A la Une

Des explosifs fabriqués en Arabie trouvés à Ghouta orientale – Londres impliqué dans l’attaque chimique présumée en Syrie (VIDEO)

© AFP 2018 / Youssef KARWASHAN

L’armée syrienne aurait trouvé des explosifs fabriqués en Arabie dans l’Opération de nettoyage de la Ghouta orientale

L’armée a également découvert des roquettes du type utilisé par les militants de la Ghouta pour bombarder sans discernement Damas.

Un commandant de l’armée syrienne, parlant à l’agence de presse arabe syrienne, a déclaré que les dépôts de munitions avaient été trouvés dans la ville de Zamalka, à environ 3,5 km au nord-est du centre de Damas.

Selon le commandant, le groupe islamiste Al-Rahman Legion contrôlant la ville a transformé un de ses quartiers en un réseau d’usines et de dépôts de fabrication et de stockage d’obus et d’explosifs, et en transformant des obus de chars en engins explosifs improvisés. Ces installations de production et de stockage d’armes de fortune étaient toutes reliées par un réseau de tunnels.

Certains des matériaux explosifs ont été fabriqués en Arabie Saoudite, a déclaré le commandant. Avec les explosifs, il y avait un équipement pour les mélanger avec du C4 ou du chlore pour augmenter le pouvoir destructeur des obus d’artillerie que les militants lorgneraient dans les quartiers résidentiels de la capitale.

L’armée a également découvert plusieurs dépôts servant à entreposer de gros obus d’artillerie, y compris des obus pour le système de roquettes Grad, largement utilisé.

Enfin, l’armée a découvert des installations pénitentiaires secrètes où les prisonniers détenus par les djihadistes étaient forcés de faire des travaux forcés.

L’armée syrienne a conclu l’opération Damas Steel, une mission visant à nettoyer la poche de la Ghouta est détenue par les militants après des années de bombardements terroristes sur la capitale, jeudi. L’opération, commencée le 18 février, a vu l’armée syrienne et ses alliés lutter contre une coalition hétéroclite d’islamistes, dont Jaysh al-Islam, la légion Al-Rahman, Ahrar al-Sham et le Front al-Nusra*, l’affilié syrien de Qaeda*.

Au cours de ses opérations, les troupes syriennes ont découvert d’importants stocks d’armes en provenance d’Israël, des États-Unis d’Amérique, de la Belgique et d’autres pays de l’OTAN. Ils ont également trouvé de vastes installations souterraines, des chambres de torture et des installations médicales de fortune aux tunnels souterrains assez grands pour conduire les véhicules à travers.

La semaine dernière, juste avant que l’armée syrienne n’embrasse l’Opération Damas, les activistes de l’opposition à Douma, Ghouta orientale, accusent les forces gouvernementales de mener une attaque chimique, incitant les Etats-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et la France à lancer des frappes contre le pays déchiré par la guerre. Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, Jim Mattis, a déclaré jeudi que le président Trump n’avait pas encore pris de décision à ce sujet.

* Les groupes terroristes interdits en Russie.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News – France

Moscou : Londres impliqué dans la mise en scène de l’attaque chimique présumée en Syrie (VIDEO)

Des médecins syriens de l’hôpital de Douma, présents lors de l’attaque chimique présumée du 7 avril 2018, capture d’écran RT France

Au cours d’un briefing, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir des preuves de l’implication du Royaume-Uni dans l’attaque chimique présumée en Syrie du 7 avril 2018, évoquant une «provocation – mise en scène»

Face aux accusations occidentales contre Damas, et son allié russe, d’avoir commis une attaque chimique à Douma (est de Damas) le 7 avril, le ministère de la Défense russe a affirmé, lors d’un briefing ce 13 avril, avoir des preuves de l’implication du Royaume-Uni, ainsi que de plusieurs pays occidentaux, évoquant une «provocation – mise en scène». «On sait que des pressions ont été exercées le 6 avril sur les fameux Casques blancs […] avec pour prétexte une attaque chimique», a déclaré Igor Konachenkov, porte-parole du ministère.

Ces Syriens ont montré qu’ils figuraient eux-mêmes sur ces vidéos

«Un certain nombre de pays occidentaux poursuivent leurs accusations infondées d’attaque chimique [contre Damas]», a déclaré le ministère russe de la Défense. «La Russie avait prévenu dès le mois de mars qu’une provocation de ce type serait mise en œuvre, de façon à inciter et à provoquer des opérations militaires de la part des Etats-Unis», a encore déclaré le ministère, soulignant que les seules preuves apportées étaient des vidéos fournies par les rebelles eux-mêmes dans un secteur alors encore tenu par le groupe armé salafiste Jaïch al-Islam.

Lire aussi : Moscou détient des «preuves irréfutables» de la mise en scène de l’attaque chimique de la Ghouta

La Défense russe a présenté plusieurs témoignages directs de Syriens, dont un étudiant en médecine travaillant à l’hôpital de Douma, contredisant la version occidentale. «Ils nous racontent exactement ce qu’il s’est passé», a déclaré Igor Konachenkov.

Des témoins ont vu des personnes absolument inconnues équipées de caméras entrer dans l’hôpital et arroser tout le monde

«Ces Syriens ont montré qu’ils figuraient eux-mêmes sur ces vidéos», a-t-il poursuivi. Selon ces témoignages recueillis par Moscou, aucune des personnes emmenées à l’hôpital de Douma ne portaient de symptômes d’attaque chimique, en dépit des images vidéos mises en avant par les rebelles comme des preuves. «[Ces témoins] ont vu des personnes absolument inconnues équipées de caméras entrer dans l’hôpital, arroser tout le monde et semer la panique», a souligné Igor Konachenkov, précisant que ces individus ordonnaient aux gens de dire qu’ils avaient été victimes d’une attaque chimique. «Et donc, évidemment, les gens ont commencé à s’arroser d’eau», a-t-il noté, ajoutant : «Ces inconnus, après avoir filmé cette scène-là, ont disparu.»

«Ce sont ces images qui servent de preuves, entre guillemets, et qui sont diffusées dans les médias dans tous les sens», a encore noté Igor Konachenkov.

Source: RT France

L’armée syrienne découvre un laboratoire de chimie dans la Ghouta orientale – Media d’Etat

© YouTube screengrab

L’armée syrienne a découvert une installation dans la Ghouta orientale utilisée pour fabriquer des armes biochimiques toxiques, a rapporté vendredi l’agence de presse arabe syrienne (SANA).

Les « unités de l’armée arabe syrienne ont trouvé un grand laboratoire pour fabriquer des matériaux toxiques » et un atelier pour fabriquer des obus d’artillerie de différentes tailles, inspectant les villes où des terroristes ont récemment été évacués dans la Ghouta orientale, située juste à l’est de Damas.

Une source militaire a expliqué que le chlore, les engins de brume et les ampoules pour mélanger les substances se trouvaient dans l’installation.

Selon la source, le laboratoire a été trouvé dans la ville d’Aftris.

L’atelier a également produit ou stocké des obus de 60mm, 80mm, 180mm, a indiqué SANA citant la source militaire.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

L’armée syrienne dit avoir découvert un laboratoire de substances chimiques près de Damas

© Sputnik . Mikhail Voskresenskiy

Un laboratoire de fabrication de substances chimiques appartenant aux radicaux a été découvert par l’armée syrienne dans une banlieue de Damas, rapporte l’agence Sana, se référant à une source militaire.

L’armée syrienne a découvert un laboratoire où des radicaux produisaient des substances toxiques, rapporte l’agence Sana, citant une source militaire. Il se trouve dans l’agglomération d’Aftaris, dans la Ghouta orientale.

«Lors des opérations de ratissage d’Aftaris, dans la Ghouta orientale, a été découvert un laboratoire des terroristes […] aménagé pour la production de tous les types de substances chimiques. Différents équipements nécessaires à leur fabrication et au mélange des poudres utilisées dans des armes interdites y ont été découverts», informe la source.

Au cours des derniers jours, la situation en Syrie s’est sérieusement tendue. Les pays occidentaux soutiennent qu’une attaque chimique a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l’objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d’éventuelles actions extérieures.

En outre, ce vendredi, la Défense russe a fourni des preuves de la mise en scène de l’attaque chimique présumée à Douma.

Damas a qualifié les accusations contre l’armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d’une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Source: Sputnik News – France

1 Trackback / Pingback

  1. La main désormais visible manipulant les terroristes en Syrie: des armes chimiques seront toujours utilisées aux fins de bombardements occidentales – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :