A la Une

Menteurs, Manipulateurs et Meurtriers: Une vidéo d’un garçon sur l’ »attaque chimique » à Douma dit qu’il a été attiré avec des gâteaux, puis pulvérisé avec de l’eau

Hassan Diab (à gauche) en vedette dans la vidéo de l’attaque chimique présumée à Douma -CAPTION / RT

 

 

 

Un garçon qui a été décrit comme une « victime » dans une vidéo des activistes rebelles liée à l’attaque chimique présumée à Douma, a dit à la chaîne de télévision russe VGTRK qu’il avait été attiré à l’hôpital avec des cookies et ensuite aspergé d’eau.

La panique, la peur, les adultes qui hurlent et les enfants effrayés apparaissant dans les images présumées des suites de l’attaque chimique présumée dans la ville de la Ghouta orientale. La vidéo a été diffusée par les médias mainstream (grand public) depuis le 7 avril après avoir été affichée par le soi-disant groupe Révolution de Douma.

Le groupe est l’une des organisations, avec les célèbres Casques Blancs liés aux rebelles, qui ont prétendu que les troupes gouvernementales étaient les coupables derrière la [soi-disant] attaque chimique signalée.

L’un des principaux personnages du film est un garçon trempé, qui est vu arrosé d’eau par des gens qui prétendent être des «secouristes». On ne sait pas si ce sont des médecins de l’hôpital, des défenseurs des droits humains ou des membres des Casques Blancs. Ces derniers font généralement de telles vidéos et les envoient aux agences de presse, y compris Reuters.

Le radiodiffuseur russe VGTRK a déclaré avoir trouvé le garçon dans la vidéo, qui semblait être Hassan Diab, 11 ans. Son histoire différait de celle présentée par les activistes et plus tard propagée par les médias traditionnels (mainstream). Il était dans le sous-sol avec sa mère, qui a dit qu’ils manquaient de nourriture, quand ils ont entendu du bruit à l’extérieur.

LIRE PLUS: Les images de l’’attaque au gaz’ à Douma montrent que les groupes d’opposition déplacent les corps des victimes (VIDÉOS GRAPHIQUES)

« Quelqu’un criait que nous devions aller à l’hôpital, alors nous sommes allés là-bas. Quand je suis arrivé, certaines personnes m’ont attrapé et ont commencé à verser de l’eau sur ma tête », a-t-il déclaré à Evgeny Poddubny, un correspondant de guerre du radiodiffuseur russe VGTRK. Hassan a confirmé qu’il était le garçon dans la vidéo, et avait très peur quand toute la situation s’est déroulée. Il va bien maintenant et ne montre aucun symptôme d’avoir subi une attaque chimique il y a deux semaines.

Il a finalement été trouvé par son père, qui a dit qu’il n’a entendu parler d’aucune attaque chimique ce jour-là. « Je suis allé à l’hôpital, je suis monté à l’étage et j’ai trouvé ma femme et mes enfants. Je leur ai demandé ce qui s’était passé, et ils ont dit que les gens à l’extérieur criaient pour l’odeur et leur ont dit d’aller à l’hôpital. À l’hôpital, ils ont donné des dates et des biscuits aux enfants », a-t-il dit.

L’un des travailleurs de la santé, qui était apparemment en poste à l’époque, a déclaré qu’il était surpris par l’afflux soudain. «Certaines personnes sont venues ici et ont lavé les gens. Ils ont dit: « Attaque chimique. Attaque chimique: «Nous n’avons vu aucun symptôme d’attaque chimique», a-t-il ajouté. Il a, cependant, dit qu’il y avait beaucoup de gens ayant des problèmes respiratoires à la suite de la poussière des récents attentats à la bombe dans la ville.

Les médias sociaux et le rapport des Casques blancs ont suffi aux Etats-Unis d’Amérique, au Royaume-Uni et à la France pour lancer une série de frappes en Syrie le 14 avril. L’annonce des frappes a eu lieu quelques heures avant que l’équipe de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques était prévue d’arriver à Douma aille déterminer si des armes chimiques avaient été utilisées là-bas.

LIRE AUSSI: Moscou a des preuves « irréfutables » d’une attaque chimique à Douma en Syrie – l’envoyé de la Russie à l’OIAC

« Le garçon a accepté de jouer ce rôle pour la nourriture. Puis la vidéo a été diffusée à travers le monde et est devenue la « preuve » qui a servi d’excuse aux frappes états-uniennes d’Amérique, britanniques et françaises [contre la Syrie] », a écrit la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova sur Facebook.

Moscou projette de montrer la vidéo sur Hassan lors de la prochaine réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, a déclaré jeudi à l’AFP l’ambassadeur russe Vassili Nebenzia à Rossiya 1.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: RT

Ne plus seulement rêver ou se faire d’illusions: Moscou: les actions agressives des USA sont ‘la réalité dans laquelle la Russie doit travailler’

© Sputnik / Vladimir Vyatkin

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a commenté les relations entre Washington et Moscou à la suite des frappes de missiles de la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique en Syrie et la possibilité d’introduire de nouvelles sanctions anti-russes.

« Je ne voudrais pas parler d’une tempête [dans les relations] mais les actions hostiles et, on peut le dire, agressives contre la Russie se poursuivent », a déclaré Peskov aux journalistes jeudi, en réponse à la question de savoir si une « tempête » politique avait contourné la Russie, étant donné que la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique n’a pas continué ses frappes contre la Syrie, et les Etats-Unis d’Amérique ont reporté de nouvelles sanctions.

Peskov a ajouté que des déclarations contradictoires provenaient de diverses capitales du monde entier, y compris de Washington, ajoutant que cela ne nous permettait pas de parvenir à un consensus politique. Selon le porte-parole, « des manifestations hostiles sont survenues dans le passé, se produisent maintenant et ne peuvent être exclues à l’avenir, compte tenu du facteur d’imprévisibilité [de la politique des Etats-Unis d’Amérique ».

« C’est la réalité dans laquelle nous travaillons, basée d’abord sur nos propres intérêts », a ajouté M. Peskov.

Les commentaires viennent à la suite des signaux mitigés de Washington sur de possibles nouvelles sanctions anti-Russie concernant le soutien de Moscou au gouvernement syrien au milieu de la soi-disant attaque chimique présumée dans la banlieue de Damas à Douma. L’ambassadeur des Nations Unies Nikki Haley avait déclaré que Washington allait imposer de nouvelles sanctions à la Russie lundi. La Maison Blanche n’a cependant pas avancé avec les sanctions, avec des rapports de médias émergeant disant que les mesures punitives étaient toujours à l’étude.

Plusieurs médias, citant des militants syriens, ont accusé Damas d’avoir utilisé des armes chimiques à Douma le 7 avril. Les États-Unis d’Amérique ont soutenu ces allégations malgré l’absence de preuves et le président Trump a par la suite ordonné une frappe de missiles contre un certain nombre d’installations au pays du Moyen-Orient. Les forces états-uniennes d’Amérique ont été rejointes par l’aviation britannique et française, les trois pays lançant plus de 100 missiles sur la Syrie.

Damas a rejeté catégoriquement les allégations d’implication dans l’incident des armes chimiques et a déclaré que l’attaque au missile était simplement une agression « brutale ». Le contingent russe sur le terrain en Syrie a déclaré qu’ils possèdent la preuve que le Royaume-Uni a organisé l’attaque pour justifier l’intervention. Les Etats-Unis d’Amérique ont reproché à Moscou de soutenir le gouvernement syrien.

LIRE PLUS: La Russie vend des milliards de dollars de dette des Etats-Unis d’Amérique

La communauté internationale a exprimé ses inquiétudes concernant l’utilisation d’armes chimiques en Syrie depuis l’utilisation alléguée du gaz sarin à Damas en 2013. La Syrie a rejoint l’OIAC après l’incident et a accepté de détruire son arsenal d’armes chimiques. Le 4 janvier 2016, l’OIAC a publié une déclaration confirmant que la destruction des armes chimiques syriennes avait été achevée.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Vidéo du père du garçon des Casques Blancs: aucune attaque chimique n’a eu lieu à Douma

© REUTERS / Bassam Khabieh

Omar Diab, le père d’un garçon apparu dans des images provocantes du groupe White Helmets, montrant des civils souffrant d’une attaque chimique à Douma en Syrie, a déclaré qu’il était prêt à se rendre aux organisations internationales pour témoigner qu’aucune utilisation chimique n’avait eu lieu à Douma en avril. .

« Il n’y avait aucun signe de dommage chimique pour mon fils, il était effrayé mais en bonne santé et moi et ma famille sommes prêts à témoigner partout dans le monde, y compris à Genève, New York, qu’aucune arme chimique n’a été utilisée », a déclaré Diab aux journalistes.

Les Casques Blancs (White Helmets), une ONG occidentale connue pour ses liens avec des groupes terroristes, a diffusé des images montrant les présumées victimes de l’attaque chimique présumée à Douma le 7 avril. Cependant, les informations qui ont émergé plus tard, ainsi que des témoignages, ont montré que la séquence a été mise en scène, réalisée par les Casques Blancs.

Le ministère russe de la Défense a également rejeté les accusations selon lesquelles Damas aurait utilisé des armes chimiques à Douma, affirmant qu’il dispose de preuves confirmant que l’attaque a été orchestrée par des services de sécurité étrangers et des militants basés dans la ville.

LIRE PLUS: L’armée syrienne découvre une base militaire et une cache d’armes dans l’hôpital de Douma

Cependant, la vidéo a été utilisée par les États occidentaux comme preuve de l’implication des forces gouvernementales syriennes dans l’incident, bien qu’aucune autre preuve n’ait été publiée. Les Etats-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et la France ont réagi à ce qu’ils ont appelé une attaque chimique avec des frappes de missiles sur un certain nombre de cibles en Syrie samedi.

Le 18 avril, la chaîne de télévision Russia 24 a diffusé un entretien exclusif avec un garçon, qui a participé au tournage de la fausse vidéo, comme preuve de l’attaque chimique de faux drapeau à Douma par les White Helmets. Dans une interview, Hassan Diab, un garçon apparu plus tard sur la vidéo, a déclaré que sa mère et lui avaient entendu des voix fortes dans la rue, appelant chacun à aller à l’hôpital. Lorsque Hassan et sa mère sont entrés à l’hôpital, certaines personnes l’ont attrapé, lui ont versé de l’eau et l’ont ensuite mis avec d’autres patients. Le père du garçon a alors dit qu’il ne sentait pas que les gens qui participaient au tournage recevraient de la nourriture.

La Russie a envoyé des corps chimiques pour déterminer s’il y avait une attaque réelle et s’il y avait des victimes nécessitant un traitement. L’équipage russe n’a trouvé aucune trace d’armes chimiques ou de victimes dans l’hôpital voisin. Moscou et Damas ont invité l’OIAC à se rendre à Douma pour enquêter sur l’incident.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Du chlore allemand et des grenades fumigènes produites à Salisbury découverts à Douma

© Sputnik . Pavel Lisitsin

Des conteneurs avec du chlore allemand et des grenades fumigènes produites dans la ville anglaise de Salisbury ont été découverts à Douma, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova lors d’un point presse.

Lors de la libération de la ville syrienne de Douma, des conteneurs avec du chlore d’Allemagne et des grenades fumigènes fabriquées à Salisbury ont été découverts, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

«Sur des territoires libérés de la Ghouta orientale, des troupes syriennes gouvernementales ont découvert des conteneurs avec du chlore, le type le plus effrayant des armes chimiques, d’Allemagne et des grenades fumigènes fabriquées dans la ville de Salisbury», a-t-elle déclaré lors d’un point presse à Moscou.

Selon Mme.Zakharova, ce fait est difficile à commenter, il est si terrifiant et il amoindri la foi en l’humanité de certains États.

«Bien sûr on ne parle pas de pays dans leur globalité, mais des politiciens et des dirigeants qui donnent de tels d’ordres et prennent de telles décisions», a souligné la porte-parole de la diplomatie russe.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené sous couvert d’une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques syrienne, suite à l’attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

Selon la Défense russe, les forces de la défense antiaérienne russe déployées en Syrie n’ont pas participé à la riposte aux frappes de la coalition tripartite. Le Président russe a qualifié cette attaque d’acte d’agression contre un État souverain.

Source: Sputnik News – France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :