Amérique envisagent.

Selon le rapport, les États-Unis d’Amérique pourraient envisager d’utiliser des missiles « sympas et nouveaux » sur huit cibles, qui pourraient inclure deux aérodromes syriens, un centre de recherche et une installation d’armes chimiques.

Bien que l’on ne sache toujours pas comment les Etats-Unis d’Amérique vont procéder, Trump devrait rencontrer le secrétaire à la Défense, James Mattis, et le général Joseph Dunford, président des Chefs d’état-major, pour décider du prochain coup.

« Nous regardons très, très sérieusement, très attentivement toute cette situation et nous verrons ce qui se passe », a déclaré Trump jeudi à un groupe de journalistes.

Le rapport suit l’avertissement du mercredi de Trump à la Russie et à la Syrie pour « se préparer » pour une frappe de missile.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

Russia vows to shoot down any and all missiles fired at Syria. Get ready Russia, because they will be coming, nice and new and “smart!” You shouldn’t be partners with a Gas Killing Animal who kills his people and enjoys it!

Alors que les États-Unis d’Amérique réfléchissent à la prochaine étape, le Premier ministre britannique Theresa May et ses conseillers de haut niveau se sont entendus jeudi « sur la nécessité de prendre des mesures, pour atténuer la détresse humanitaire et décourager l’utilisation d’armes chimiques par le régime Assad ».

« Suite à une discussion à laquelle tous les membres présents ont apporté leur contribution, le cabinet a convenu qu’il était vital que l’utilisation d’armes chimiques ne soit pas remise en cause », a ajouté un communiqué publié par Downing Street.

Le Royaume-Uni a ordonné à la Royal Navy britannique de déplacer ses sous-marins dans la zone de tir de la Syrie mercredi.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

La guerre entre la Russie et les Etats-Unis d’Amérique ne peut être exclue: Moscou

L’ambassadeur de Russie aux Nations Unies Vassily Nebenzia (C) écoute pendant une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 10 avril 2018. (Photo par l’AFP)

Vassily Nebenzia, ambassadeur de Russie auprès des Nations Unies, a appelé les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés à abandonner les plans d’intervention militaire en Syrie, avertissant qu’il « ne peut exclure » la possibilité d’une confrontation militaire directe entre Moscou et Washington au cas où le pays arabe serait attaqué.

Après une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU sur les menaces d’une action militaire imminente contre la Syrie pour une attaque chimique présumée, Nebenzia a déclaré jeudi aux journalistes que la présence des troupes russes dans le pays du Moyen-Orient avait encore rendu la situation plus dangereuse.

« La priorité immédiate est d’éviter le danger de la guerre », a déclaré M. Nebenzia. « Nous espérons qu’il n’y aura pas de point de non-retour. »

Interrogé sur la question de savoir s’il entendait par là une guerre entre la Russie et les Etats-Unis d’Amérique, l’émissaire russe a déclaré: « Nous ne pouvons exclure aucune possibilité, malheureusement, car nous avons vu des messages venant de Washington, très belliqueux. »

Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés menacent Damas d’une action militaire depuis le 7 avril, date à laquelle une attaque chimique présumée sur la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale, aurait tué 60 personnes et blessé des centaines d’autres.

La possibilité d’une attaque a augmenté mercredi, après que Trump ait averti la Russie, l’un des principaux partisans de la Syrie dans la lutte contre le militantisme soutenu par l’étranger, à « se préparer » à abattre bientôt des missiles états-uniens d’Amérique sur la Syrie.

Plus tôt jeudi, Trump a déclaré qu’il passerait la journée à tenir plusieurs réunions qui, selon lui, mèneraient à une décision « assez rapidement ».

Jusqu’à présent, aucune des réunions du Conseil de sécurité sur la question n’a donné de résultat. Appelant une autre réunion du Conseil pour vendredi, Moscou a demandé au Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres d’informer le corps en personne.

La Suède a également lancé une nouvelle tentative pour empêcher l’escalade en proposant jeudi une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU demandant à M. Guterres d’envoyer une équipe de haut niveau en Syrie pour régler « toutes les questions en suspens » concernant l’utilisation d’armes chimiques mortelles.

Certains diplomates de l’ONU ont déclaré à Reuters que la proposition n’avait pas obtenu beaucoup de soutien parmi les 15 membres du conseil.

En remerciant la Suède pour ses efforts, Nebenzia a déclaré: « Franchement, dans les circonstances où nous nous trouvons maintenant, ce n’est pas une priorité immédiate. »

Moscou et Damas ont déjà invité l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à envoyer une mission d’enquête à Douma et à enquêter sur l’utilisation présumée d’armes chimiques dans cette ville.

Damas a détruit l’intégralité de son stock d’armes chimiques dans le cadre d’un programme parrainé par l’ONU et supervisé par l’OIAC.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Press TV

Des véhicules militaires russes traversent la Douma

Un convoi de véhicules militaires russes a été vu se dirigeant vers la ville syrienne de Douma.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Press TV, APTN

Moscou détient des «preuves irréfutables» de la mise en scène de l’attaque chimique de la Ghouta

© Bassam Khabieh Source: Reuters
La ville de Douma, dans la Ghouta orientale près de Damas

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a accusé les services spéciaux d’un Etat «en première ligne dans la campagne russophobe» d’être impliqués dans la mise en scène de l’attaque chimique présumée dans la Ghouta.

«Nous avons des preuves irréfutables qu’il s’agissait d’une autre mise en scène, et que les services spéciaux d’un Etat qui est en première ligne de la campagne russophobe ont participé à la mise en scène», a déclaré Sergueï Lavrov lors d’une conférence de presse avec son homologue hollandais Stef Blok, le 13 avril.

Le chef de la diplomatie russe a ainsi adressé un message fort aux occidentaux, qui envisagent depuis plusieurs jours de «riposter» à l’attaque chimique présumée dans la Ghouta, qu’ils attribuent au gouvernement syrien. Des menaces et ultimatums qui créent une atmosphère «très alarmante» autour de la Syrie, selon Sergueï Lavrov, qui a réitéré que les canaux de communication avec les Etats-Unis étaient actifs.

«Dieu nous garde d’une nouvelle aventure à la libyenne», a en outre lancé le diplomate en référence aux conséquences désastreuses de l’intervention occidentale dans la Libye de Mouammar Kadhafi. Le ministre des Affaires étrangères russe a d’ailleurs noté que la plus petite erreur de calcul en Syrie pourrait mener à une nouvelle vague de migrants, comme se fut le cas après la guerre en Libye.

Si la France se place en première ligne aux côtés des Etats-unis en faveur d’une intervention en Syrie, de nombreux autres pays, même occidentaux, ont fait part de leurs réserves. Tiraillée entre son soutien indéfectible à Washington et la pression que lui mettent ses députés, le Premier ministre britannique Theresa May souhaiterait disposer de davantage de preuves de la culpabilité de Bachar el-Assad avant de s’engager. L’Allemagne d’Angela Merkel a de son côté dors-et-déjà annoncé qu’elle ne participerait pas à une opération militaire, tout comme le Canada et l’Italie.

Lire aussi : «Contre les Russes» ? Ces pays qui se refusent à se joindre à une action militaire en Syrie

Source: RT France

Moscou: des services étrangers impliqués dans la mise en scène de l’attaque à Douma

© Sputnik . Natalia Seliverstova

Le chef de la diplomatie russe a affirmé que Moscou disposait de «preuves irréfutables» confirmant l’origine «montée» de l’attaque chimique à Douma et soupçonnait certains services de renseignement étrangers d’avoir contribué à sa mise en scène.

La Russie dispose de preuves confirmant le fait que l’usage d’armes prétendues chimiques le 7 avril à Douma, près de Damas, a été monté avec l’implication de services de renseignement étrangers, a déclaré ce vendredi Sergueï Lavrov.

«Nous avons des preuves irréfutables montrant que c’était une énième mise en scène et qu’y ont mis la main les services d’un pays qui aspire à être à l’avant-garde de la campagne de russophobie», a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères à l’issue d’une rencontre avec son homologue néerlandais.

Le chef de la diplomatie russe a rappelé que les inspecteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) étaient en route pour la Syrie.

«Ils devraient arriver à Damas demain matin et nous comptons qu’ils se rendront sans délai à Douma, où aucune confirmation de l’usage d’armes chimiques, qu’il s’agisse de chlore ou de n’importe quoi d’autre, n’a été apportée par nos spécialistes qui ont inspecté les lieux», a-t-il indiqué.

Au cours des derniers jours, la situation en Syrie s’est sérieusement tendue. Selon les pays occidentaux, une attaque chimique présumée a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l’objectif de ces «intox» est de protéger les terroristes et de justifier d’éventuelles actions extérieures.

Damas a qualifié les accusations contre l’armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d’une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Source: Sputnik News – France

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Regardez le grand Général russe prédire la provocation de Douma un mois à l’avance | Raimanet
  2. La main désormais visible manipulant les terroristes en Syrie: des armes chimiques seront toujours utilisées aux fins de bombardements occidentales – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :